La vidéo d’un parachutiste sauvant son ami après qu’il ait été assommé en plein saut

Ben Pigeon, un parachutiste passionné a posté cette vidéo dans laquelle on le voit s’évanouir à 10 000 pieds d’altitude avant d’être secouru par son ami.

Apparemment, la commotion de Pigeon était si grave qu’il ne pouvait se souvenir de rien pendant les trois jours précédant l’incident, mais c’est peut-être mieux ainsi. Bon sang, on vient juste de voir ça et on veut déjà l’oublier.

Ben Pigeon raconte cette histoire :

Je poste ceci parce que je m’ennuie, mais aussi pour promouvoir la règle des 6 pieds. Si on avait utilisé la règle des 6 pieds pendant ce saut. Un fémur n’aurait pas touché ma tête à plus de 200 km/h. Mais encore une fois, en suivant la règle des 6 pieds, un autre sauteur n’aurait pas été autorisé à tirer mon parachute lorsque j’ai été assommé à 10 000 pieds.

Remarque : pour les non-plongeurs, il peut être difficile de trouver la zone de saut. Surtout dans cette zone, car ce sont des terres agricoles et elles se ressemblent toutes. Vous devez identifier les routes pour savoir où vous êtes.

J’étais tellement commotionné que j’ai perdu 3 jours de mémoire. Je ne sais pas comment j’ai trouvé la zone de saut. J’aurais pu tomber sur des lignes électriques ou sur l’autoroute. Non seulement je l’ai trouvée. J’ai effectué un vol d’étude parfait, mais je n’ai pas eu la force de faire un arrondi (ce qui signifie que l’atterrissage m’a aussi fait mal).

J’étais tellement dans les vapes. Lorsqu’on m’a demandé si j’allais bien, j’ai répondu « comment ça, je viens de sortir de ma tente », puis j’ai montré mon parachute.

Je ne dis pas que Jésus a pris les orteils, mais quelqu’un a veillé sur moi ce jour-là.

Le parachutiste qui m’a percuté n’a reçu aucune blessure, et a pu retourner travailler chez iFLY le lendemain. 👍

La règle des 6 pieds est une blague sur la séparation sociale en Amérique due au corona virus. Rien à voir avec le parachutisme.

J’ai ralenti le rythme des sauts. Pas à cause de cela, mais parce que la majorité de mes proches amis parachutistes sont passés à de plus grandes zones de saut / à d’autres chapitres de leur vie (ces gars/filles me manquent).

Oui, vous pouvez le partager. Faites-le ! Cela pourrait sauver une vie (désolé de ne pas l’avoir posté plus tôt).


Vous trouverez ci-dessous la réponse/poste d’Andy (le sauteur qui m’a sauvé) concernant le saut. A posteriori, j’aurais dû lui demander avant de faire le post original étant donné que son QI de parachutiste est 1000 fois supérieur au mien. Ça et aussi qu’il se souvient du week-end.

Ce message est attendu depuis longtemps. En 2014, peu après ce saut, on m’a demandé de ne pas partager cette vidéo. Le sauteur qui a été assommé ne voulait pas que sa famille la voie, alors j’ai respecté sa volonté. Eh bien, il l’a postée plus tôt cette semaine, sans mon consentement. À mon avis, il manquait une explication appropriée, car nous pouvons tous apprendre de cet accident. Je sais que j’ai appris.

Le contexte : Je visitais Skydive Dallas pour faire un peu d’organisation, un des instructeurs locaux m’avait contacté pour organiser un camp Angle/Tracking. Je ne connaissais pas vraiment les participants, alors je me suis appuyé sur les locaux pour trier les groupes. Cette vidéo est celle du 20e et dernier saut du week-end. Nous avons fait 10 sauts ce jour-là. Les 9 premiers se sont déroulés sans problème. La plupart des sauteurs avaient fini de sauter, il ne restait plus que moi et 3 participants. Lors de ce saut, ils ont décidé qu’ils voulaient faire un flux de plongée que j’avais fait plus tôt dans le week-end. C’est un plongeon tête en bas que j’ai fait plus de fois que je ne peux le compter. En gros, on sort tête en bas, on s’ouvre sur un rond et on baisse les poignées. Ensuite, je m’éloigne du groupe et je m’arrête, pour qu’ils puissent travailler sur l’approche d’un groupe tête en bas. Nous ne reprenons pas les poignées, nous nous contentons de voler en palier. Le plan est de bouger, s’arrêter, bouger, s’arrêter. On fait ça plusieurs fois jusqu’à la pause. Nous avons fait le tour de cette plongée sur le terrain, de la montée jusqu’au break off. J’ai été très clair sur le plan de plongée et tout le monde a semblé comprendre.

Rétrospectivement, nous aurions dû nous arrêter à 9 sauts. C’était une chaude journée d’été au Texas et j’étais épuisé. Je suis un parachutiste à plein temps qui a l’habitude de sauter toute la journée. Si je suis fatigué, on peut dire que ces sauteurs l’étaient aussi.

Vous pouvez le voir dans la vidéo : Il y a eu une certaine confusion entre les sauteurs sur l’ordre de sortie et la position de sortie, même si nous avons fait le saut en double. (C’est une bonne indication qu’ils étaient fatigués. Le sauteur qui a été assommé a oublié de boucler son casque. Je suis gêné de dire que, comme tous les autres, je n’ai pas remarqué). Nous sortons de l’avion, qui tourne un peu et se stabilise. Nous lâchons les poignées, et je m’éloigne.

À ce moment-là, un sauteur s’écarte du niveau et s’éclipse vers son siège. Je m’arrête. Les deux autres sauteurs s’approchent et s’arrêtent. Voyant la distance à laquelle se trouve le sauteur extérieur, je décide de ne pas m’éloigner davantage. Je voulais qu’il revienne dans le parachute. S’il était à ma position de 12 heures, j’ai décidé de me diriger vers ma position de 3 heures pour raccourcir son approche. Je me suis vite rendu compte que son approche se faisait à une vitesse très élevée. Je me suis immédiatement arrêté. Il était clair pour moi qu’il était fixé sur moi et ignorait les autres sauteurs. Une fois qu’il a reconnu qu’il faisait un survol, il s’est aplati sur le dos et a pris de la vitesse. Il se met alors en position fœtale et percute la tête d’un autre sauteur. Le sauteur qui a été touché était également fixé sur moi, il n’a jamais vu le gars arriver.

Le sauvetage : Le coup l’a manifestement rendu inconscient. Je me mets immédiatement sur le dos et commence à foncer sur le sauteur qui a été touché. Il était en vrille sur le dos. La seule pensée que je me rappelle avoir eue était « Vas-y ». Je me suis ensuite mis sur le ventre et j’ai utilisé toute la surface que je pouvais pour voler vers lui. J’ai arrêté sa rotation, et j’ai essayé de le faire rouler sur le ventre, sans succès. (Apparemment, les retournements sont plus faciles lorsqu’ils sont éveillés.) À 5 000 pieds, je prends la décision de retirer son parachute de secours. Ma logique derrière la décision de tirer son parachute de secours, plutôt que son parachute principal, est que le parachute de secours est conçu pour s’ouvrir et atterrir plus docilement qu’un parachute principal typique. S’il tombait jusqu’à ce que son AAD se déclenche, il serait de toute façon sous un parachute de secours, mais avec 4 000 pieds d’altitude en moins pour reprendre conscience. Je suis alors descendu au sol aussi vite que possible, afin de pouvoir prévenir quelqu’un d’appeler le 911.

La suite : Le sauteur KO a repris conscience sous son parachute de secours et a effectué un vol d’école. Il a atterri comme un sac de pommes de terre dans la zone d’atterrissage principale. L’autre sauteur a également atterri en toute sécurité dans la zone principale. Tout le monde s’en est sorti ce jour-là. Certains avec un ego meurtri, d’autres avec un visage meurtri.

Alors, qu’est-ce que j’ai appris ?
Poser plus de questions. Assurez-vous que tout le monde est prêt pour le saut prévu. Le sauteur qui a heurté la tête de l’autre gars était un instructeur de tunnel. Il a tout déchiré toute la journée. 9 sauts sans aucun problème. Quand il a voulu faire ce 10ème saut, j’ai supposé qu’il pouvait le faire. J’avais tort. Le tunnel est un excellent endroit pour affiner nos compétences, mais il ne remplace pas un saut en parachute.

Je partage cette expérience parce que nous pouvons tous en tirer des leçons. En tant que sauteurs, nous faisons de notre mieux pour minimiser les risques, mais nous ne pouvons jamais les éliminer. Tout le monde fait des erreurs. La plus grosse erreur serait de ne pas apprendre de ces erreurs.

En vérité, cet accident aurait pu arriver à n’importe qui. Cet accident a changé ma façon d’aborder le saut, pour le mieux. J’espère qu’il en fera de même pour vous !

Les dernières publications
Tuxboard