BlogActusLes femmes âgées japonaises se font mettre en prison pour des raisons déprimantes

Les femmes âgées japonaises se font mettre en prison pour des raisons déprimantes

La population japonaise est la plus âgée au monde, au moins 27% ont plus de 65 ans. Le pays fait alors face à un problème hors du commun car les femmes âgées se font mettre en pour des raisons sociales.

Selon un rapport de Bloomberg, au moins une femme sur cinq dans les prisons japonaises est une personne âgée et au moins neuf sur dix d’entre elles ont commis une infraction mineure comme le vol à l’étalage.

La situation se présente très inquiétante pour le . En effet, la tendance d’infraction mineure n’est pas inhabituelle mais les raisons pour lesquelles ces vieilles femmes l’ont fait sont vraiment exceptionnelles.

Entre 1980 et 2015, le nombre de personnes âgées vivant seules au a plus que sextuplé pour atteindre près de 6 millions.

En 2017, une enquête du gouvernement de Tokyo a révélé que plus de 50% des aînés qui vivaient à l’étranger vivaient seuls et que 40% n’avaient pas de famille ou de parent vers qui se tourner.

Pendant des décennies avant cette tendance, c’était une tradition pour les familles et les communautés de prendre soin de leurs citoyens plus âgés, mais le manque de ressources a rendu cette tâche plus difficile.

La population âgée se sentant de plus en plus isolée à cause de cela, les femmes se sont particulièrement tournées vers le crime, dans l’espoir que la leur offrira un refuge et une maison.

Yumi Muranaka, chef de la prison pour femmes d’Iwakuni, près d’Hiroshima, a déclaré à Bloomberg:

« Elles peuvent avoir une maison. Elles peuvent avoir une famille. Mais cela ne signifie pas qu’elles ont un endroit où elles se sentent chez elles.

Elles se sentent incomprises et rejetées. Elles ont l’impression d’être reconnues comme la personne qui doit faire les corvées de la maison. »

Les femmes âgées, plus que les hommes, sont également considérées comme plus vulnérables sur le plan économique, près de la moitié de la population féminine de plus de 65 ans vivent dans la pauvreté.

La prison a donné à ces femmes une chance d’échapper à leur vie domestique. Bloomberg a parlé à plusieurs détenues dont une connue sous le nom de Mme T. Son témoignage était vraiment malheureux, elle raconte comment sa vie s’est détériorée.

La femme de 80 ans raconte :

« Mon mari a eu un accident vasculaire cérébral il y a six ans et a été alité depuis. Il est également atteint de démence et souffre de délires et de paranoïa.

Prendre soin de lui est vraiment dur pour moi sur le plan physique et émotionnel à cause de mon âge. La situation me stressait beaucoup, pourtant je ne pouvais me confier à personne parce que j’avais honte.

J’ai été emprisonné pour la première fois quand j’avais 70 ans. J’ai volé dans une boutique, je n’avais rien dans mon portefeuille. Puis j’ai pensé à ma vie.

Je ne voulais pas rentrer à la maison et je n’avais nulle part où aller. Demander de l’aide en prison était la seule solution.

Ma vie est beaucoup plus facile en prison. Je peux être moi-même et respirer, même temporairement.

Mon fils me dit que je suis malade et que je devrais être hospitalisé dans un établissement psychiatrique. Mais je ne pense pas que je suis malade. Je pense que mon anxiété m’a poussé à voler. »

Pendant leur séjour en prison, les femmes sont affectées à un spécialiste qui les aidera à accomplir leur bain et leur toilette pendant la journée. Mais la nuit, ces tâches sont assurées par des gardes.

Pour certains de ces agents correctionnels, leurs emplois quotidiens sont maintenant plus proches de ceux d’un préposé aux soins infirmiers, certains ayant à faire face à des problèmes comme l’incontinence.

Satomi Kezuka, un officier de la prison pour femmes de Tochigi, a ajouté:

 » Ces femmes ont souvent honte et cachent leurs sous-vêtements. Je leur dis de me les apporter pour que je les lave  »

Pourtant, ce travail supplémentaire crée d’autres problèmes. Les soins aux personnes âgées ont fait passer les coûts médicaux dans les prisons à 6 milliards de yens en 2015, soit une augmentation de 80% depuis 2005.

De plus, plus d’un tiers des agents correctionnels quittent leur emploi après les trois ans d’ancienneté, ce qui entraîne une pénurie évidente de personnel.

Le gouvernement japonais et son secteur privé n’ont pas encore mis en place un programme de réhabilitation pour les femmes affectées par ces problèmes, mais les solutions sont en cours de conception.

En 2016, une loi a été promulguée pour faire en sorte qu’un ex-condamné reçoive l’aide des systèmes de protection sociale et de services sociaux du Japon.

En plus de cela, les bureaux des procureurs et les prisons travaillent avec les agences gouvernementales afin d’aider les femmes qui se trouvent dans cette situation malheureuse.

 

 

 

 

Publié le 5 mai 2018 à 9:29, par :
Grégory L.S.

Thématiques :

Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2019 | Tuxboard : concentré de news fraîches