Burger King prévoit l’ouverture de 350 magasins en France

Burger King

L’enseigne Burger King, reine du Whopper, veut accélérer son développement en France avec, à moyen terme, l’objectif de s’arroger 20% du marché du hamburger.

Fini les rumeurs. Burger King affiche désormais clairement ses ambitions en France. Le numéro deux mondial du hamburger (loin derrière McDonald’s et ses 34 000 restaurants) vient de rendre public un accord de joint-venture signé lundi avec le Groupe Bertrand, qui exploite 250 établissements sur des créneaux très divers (salons de thé Angelina, sandwicherie Bert’s, bar-brasserie Café Leffe…). Cette coentreprise doit permettre le développement tricolore de l’enseigne et aura pour actionnaire majoritaire le groupe français, le fonds d’investissement Natixis Partners complétant le tour de table. Les trois partenaires n’ont pas dévoilé la répartition exacte du capital.

Cette joint-venture représente un « vrai virage, une accélération très forte pour le groupe, c’est le coup d’envoi du déploiement de Burger King en France », assure Olivier Bertrand. « Nous visons 20% de part de marché (du burger, ndlr) en France » et « un vrai leadership produit sur le segment du burger », ajoute-t-il, se disant « très enthousiaste ».

Après avoir quitté la France en 1997, fermant 39 restaurants jugés trop peu rentables, Burger King avait annoncé fin 2012 son retour dans l’Hexagone par le biais d’une alliance avec le groupe italien de concessions Autogrill. Il a ainsi ouvert un premier restaurant en décembre 2012 à l’aéroport de Marseille Provence, suivi d’un deuxième en 2013 sur une aire d’autoroute près de Reims.

Une troisième ouverture (la première à Paris) se fera le 17 décembre, gare Saint-Lazare, a annoncé mardi 26 novembre José E. Cil, président de Burger King pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique.  Enfin, concernant l’éventuel intérêt de Burger King pour le rachat de la firme Quick, objet d’une rumeur récurrente, José Cil l’assure : « C’est juste des rumeurs. Je ne commente pas les rumeurs ». 

Et au-delà de notre insatiable appétit des Burgers Whopper, Rodeo ou encore Double Cheese Bacon, les ambitions de Burger King sont une bonne nouvelle pour l’économie française : l’objectif annoncé est de créer 1200 emplois dans l’hexagone.

Un petit aperçu de ce que l’on pourra bientôt avoir entre nos mains et partout sur nous. Voici le test du quadruple Whopper, histoire de se mettre en appétit ou pas…

Les dernières publications

22 réflexions au sujet de “Burger King prévoit l’ouverture de 350 magasins en France”

  1. Alerte, invasion imminente de rageux dans les futurs commentaires.

    Certes, c’est dégueu mais moins dégueu que Quick et MacDo en tout cas.
    Une fois par mois avec les enfants par plaisir et après ils font du sport, ça fait rien de mal.

    Moi j’ai remarqué que MacDo régresse au niveau goût : hamburgers difficile à finir, sundae caramel de plus en plus sucré, etc etc
    Par comme Burger King en Andorre.

  2. @Daysha > Justement, je ne sais s’ils ne vont modifier le goût ou pas.
    Je m »explique. Les multinationales adaptent leur produits en fonction du goût des consommateurs de chaque pays.
    Par exemple, le Nutella espagnol (goût noisette très prononcée) n’a pas le même goût que le Nutella Français (faible goût noisette) et le Nutella Suisse. Pareil pour les gâteaux « Prince’ « Principe en espagne). Pareil pour la charcuterie.

    Bref, le Burger en Andorre est facilement mangeable.

  3. Testé à Reims (tout du moins sur l’air d’autoroute), ça fait plaisir ! Ca change, plus besoin d’aller à l’étranger pour en manger ^^

  4. J’aurai préféré la venu de « Carl’s Jumior » que de « Burgerking ». Du coup, je vous conseils si vous allez à l’étranger de tester le Carl’s Junior et pas dire on va au burgerking parce qu’il y en a pas en France! Compris? Je vous aime putain!

  5. Jamais compris pourquoi ils ont fermé y en avait à Paris avant, à Jaures pour ceux qui s’en souviennent dans les années 90

  6. ils ont quitté l’hexagone il y a 20 ans car ils n’y avait pas de place pour 3 acteur sur le même créneau.
    j’ai peur qu’ils se retrouvent vite sur le même constat.
    les meilleurs emplacement de centre ville sont deja pris par MCdo, quick, subway, etc…
    j’ai peur que la tache soit dur
    c’est une économie d’échelle qui fait vivre de tel enseigne.
    J’ai peur aussi que la magie opéré (et j’en fait parti) de manger un double woop a londre ou NY ne soit qu’une part de nostalgie qui va du coup s’envoler.
    bref a voir.
    Je leur souhaite de réussir la pari!

  7. « José E. Cil, président de Burger King pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. »
    Ya que moi que ça fait tiquer?

  8. Mais merde a quand un Carl’s Jumior j’ai testé en Californie pendant 1 mois j’ai trop kiffé ma race et pour moi Carl’s Jumior > BK

  9. Vivement le 17/12 !!
    J’ai aussi testé Carl’s Jr, aussi connu sous le nom de hardee’s. C’est super bon.
    Sinon il y a Shake Shack qui a ouvert à Londres ainsi que Five Guyz. ce sont 2 très bonnes enseignes que je recommande.
    Sinon, les burgers de chez In’n’out sont aussi très bon.
    En tout cas, ils sont tous meilleurs que Quick ou McDo

  10. @BRC : la zone abréviée EMA se retrouve souvent dans des groupes internationaux, avec Asie, Amérique, et les USA à part. J’ai pu voir ce modèle dans plusieurs firmes.

  11. @mika952_SNIPER D AMBIANCE
    Merci pour tes lumières, je pense qu’il n’y ont pas pensé. Et enfin si tu avais mieux l’article, ils vont s’appuyer sur le réseau de distribution du Groupe Bertrand et à savoir les Caffe Leffe ont de très beau emplacement en France.

  12. un des rares avantage d’habiter à strasbourg, un BK à 20 minutes de chez moi en allemagne.
    heureusement qu’il est pas à 5 minutes sinon je serais obese…en fait non, sa fait 10 ans que je fais le meme poid à 5 kilos pres alors que je mange pas du tout equilibré, y’en a qui on de la chance.

Les commentaires sont fermés.

Tuxboard