La conso quotidienne de drogues de Hunter S. Thompson était folle

L’auteur de Las Vegas Parano et inventeur du journalisme gonzo était connu pour ses excès en tous genres. Découvrez sa « journée de travail » type.

Hunter S. Thompson, une vie dédiée à l’écriture… et aux excès en tous genres

Si l’on vous demandait d’établir la liste des choses que vous consommez au petit-déjeuner, vous répondriez probablement des banalités du genre : café, tartines beurrées, céréales voire une cigarette ou deux. Pour Hunter S. Thompson, c’était plutôt cocaïne, alcools forts et drogues en tous genres du matin au soir. Il ne fait aucun doute que les papiers et les livres publiés par cet américain pour le moins déjanté n’auraient pas eu la même saveur sans ces précieux ingrédients.

La journée de travail d’Hunter S. Thompson a été relatée par E. Jean Carroll dans le premier chapitre du livre lui étant consacré et intitulé « Hunter: The Strange and Savage Life of Hunter S. Thompson ».

Thompson, qui s’est suicidé en 2005 à l’âge de 67 ans, était évidemment réputé pour sa consommation quasi-industrielle de drogues et d’alcool, mais ces « ingrédients » apparaissaient comme indispensables à l’affirmation de son écriture complétement allumée.

Celui-ci avait d’ailleurs déclaré à ce sujet :

« Je déteste vanter les mérites de la drogue, de l’alcool, de la violence ou de la folie à quiconque, mais ces choses ont toujours fonctionné pour moi. »

La journée de travail type d’Hunter S. Thompson

Voici sa routine quotidienne telle qu’elle est rapportée dans ses mémoires écrites par E. Jean Carroll :

15h : Réveil.

15h05 : Un verre de Chivas Regal en lisant les journaux du matin et des cigarettes Dunhill.

15h45 : Un rail de coke.

15h50 : Un autre verre de whisky, une Dunhill.

16h05 : Première tasse de café, avec une Dunhill.

16h15 : Un autre rail de coke.

16h16 : Jus d’orange et Dunhill.

16h30 : Coke.

16h54 : Coke.

17h05 : Coke.

17h11 : Coke.

17h30 : Plus de glaçons dans le Chivas.

17h45 : Coke etc…

18h00 : Un peu d’herbe pour se calmer après les excès…

19h05 : Direction le restaurant Woody Creek Tavern pour diner. Au menu du soir : une Heineken, deux margaritas, salade coleslaw, un « taco-salade », double ration de rondelles d’oignons frits, un gâteau aux carottes, une glace, un beignet de haricots, des Dunhills, une autre Heineken, de la coke, et pour le retour à la maison, un « snow cone » (trois ou quatre doses de whisky dans un verre rempli de glace pilée).

21h00 : Se met à sniffer sérieusement de la coke.

22h00 : Quelques gouttes de LSD.

23h00 : Chartreuse, coke, herbe.

23h30 : Coke etc…

00h00 : Hunter S. Thompson est enfin prêt à écrire.

00h05 à 6h00 : Chartreuse, cocaïne, herbe, Chivas, café, Heineken, cigarettes aux clous de girofle, pamplemousse, Dunhills, jus d’orange, gin, et diffusion de films pornos en fond.

6h00 : Jacuzzi-champagne, glace Dove, pâtes au parmesan.

8h00 : Somnifères.

8h20 : Va se coucher.

Enfin, il est intéressant de remarquer que le premier chapitre du livre de Carroll, lorsqu’il est visionné sur une liseuse, se termine par la mention :

« l’auteure est trop paresseuse pour finir de convertir les mémoires d’Hunter au format eBook. Pour achever sa lecture gratuitement, rendez-vous sur HunterBio.com ».

Une petite bizarrerie tout à fait dans l’esprit d’Hunter S. Thompson.

Découvrez aussi cet artiste qui teste 20 drogues en 20 jours afin d’en illustrer les effets sur le corps humain.

Les dernières publications
Tuxboard