Lyon 2ème arrondissement, origines des rues (A à K)

On s’est souvent demandé d’où pouvait venir le nom d’une rue. Découvrez d’où viennent les voies de Lyon 2. Vous saurez tout sur Kitchener- Marchand, Hôtel- Dieu, Rue du Concert, Quai de la Charité, Place Bellecour, Rue Auguste- Comte…

Photo Lyon 2 cordeliers – Fourvière par TXBRD.COM

Nous vous proposons de découvrir ces motifs de changements de noms de rue et pourquoi :

Localisation d’une rue disparue, nom actuel d’une ancienne rue, origine de la dénomination, évolution à travers le temps (nom, numérotation, tracé, limites), liste des habitants ou recensement de population, alignement des rues, statut public ou privé, entretien, etc.

On parle de rues de Lyon mais le terme officiel reste « voies de Lyon », puisque cela regroupe les places, quais, ponts, impasses, tunnels, ruelles, chemins et autres montées !

Signification des noms de voies dans le 2ème arrondissement de Lyon (A à K)

Voie par ordre alpha des voiesHistorique de la voieOrigine du nom de la voie
Autoroute A6-de- Lyon-à-ParisFin de la construction de l’A6 le 8 décembre 1971 avec l’ouverture du tunnel de Fourvière et achèvement de l’axe Paris – Lyon (455 km).
A été reclassée en Voie-Métropolitaine M6.
 
Autoroute A6-de- Paris-à-LyonFin de la construction de l’A6 le 8 décembre 1971 avec l’ouverture du tunnel de Fourvière et achèvement de l’axe Paris – Lyon (455 km).
A été reclassée en Voie-Métropolitaine M6.
 
Autoroute A7-de- Lyon-à-MarseilleRaccordement final à l’autoroute A6 entre La Mulatière et Perrache en 1974. A été reclassée en Voie-Métropolitaine M7. 
Autoroute A7-de- Marseille-à-LyonRaccordement final à l’autoroute A6 entre La Mulatière et Perrache en 1974. A été reclassée en Voie-Métropolitaine M7. 
Pont des AbattoirsA remplacé la passerelle de l’Exposition en 1918. A été remplacé en 1923 par le pont Pasteur.Le nom provient des abattoirs de la Mouche construits par Tony Garnier entre 1909 et 1918.
Rue de l’Abbaye- d’Ainay Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Passerelle Abbé- Paul-CouturierA été dénommée passerelle Saint- Georges de 1852 à
2003.
Paul Couturier, prêtre français, né à Lyon (3e) le 29 juillet 1881 et mort à Lyon (2e) le 24 mars 1953 est un des pionniers de
l’œcuménisme.
Rue Adélaïde- PerrinA été dénommée rue du Puits-d’Ainay jusqu’en 1854.Née à Lyon le 11 avril 1789, décédée à Lyon le 15 mars 1838. Fondatrice en 1819 de l’Hospice des jeunes filles incurables.
Place d’Ainay Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Pont d’AinayA été appelé aussi pont Carron, pont Saint-Clair (attesté en 1848), pont de l’Arsenal (entre 1782 et 1794) et pont Saint-Georges (jusqu’en 1852).
A été dynamité le 3 septembre 1944.
Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Port d’AinayÉtait situé près du pont d’Ainay.Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Quai d’AinayA changé de dénomination avant 1821 : est devenu le quai d’Occident.
A changé de dénomination en 1931 : est devenu le quai Maréchal- Joffre.
Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Square d’AinayA été appelé place des Ormes au XVIe siècle.
A été dénommé place Sainte-Claire jusqu’en 1912.
A absorbé la rue des Chaînes-d’Ainay.
A changé de dénomination en 1922 : est devenu le square Janmot.
Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Voûte d’Ainay Ancien monastère bénédictin fondé en 859. L’église Saint-Martin-d’Ainay, la plus ancienne église de Lyon, fut consacrée le 27 janvier 1107 par le Pape Pascal II.
Rue des AlardCôté ouest de la place des Jacobins.Inconnue.
Rue des AlbergeriesA changé de dénomination avant 1550 : est devenue la rue Grenette.Inconnue.
Place d’AlbonA absorbé la rue de l’Orangerie et la rue des Orfèvres vers 1821.La famille d’Albon, originaire de Vienne, a fourni de nombreux personnages à la ville de Lyon. La place fut créée par la démolition d’un îlot de maisons ayant appartenu à la famille d’Albon. Le propriétaire d’un des édifices appelé la maison ronde, était André Suzanne
d’Albon, né à Lyon, paroisse Saint Michel d’Ainay, le 16 mai 1760. maire de Lyon du 27 août 1812 au 22 novembre 1814.
Rue d’AlgerA changé de dénomination en 1968 : est devenue la rue Claudius- Collonge.Nom donné en mémoire de l’expédition d’Alger en 1830.
Rue Alphonse- FochierA été dénommée rue du Peyrat jusqu’en 1909.
A changé de dénomination en 2000 : est devenue la rue Antoine-de- Saint-Exupéry.
Né le 12 septembre 1845 à Bourgoin, mort le 2 octobre 1903 à Lyon.
Chirurgien, professeur de clinique obstétricale, membre du conseil municipal de Lyon.
Pont Alphonse- JuinNouveau pont mis en service en 1973.Né à Bône, Annaba en Algérie en 1888, il est mort à Paris en 1967. Il s’est illustré en France et en Afrique durant les deux guerres mondiales jusqu’à devenir maréchal et membre de l’académie française.
Rue d’Amboise Georges d’Amboise, né à Chaumont sur Loire en 1460, mort à Lyon le 25 mai 1510. Cardinal, légat du pape pour la France, Premier ministre de Louis XII inspirant des réformes fiscales, les campagnes en Italie et le traité de Blois.
Allée Ambroise- CroizatAllée longeant le centre commercial de Confluence.Né le 28 janvier 1901 à Notre-Dame-de- Briançon, mort le 11 février 1951 à Suresnes. Ministre du travail de 1945 à 1947, il met en place les systèmes de sécurité sociale et de retraite. Il passe sa jeunesse dans la région lyonnaise, ouvrier métallurgiste, militant syndical et politique. Il passe ensuite au niveau national, secrétaire général CGT métallurgie et député communiste.
Rue AmédéeA été dénommée avenue du Jardin-du- Nord de 1797 à 1812.
A été dénommée rue d’Égypte de 1812 à 1821.
A changé de dénomination en 1827 : est redevenue la rue d’Égypte.
A changé de dénomination en 1955 : est devenue la rue Charles-Dullin.
Nom de plusieurs membres de la famille de Savoie.
Place Amédée- BonnetNouvelle place créée lors de l’aménagement de l’Hôtel-Dieu.né à Ambérieux le 19 mars 1809, mort à Lyon le premier décembre 1858.Chirurgien major à l’Hôtel Dieu, membre de l’Académie de médecine, précurseur de la chirurgie orthopédique, spécialiste des atteintes articulaires.
Place AmpèreA été dénommée place Henri-IV de 1821 à 1848 et de
1849 à 1884.
A été dénommée place de l’Espérance en 1848.
André Marie Ampère est né à Poleymieux au Mont d’Or le 20 janvier 1775, mort à Marseille le 10 juin 1836. Illustre physicien, chimiste et mathématicien, inventeur des notions de courant et de tension. Une unité électrique porte aujourd’hui son nom. Membre de l’Académie des sciences, professeur au collège de France et à l’école polytechnique
Rue AmpèreA été dénommée rue Louise-Labé en 1830 (délibération sans suite).
A changé de dénomination en 1934 : est devenue la rue Émile- Duployé.
André Marie Ampère est né à Poleymieux au Mont d’Or le 20 janvier 1775, mort à Marseille le 10 juin 1836. Illustre physicien, chimiste et mathématicien, inventeur des notions de courant et de tension. Une unité électrique porte aujourd’hui son nom. Membre de l’Académie des sciences, professeur au collège de France et à l’école polytechnique
Rue de l’Ancienne- PréfectureA été dénommée rue de la Préfécture de 1821 à 1898.La préfecture fut installée dans l’ancien couvent des Jacobins de 1826 à 1858.
Allée André-MureNouvelle voie.Photographe, homme de lettres et journaliste au Progrès. Adjoint à la culture de Lyon de 1977 à 1989, à l’origine du marché de la création, de la Maison de la photo devenue Institut Lumière et de la Maison de la danse. né à Lyon (4e) le 16 août 1922, mort le 27 février 2007 à Villeurbanne.
Cours d’AngoulêmeA été dénommé quai d’Artois de 1789 à 1810.
A été dénommé cours Napoléon entre 1810 et 1815. A changé de dénomination en 1830 : est devenu le quai de la Charité.  A changé de dénomination en 1907 : est devenu le quai Docteur- Gailleton.
Louis-Antoine d’Artois, maison de Bourbon, duc d’Angoulême, dernier dauphin de France, né le 6 août 1775 à Versailles, mort le 3 juin 1844 à Goritz en Autriche.
Rue Antoine- DelandineA été dénommée sans suite rue du Trocadéro en 1830.Antoine-François Delandine, né le 5 mars 1756 à Lyon, décédé le 5 mai 1820 à Lyon. Écrivain, député du Forez, bibliothécaire de la ville de Lyon, membre de l’Académie.
Rue Antoine-de- Saint-ExupéryA été dénommée rue du Peyrat jusqu’en 1909.
A été dénommée rue Alphonse- Fochier de 1909 à
2000.
Rue natale de l’aviateur et écrivain né à Lyon (2e) le 29 juin 1900. Disparu en mission entre la Corse et Marseille le 31 juillet 1944.
Quai Antoine- RiboudNouveau quai le long de la place nautique de Confluence.Né à Lyon (2e) le 25 décembre 1918. Industriel, entré dans les fabriques de verre Souchon et Neuvesel, il en a pris la direction puis a développé l’entreprise pour en faire la plus grande société agroalimentaire de France sous le nom de Danone. Mort à Paris le 5 mai 2002
Place Antoine- RivoirePlace non dénommée antérieurement.Antoine-Isaac Rivoire, né le 28 mai 1858 à Lyon (5e). Horticulteur, premier président du syndicat d’initiative et l’un des fondateurs de la Foire de Lyon. Mort en le 28 février 1932 à Lyon (3e).
Rue Antoine- SallèsA été dénommée rue Buisson de 1864 à 1962.Né à Villefranche le 19 mai 1860. Avocat, écrivain, conseiller municipal, adjoint au maire, député. Mort le 23 novembre 1943 à Toulon.
Place Antoine- VollonA été dénommée place Saint-Michel jusqu’en 1907.Peintre né au 4 de cette place le 20 avril 1833, décédé à Paris le 27 août 1900.
Place Antonin- GourjuA été dénommée place du Port-du-Roi en 1716.
Fragment du quai de la Révolution en 1848.
Fragment du quai des Célestins de
1849 à 1930.
Né à Lyon le 11 septembre 1847. Avocat, sénateur du Rhône et conseiller municipal. A été à l’origine de la Compagnie nationale du Rhône. Mort à Lyon (2e) le 10 mars 1926.
Place Antonin- PoncetA été dénommée place de la Charité jusqu’en 1913.Né le 28 mars 1849 à Saint-Trivier-sur- Moignans. Chirurgien en chef de l’Hôtel- Dieu. Décédé le 16 septembre 1913 à Culoz (Ain.
Cour des ArchersA été entièrement transformée en 1863-1864.En mémoire d’une caserne des Archers du roi qui existait à cet endroit.
Rue des ArchersA absorbé le passage Couderc en
1878.
En mémoire d’une caserne des Archers du roi qui existait à cet endroit.
Pont de l’ArchevêchéA été dénommé pont des Comtes au XVIIe siècle.
A été dénommé pont des Chanoines. A été dénommé pont Bellecour de 1709 à 1716.
A été dénommé pont de Bois en 1797.
A changé de dénomination : est devenu le pont Tilsit de 1808 à 1944.
A changé de dénomination en 1964 après sa reconstruction : est devenu le pont Bonaparte.
L’archevêché (palais Saint-Jean) fut construit du XVe au XVIIIe siècle.
Rue de l’ArchidiacreA changé de dénomination avant 1550 : est devenue la rue Gentil.A été ouverte sur un terrain dépendant de l’archidiacre de la cathédrale Saint- Jean.
Place des ArchivesNouvelle place inaugurée le 6
octobre 2010.
Les Archives municipales de Lyon se trouvent sur le côté ouest de la place.
Impasse de l’Argue L’Argue est un outil à filer l’or et l’argent pour le destiner aux tissus précieux.
L’atelier de l’Argue a subsisté longtemps
à cet endroit.
Passage de l’Argue L’Argue est un outil à filer l’or et l’argent pour le destiner aux tissus précieux.
L’atelier de l’Argue a subsisté longtemps
à cet endroit.
Petit passage de l’Argue L’Argue est un outil à filer l’or et l’argent pour le destiner aux tissus précieux.
L’atelier de l’Argue a subsisté longtemps
à cet endroit.
Quai Arlès- DufourNouveau quai le long de la place nautique de Confluence.François Barthélemy Arlès est né le 3 juin 1797 à Sète. Il est devenu Arlès Dufour par conviction égalitaire après son mariage. Il est mort le 21 janvier 1872 à Valauris. Adjoint au maire de Lyon, cofondateur du Crédit lyonnais, à l’origine de la création de la société d’enseignement professionnelle du Rhône.
Impasse de l’ArsenalVoie supprimée.Doit son nom à l’Arsenal élevé sous
François 1er et détruit par un incendie pendant le siège, en 1793.
Quai de l’ArsenalA changé de dénomination en 1855 : est devenu le
quai Tilsitt.
Doit son nom à l’Arsenal élevé sous François 1er et détruit par un incendie pendant le siège, en 1793.
Rue de l’ArsenalA été absorbée par la rue du Plat en 1854.Doit son nom à l’Arsenal élevé sous François 1er et détruit par un incendie pendant le siège, en 1793.
Quai d’ArtoisA changé de dénomination en 1810 : est devenu le cours Napoléon.
A changé de dénomination en 1815 : est devenu le cours d’Angoulème. A changé de dénomination en 1830 : est devenu le quai de la Charité.  A changé de dénomination en 1907 : est devenu le quai Docteur- Gailleton.
Inconnue.
Rue d’ArtoisA été absorbée en 1840 par la rue de la Liberté.
A changé de dénomination en 1854 : est devenue la rue de la Charité.
Inconnue.
Rue de l’Attache- des-BœufsA été dénommée rue de la Boucherie- de-l’Hôpital.
A changé de dénomination en 1841 : est devenue la rue Childebert.
C’est là que l’on attachait les bœufs amenés à la boucherie de l’Hôtel-Dieu.
Rue Auguste- ComteA été dénommée rue Saint-Joseph jusqu’en 1902.Mathématicien et philosophe, fondateur du positivisme. Né à Montpellier en 1798 et mort à Paris en 1857.
Rue de l’AumôneA été absorbée par la rue Dubois.Inconnue.
Rue de l’AumôneA été absorbée par la rue des Quatre- Chapeaux.Inconnue.
Rue d’Auvergne Le terrain fut vendu en 1738 par le cardinal Henri-Oswald de la Tour d’Auvergne, archevêque de Vienne, abbé d’Ainay.
Rue de la BarreFragment de la rue Bourchanin.
A aussi été dénommée rue du Pont-du-Rhône en 1680.
En 1320, le roi Philippe-le-Long « octroya » aux citoyens de Lyon le droit de lever un droit sur les marchandises entrant en ville par le pont du Rhône. La barrière ou « barre » précisait l’endroit où se  percevait cet octroi.
Rue des BarricadesA été dénommée rue Casimir-Périer jusqu’en 1848.
A changé de dénomination en 1849 : est redevenue la rue Casimir-Périer.
Inconnue.
Rue Basse- GrenetteA été absorbée par la rue Centrale en 1850.
A changé de dénomination en 1943 : est devenue la rue de Brest.
Une halle aux grains y était établie.
Rue Basses- BrayesLors de la construction du quai Monsieur en 1775, est devenue un fragment de la cour qui fait communiquer le quai et la rue des
Marronniers.
Cette ruelle servait sans doute à bien des usages contraires à la propriété publique, d’où son nom.
Rue du Bastion- de-VilleroySupprimée lors de la construction des immeubles du quai du Rhône, entre la rue de la Barre et la rue de la Charité.Inconnue.
Rue BataclanA changé de dénomination vers 1926 : est devenue la rue Bellevue.
Un fragment de la rue Bellevue a été absorbée par la rue Pierre-Bonnaud en 1934.
Inconnue.
Rue du Bât- d’ArgentA absorbé la rue du Pas-Étroit.Le nom vient du métier de bâtier, ou bourrelier dont l’un avait pris une
enseigne d’argent au n°17.
Cours BayardNouvelle voie.Pierre Terrail, seigneur de Bayard, dit le chevalier sans peur et sans reproche, est né à Pontcharra, château de Bayard, entre 1473 et 1476 et mort le 30 avril 1524 à Romagno Sesia (Italie).
Passage Bayard Pierre Terrail, seigneur de Bayard, dit le chevalier sans peur et sans reproche, est né à Pontcharra, château de Bayard, entre 1473 et 1476 et mort le 30 avril 1524 à Romagno Sesia (Italie).
Rue BayardA changé de dénomination en 1854 : est devenue la rue Ravez.
A été absorbée en 1878 par la rue des Remparts-d’Ainay.
Pierre Terrail, seigneur de Bayard, dit le chevalier sans peur et sans reproche, est né à Pontcharra, château de Bayard, entre 1473 et 1476 et mort le 30 avril 1524 à Romagno Sesia (Italie).
Place Béatrice- ArztNouvelle place.Béatrice Arzt, née Benaroya, en 1913 à Lyon, elle y est morte le 4 septembre 2011. Résistante et 1ère femme magistrate de France, qui a été présidente du tribunal de Trévoux puis
de Villeurbanne.
Quai BeaurepaireA été dénommé  quai Villeroy de 1740 à 1793.
A changé de dénomination en 1810 : est redevenu le quai Villeroy.
A été absorbé par le quai Saint-Antoine en 1848.
A changé de dénomination de 1848 à 1849 : est devenu le quai de la Révolution.
A changé de dénomination en 1849 : est devenu le quai Saint-Antoine.
Nicolas-Joseph Beaurepaire, officier né à Coulommiers en 1740, mort en 1792, il défendit Verdun contre les Prussiens.
Rue du Bélier Proviendrait des pièces de béliers hydrauliques laissées sur place par des entreprises après des travaux.
Rue BellecordièreA été dénommée rue Régnier.
A été dénommée rue Neuve-de- Confort.
A été absorbée par la rue Impériale en 1854.
La rue Impériale a changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue de Lyon.
La rue de Lyon a changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue de la République.
Louise Labé, surnommée la Belle cordière, née vers 1524 à Lyon (1er), morte le 25 avril 1566 à Parcieux-en- Dombes. Poétesse, fille et épouse de cordiers.
Rue BellecordièreA été dénommée rue Bourchanin jusqu’en 1855.Louise Labé, surnommée la Belle cordière, née vers 1524 à Lyon (1er), morte le 25 avril 1566 à Parcieux-en- Dombes. Poétesse, fille et épouse de cordiers.
Place BellecourA été dénommée place Louis-le-Grand de 1714 à 1790.
A été dénommée place de la Fédération de 1790
à 1792.
A été dénommée place de l’Égalité de 1792 à 1801.
A été dénommée place Bonaparte de 1801 à 1814.
A été dénommée place Louis-le-Grand de 1814 à 1848 puis
de 1852 à 1871.
Ce nom rend hommage à la beauté du lieu, La Bella curtis du XIIe siècle est devenue le pré de Belle court puis Bellecour.
Pont BellecourA été dénommé pont de l’Archevêché aux XVe, XVIIe et XVIIIe
siècles.
A été dénommé pont des Comtes au XVIIe siècle.
A été dénommé pont des Chanoines. A changé de dénomination en 1797 est devenu le pont de Bois.
A changé de dénomination : est devenu le pont Tilsit de 1808 à 1944.
A changé de dénomination en 1964 après sa reconstruction : est devenu le pont Bonaparte.
Ce nom rend hommage à la beauté du lieu, La Bella curtis du XIIe siècle est devenue le pré de Belle court puis Bellecour.
Rue BellecourA été dénommée rue Bonaparte de 1802 à 1814.
A été dénommée rue Louis-le-Grand de 1814 à 1849 puis
de 1870 à 1871.
A changé de dénomination en 1945 : est devenue la rue Colonel- Chambonnet.
Ce nom rend hommage à la beauté du lieu, La Bella curtis du XIIe siècle est devenue le pré de Belle court puis Bellecour.
Pont de BellevueA changé de dénomination en 1830 : est devenu le pont d’Orléans.
A changé de dénomination : est devenu le pont de la Mulatière.
 
Rue de BernisA été dénommée rue Vuillerme en 1837.François Joachime de Pierre, cardinal de Bernis, ministre et diplomate, comte de Lyon, archevêque d’Albi. Né à Saint- Marcel-d’Ardèche en 1715, mort à Rome en 1794.
Cours BertinA été dénommé cours du Midi de 1787 à 1789.
A changé de dénomination en 1841 : est devenu le cours Napoléon.
A changé de dénomination en 1848 : est devenu le cours de la République.
A changé de dénomination en 1849 : est redevenu le cours Napoléon. A changé de dénomination en 1870 : est redevenu le cours du Midi.
A changé de dénomination en 1916 : est devenu le cours de Verdun.
A été fragmenté en 1982 : est devenu le
cours de Verdun-
Inconnue. Probablement en hommage à Henri Bertin, ministre d’État, ancien intendant de Lyon.
Rue des BésiclesA changé de dénomination en 1810 : est devenue la rue Comet.
A été absorbée par la rue Tupin en 1854.
Inconnue.
Rue Besson- BasseA été absorbée en 1932 par la rue Ferdinand-Buisson.Jacques Besson, notaire royal à Lyon. Sa famille était originaire de Rive-de-Gier où il naquit en 1653. Propriétaire de Montchat.
Rue BeynoA changé de dénomination en 1680 : est devenue la rue Gaudinière et la rue Tupin-Rompu. A été absorbée par la rue Thomassin en 1854.Inconnue.
Rue BichatA absorbé un fragment de la rue Marc-Antoine-Petit en 1932.Xavier Bichat, né le 14 novembre 1771 à Thoirette (Jura) et mort le 22 juillet 1802 à Paris, est un médecin et anatomo- pathologiste.
Impasse BissuetA changé de dénomination en 1856 : est devenue l’impasse Gentil.Propriétaire d’une maison dans l’impasse, qui demanda en 18(§ à l’administration de donner un nom officiel à cette voie.
Rue BlancherieA été appelée aussi rue Blanchère.
A été absorbée par le rue Grolée en 1854.
Inconnue.
Pont de BoisA été dénommé pont de l’Archevêché aux XVe, XVIIe et XVIIIe
siècles.
A été dénommé pont des Comtes au XVIIe siècle.
A été dénommé pont des Chanoines. A été dénommé pont Bellecour de 1709 à 1716.
A changé de dénomination : est devenu le pont Tilsit de 1808 à 1944.
A changé de dénomination en 1964 après sa reconstruction : est devenu le pont Bonaparte.
Le premier pont construit ici, à partir de 1634, était en bois.
Rue Boissac André Athiaud de Boissac était lieutenant général du Roi pour Lyon vers 1650. Il fit ouvrir cette rue vers 1645 pour y faire construire son hôtel particulier à l’angle de la rue Sala au n°9
et n°11.
Place BonaparteA été dénommée place Bellecour jusqu’en 1714.
A été dénommée place Louis-le-Grand de 1714 à 1790.
A été dénommée place de la Fédération de 1790
à 1792.
A été dénommée place de l’Égalité de 1792 à 1801.
A changé de dénomination de 1814 à 1848 puis de
1852 à 1871 : est redevenue la place Louis-le-Grand.
A changé de dénomination de 1848 à 1852 puis en
1871 : est redevenue la place Bellecour.
Napoléon Bonaparte, Premier Consul, Empereur des Français. Né le 15 août 1769 à Ajaccio et mort le 5 mai 1821 sur l’île Sainte-Hélène.
Pont BonaparteA été dénommé pont de l’Archevêché aux XVe, XVIIe et XVIIIe
siècles.
A été dénommé pont des Comtes au XVIIe siècle.
A été dénommé pont des Chanoines. A été dénommé pont Bellecour de 1709 à 1716.
A été dénommé pont de Bois en 1797.
A été dénommé pont Tilsit de 1808 à 1944.
Napoléon Bonaparte, Premier Consul, Empereur des Français. Né le 15 août 1769 à Ajaccio et mort le 5 mai 1821 sur l’île Sainte-Hélène.
Rue BonaparteA changé de dénomination de 1814 à 1849 et de
1870 à 1871 : est devenue la rue Louis- le-Grand.
A changé de dénomination de 1849 à 1870 et de
1871 à 1945 : est devenue la rue Bellecour.
A changé de dénomination en 1945 : est devenue la rue Colonnel- Chambonnet.
Napoléon Bonaparte, Premier Consul, Empereur des Français. Né le 15 août 1769 à Ajaccio et mort le 5 mai 1821 sur l’île Sainte-Hélène.
Rue de BondyA changé de dénomination en 1837 : est devenue la rue Eynard.Pierre-Marie Taillepied, comte de Bondy, né et mort à Paris les 7 octobre 1766 et 11 janvier 1847. Préfet du Rhône de 1810 à 1814, œuvrant à l’aménagement de Perrache et défendant la ville lors de l’arrivée des Autrichiens.
Rue de BonneveauxA été dénommée rue de l’Estrapade. A été dénommée rue des Générales. A été dénommée rue des Garennes. Disparue lors du percement de la rue de la République en 1854.Les moines de l’Abbaye de Bonneveaux possédaient une maison dans cette rue.
Quai Bon- RencontreA été absorbé par le quai de l’Hôpital ou quai de l’Hospice vers 1872.
A changé de dénomination en 1917 : est devenu le quai Jules- Courmont.
Chapelle dédiée à Notre-Dame de Bon- Rencontre
Rue Bon- RencontreVoie disparue.Chapelle dédiée à Notre-Dame de Bon- Rencontre
Rue de la Boucherie-de- l’HôpitalA changé de dénomination avant 1820 : est devenue la rue de l’Attache- aux-Bœufs.
A changé de dénomination en 1841 : est devenue la rue Childebert.
En référence à la boucherie de l’Hôtel- Dieu construite en 1570.
Rue des BouquetiersA été dénommée rue des Harengères, rue de la Chapellerie et rue de l’Épicerie.Un marché aux fleurs y était installé
Rue de BourbonA été dénommée rue de la République de 1848 à 1852.
A été dénommée sans suite rue Nationale en 1878. A changé de dénomination en 1885 : est devenue la rue Victor-Hugo.
Du nom de la famille royale.
Rue BourchaninUn fragment a changé de dénomination : est devenu la rue de la Barre.
A changé de dénomination en 1855 : est devenue la rue Bellecordière.
De 1399 à 1549, elle faisait partie de la rente noble de Bourchanin. En langage lyonnais, « chanin » signifie malsain.
Rue BourgelatA été dénommée rue du Manège jusqu’en 1821.
A absorbé en 1854 la rue du Chapitre- d’Ainay.
Claude Bourgelat, né à Lyon le 11 novembre 1712 (paroisse Saint-Nizier), mort à Paris le 3 janvier 1779. Fondateur des premières écoles vétérinaires en France. La première s’ouvrit à la Guillotière en 1762.
Place de la BourseNouvelle place.Le palais de la Bourse fut édifié de 1855 à 1862 par l’architecte René Dardel.
Rue de la BourseA été dénommée rue Minnié ou Meinier, place des Jésuites et rue Henri en 1680.
A été dénommée place du Collège et rue Treize-Pas en 1821.
A été dénommée place du Lycée en
1810.
Le palais de la Bourse fut édifié de 1855 à 1862 par l’architecte René Dardel.
Rue de BrestA été dénommée rue Centrale de 1850 à 1943.Ville filleule de la Ville de Lyon, à la suite des bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Rue BuissonA changé de dénomination en 1962 : est devenue la rue Antoine-
Sallès.
Inconnue.
Rue BuissonVoie supprimée lors de la construction du Palais de la Bourse en 1856.Inconnue.
Place Camille- GeorgesNouvelle place.Premier maire du 2e arrondissement de 1983 à 1989. Né le 4 juillet 1920 près de Belfort, mort le 7 juin 2006 à Lyon.
Place de la Capitainerie Plus ancien bâtiment du quartier construit en 1926, l’ancienne Capitainerie est aussi le dernier chantier de réhabilitation et d’aménagement des Docks de la Confluence
Rue CardonNouvelle voie créée en 1830 et
supprimée en 1855 par l’emprise du chemin de fer.
Horace Folch Cardony ou Cardoni, plus connu sous le nom d’Horace Cardon, né en 1565 ou 1566 à Lucques et mort le 21 juin 1641. Imprimeur et libraire, anobli par Henri IV en 1605 et échevin de Lyon en 1610.
Place CarnotA été dénommée place des Victoires sous le 1er Empire. A été dénommée place Louis-XVIII de 1821 à 1848.
A été dénommée place de la République en 1848. A été dénommée place de la Liberté de 1848 à 1849.
A été dénommée place Louis- Napoléon de 1849 à 1855.
A été dénommée place Napoléon de 1855 à 1871.
A été dénommée place Perrache de 1871 à 1889.
Lazare Carnot, né à Nolay en 1753, mort à Magdebourg en 1823. Mathématicien, physicien, général et homme politique.
Rue CarolineA changé de dénomination en 1837 : est devenue la rue Dugas- Montbel.Inconnue.
Rue Casimir- PérierA été dénommée sans suite rue Marie- Thérèse en 1830.
A été dénommée rue des Barricade de 1848 à 1849.
Casimir-Pierre Périer, né le 11 octobre 1777 à Grenoble et mort le 16 mai 1832 à Paris. Banquier et homme d’État.
Rue de Castries Famille de la noblesse, connue surtout par Charles, maréchal et ministre de la marine mort en 1800 et par Augustin, lieutenant général du Roi en 1787 pour la province du Lyonnais.
Impasse Catelin Claude Catelin, architecte de l’une des maisons de cette impasse. Né le 5 mars 1784 à Lyon (paroisse Saint-Pierre-Saint- Saturnin), décédé le 4 octobre 1844 à
Lyon.
Impasse des CélestinsVoie disparue située vers la place des Célestins.Le monastère des Célestins fut fondé en 1407 et a subsisté jusqu’en 1778.
Place des Célestins Le monastère des Célestins fut fondé en 1407 et a subsisté jusqu’en 1778.
Quai des CélestinsA absorbé la place du Port-du-Temple. A été un fragment du quai de la Révolution de 1848
à 1849.
Le monastère des Célestins fut fondé en 1407 et a subsisté jusqu’en 1778.
Rue des CélestinsA été dénommée avenue du Jardin-du- Midi de 1797 à 1812. A changé de dénomination en 1918 : est devenue la rue Gaspard- André.Le monastère des Célestins fut fondé en 1407 et a subsisté jusqu’en 1778.
Rue CentraleA absorbé la rue des Trois-Carreaux, la rue Basse-Grenette et la rue des Halles- de-la-Grenette en 1850.
La partie appelée rue Centrale prolongée devient la rue Gasparin en 1863.
A changé de dénomination en 1943 : est devenue la rue de Brest.
Premier axe nord sud, percé au XIXe siècle, reliant les Terreaux à la place Bellecour.
Trémie 1 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Trémie 2 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Trémie 3 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Trémie 4 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Trémie 5 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Trémie 6 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Trémie 7 du Centre-d’échange de-PerracheLe centre d’échange de Perrache est inauguré le 25 juin 1976.Michel-Antoine Perrache est né à Lyon (Saint-Nizier) le 23 novembre 1726, il y est mort (Ainay) le 12 octobre 1779. Ingénieur qui conçut en 1760 le projet de joindre l’île Moignat à la presqu’île et de repousser le confluent à la Mulatière.
Rue de ChabrolA changé de dénomination en 1837 : est devenue la rue Nivière-Chol.André-Jean de Chabrol de Crouzol. Né à Riom (Puy-de-Dôme) vers 1770. Préfet du Rhône (1814-1817), mort au château de Chabannes, près de Thiers (Puy-de- Dôme), le 7 octobre 1836.
Port des ChaînesÉtait situé vers le square Janmot.Au XVIe siècle, Le consulat dispose d’un moyen de contrôle de la navigation dans la ville : les chaînes sur la Saône. Deux chaînes sont tendues sur la Saône, d’une rive à l’autre. La première se trouve à l’entrée de la ville au nord, tendue du quartier Saint-Vincent à la forteresse de Pierre-Scize. La seconde est, quant à elle, située à la sortie de la ville en amont de la confluence, entre l’abbaye d’Ainay et la porte Saint-Georges.
Rue des Chaînes- d’Ainay.A été absorbée par le square d’Ainay.La nuit, on tendait des chaînes sur la Saône pour empêcher l’entrée des
bateaux dans la ville.
Quai ChalamontA été absorbé par le quai Saint-Antoine en 1809.Riche citoyen de la ville qui vivait au XIIIe siècle.
Rue ChalamontA été absorbée par la rue Dubois en 1854.
Un fragment de la rue Dubois a changé de dénomination en 1962 : est devenue la rue Henri- Germain.
Riche citoyen de la ville qui vivait au XIIIe siècle.
Place du Champ- de-MarsA été dénommée place Charles-X de 1830 à 1838.
A changé de dénomination en 1842 : est devenue la place Louis- Philippe.
A changé de dénomination en 1848 : est devenue la place de l’Hippodrome.
A changé de dénomination en 1852 : est redevenue la place Louis-Philippe.
A changé de dénomination en 1853 : est redevenue la place de l’Hippodrome.
Place destinée aux revues et évolutions militaires. Mars est le dieu romain de la guerre.
Rue Champier Symphorien Champier, médecin, échevin de Lyon, historien et humaniste. Né en 1471 ou 1472, mort en 1539.
Pont du ChangeA été dénommé pont de Pierre au XIe siècle.
A été dénommé pont de Saône en 1680.
A été dénommé pont de Nemours en 1844.
A été dénommé pont de la Révolution en 1848. A été dénommé pont de la Liberté en 1849.
A été à nouveau dénommé pont de Nemours en 1852. A été détruit en reconstruit en 1945.
Le pont reliait la place du Change, lieu de transactions commerciales, à la presqu’île.
Pont des ChanoinesA été dénommé pont de l’Archevêché aux XVe, XVIIe et XVIIIe
siècles.
A été dénommé pont des Comtes au XVIIe siècle.
A été dénommé pont Bellecour de 1709 à 1716.
A été dénommé pont de Bois en 1797.
A changé de dénomination : est devenu le pont Tilsit de 1808 à 1944.
A changé de dénomination en 1964 après sa reconstruction : est devenu le pont Bonaparte.
Inconnue.
Cour des ChantiersA été dénommée également cour Fréquent.
A changé de dénomination en 1843 : est devenue la cour des Trois- Passages.
Inconnue.
Rue ChanuA changé de dénomination avant 1560 : est devenue la rue Paradis.
Un fragment a été absorbé par la place de la République en 1856.
A changé de dénomination en 1920 : est devenue la rue David-Girin.
Inconnue.
Rue des ChapeliersA été dénommée ruelle Ferrandière de 1493 à 1660.
A été dénommée rue de la Cornemuse de 1660 à 1665.
A changé de dénomination en 1774 : est devenue la rue des Quatre- Chapeaux.
A absorbé la rue de l’Aumône.
Viendrait d’une enseigne de chapelier.
Rue du Chapitre- d’AinayA été absorbée en 1854 par la rue Bourgelat.L’abbaye bénédictine d’Ainay fut sécularisée en chapitre en 1684.
Rue du Charbon- BlancA été dénommée rue de la Croisette avant 1680.
A été absorbée en 1854 par la rue Palais-Grillet.
Inconnue.
Place de la CharitéA été dénommée place Sainte-Hélène de 1775 à 1789.Hôpital général de la Charité et Aumône générale de Lyon. Construit de 1617 à 1624, il fut démoli en 1934, à l’exception du clocher.
Quai de la CharitéA été dénommé quai d’Artois de 1789 à 1810.
A été dénommé cours Napoléon entre 1810 et 1815. A été dénommé cours d’Angoulême entre 1815 et 1830. A absorbé le quai Monsieur entre 1840 et 1858 .
A changé de dénomination en 1907 : est devenu le quai Docteur- Gailletton.
Hôpital général de la Charité et Aumône générale de Lyon. Construit de 1617 à 1624, il fut démoli en 1934, à l’exception du clocher.
Rue de la CharitéA été dénommée rue de la Madeleine. A absorbé la rue Métrat en 1728.
A absorbé la rue Neuve-de-la-Charité en 1772.
A absorbé la rue de la Liberté en 1854.
Hôpital général de la Charité et Aumône générale de Lyon. Construit de 1617 à 1624, il fut démoli en 1934, à l’exception du clocher.
Cours CharlemagneNouvelle voie.Souverain de la dynastie des Carolingiens.
Rue Charles- BaudelaireNouvelle voie.Poète, né à Paris le 9 avril 1821, il meurt dans la même ville le 31 août 1867.
Rue Charles- BiennierNouvelle voie.Ciseleur, conseiller municipal de 1908 à 1935 et adjoint à la mairie du 2e arrondissement de Lyon. Né le 27 janvier 1864 à Lyon (5e), mort le 19 septembre 1936 à Lyon (2e).
Rue Charles- DullinA été dénommée avenue du Jardin-du- Nord de 1797 à 1812.
A été dénommée rue d’Égypte de 1812 à 1821
A été dénommée rue Amédée de 1821 à 1827.
A été dénommée rue d’Égypte de
1827 à 1955.
Comédien. Débuta à Lyon avant de fonder à Paris, le théâtre de l’atelier. Né à Yenne (Savoie) le 12 mai 1885, décédé à Paris (12e) le 11 décembre 1949.
Place Charles- Marie-WidorA été dénommée place Saint-François jusqu’en 1957.Organiste et compositeur, titulaire des orgues de l’église Saint-François de Sales. Né à Lyon le 21 février 1844, mort à Paris le 12 mars 1937.
Rue Charles- PhiliponNouvelle voie.Peintre, dessinateur et créateur de journaux satiriques, né le 19 avril 1800 à Lyon, et mort le 26 janvier 1862 à Paris.
Place Charles-XA changé de dénomination en 1838 : est devenue la place du Champ- de-Mars.
A changé de dénomination en 1842 : est devenue la place Louis- Philippe.
A changé de dénomination en 1848 : est devenue la place de l’Hippodrome.
A changé de dénomination en 1852 : est redevenue la place Louis-Philippe.
A changé de dénomination en 1853 : est redevenue la place de l’Hippodrome.
Charles-Philippe de France, comte d’Artois, plus connu sous le nom de Charles X, né le 9 octobre 1757 à Versailles et mort le 6 novembre 1836 à Goritz en Autriche, est roi de France et de Navarre de 1824 à 1830.
Pont Charles-XA changé de dénomination en 1828 : est devenu le pont du Concert.
A changé de dénomination en 1830 : est devenu le pont Lafayette.
Charles-Philippe de France, comte d’Artois, plus connu sous le nom de Charles X, né le 9 octobre 1757 à Versailles et mort le 6 novembre 1836 à Goritz en Autriche, est roi de France et de Navarre de 1824 à 1830.
Rue du Chemin- de-FerA changé de dénomination en 1868 : est devenue la rue Denuzière.Parallèle à ligne de chemin de fer au sud de la gare de Perrache.
Place Chevalier- de-Saint-GeorgesNouvelle place.Joseph Bologne de Saint-Georges est né le 25 décembre 1745 à Baillif en Guadeloupe, il est mort le 10 juin 1799 à Paris. Militaire, musicien (compositeur, violoniste, chef d’orchestre) et
escrimeur.
Rue ChildebertA été dénommée rue de la Boucherie- de-l’Hôpital jusqu’au alentours de 1820.
A été dénommée rue de l’Attache-des- Bœufs de 1820 à 1841.
Roi des francs qui fonda en 549 l’hôpital Notre-Dame de la Saunerie, le premier de la ville.
Rue ClaudiaNouvelle voie.Claudia Boussonnet, née à Lyon en 1634, décédée à Paris en 1694. Graveuse de
talent.
Rue ClaudiaA été absorbée par la place des Cordeliers vers 1858 lors de la démolition de la Maison du Concert.Claudia Boussonnet, née à Lyon en 1634, décédée à Paris en 1694. Graveuse de talent.
Rue Claudius- CollongeA été dénommée rue d’Alger jusqu’en 1868.Président de l’Union française des Anciens combattants. Né le 13 décembre 1896 à Lyon (3e), décédé à Oullins le 7 mars 1968.
Rue ClébergA changé de dénomination en 1837 : est devenue la rue Lemontey.Jean Cléberg, dit le Bon Allemand, un  des premiers bienfaiteurs de l’Hospice  de la charité. Né à Nuremberg vers 1485, décédé à Lyon le 6 septembre 1546.
Rue du Clos-de-la- BoucherieSituée vers la rue de l’Hôpital, actuelle rue Marcel-Gabriel- Rivière.En référence à la boucherie de l’Hôtel- Dieu construite en 1570.
Rue Clotilde- BizolonA été dénommée rue Martin jusqu’en 1940.Marie Josephe Clotilde Thévenet, épouse de Joseph Bizolon, née à Coligny le 20 janvier 1871, décédée à Lyon (2e arrondissement) le 3 mars 1940.
Fondatrice de l’Œuvre du déjeuner du soldat, elle distribuait des repas aux soldats près de la gare de Perrache pendant la guerre de 1914-1918, d’où son surnom de « Maman des Poilus ».
Passerelle du Collège En référence au collège des Jésuites devenu collège et lycée Ampère.
Place du CollègeA été également appelée place du Grand-Collège.
A été dénommée place des Jésuites jusqu’en 1810.
A été dénommée place du Lycée de 1810 à 1821.
A été absorbée en 1860 par la rue de la
Bourse.
Collège de la Trinité, fondé en 1527, construit à partir de 1607.
Rue ColombeA changé de dénomination de 1757 à 1942 : est devenue la rue Sainte-Colombe.
A été dénommée sans suite rue Louise- de-Bettignies en 1940.
A changé de dénomination en 1942 : est devenue la rue Joannès- Drevet.
Inconnue.
Rue Colonel- ChambonnetA été dénommée rue Bonaparte de 1802 à 1814.
A été dénommée rue Louis-le-Grand de 1814 à 1849 puis
de 1870 à 1871.
A été dénommée rue Bellecour de 1849 à 1870 et de
1871 à 1945.
Colonel de Forces françaises de l’intérieur, né le 4 octobre 1903 à Bessèges (Gard), assassiné par la Gestapo, place Bellecour, le 27 juillet 1944.
Rue des ColoniesA été absorbée en 1900 par la rue du Peyrat.L’entrepôt des denrées coloniales lui avait donné son nom.
Rue de la ComédieSituée vers la place des Célestins.En référence au théâtre des Célestins.
Pont des ComtesA été dénommé pont de l’Archevêché aux XVe, XVIIe et XVIIIe
siècles.
A été dénommé pont des Chanoines. A été dénommé pont Bellecour de 1709 à 1716.
A été dénommé pont de Bois en 1797.
A changé de dénomination : est devenu le pont Tilsit de 1808 à 1944.
A changé de dénomination en 1964 après sa reconstruction : est devenu le pont Bonaparte.
En référence aux Chanoines-Comtes de Saint-Jean.
Place du ConcertA été absorbée par la place des Cordeliers.La salle de concert fut construite en 1724 sur cette place pour l’Académie de musique. Elle fut démolie en 1858.
Pont du ConcertA été dénommé pont Charles-X en 1826.
A changé de dénomination en 1830 : est devenu le
pont Lafayette.
La salle de concert fut construite en 1724 sur cette place pour l’Académie de musique. Elle fut démolie en 1858.
Rue du ConcertA été absorbée par la place des Cordeliers.La salle de concert fut construite en 1724 sur la place pour l’Académie de musique. Elle fut démolie en 1858.
Rue de la ConcordeA été dénommée rue de la Reine jusqu’en 1848 puis
de 1852 à 1878.
A changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue Franklin.
Inconnue.
Rue de CondéA été dénommée rue du Peuple en 1848 seulement.Famille française de sang royal qui se perpétua pendant dix générations, jusqu’à la mort, en 1830, de Louis-Henri-
Joseph.
Place du ConfalonA été absorbée par la rue Président-
Carnot.
La confrérie des Pénitents du Confalon avait été fondée par Saint-Bonaventure
en 1274.
Rue du ConfalonA été absorbée par la rue Saint- Bonaventure en 1854.La confrérie des Pénitents du Confalon avait été fondée par Saint-Bonaventure en 1274.
Rue du ConfluentVoie supprimée.Confluent de la Saône et du Rhône.
Place ConfortA changé de dénomination en 1782 : est devenue la place des Jacobins.
A changé de dénomination en 1794 : est devenue la place de la Fraternité.
A changé de dénomination en 1841 : est devenue la place de la Préfécture.
A changé de dénomination en 1868 : est devenue la place de l’Impératrice.
A changé de dénomination en 1871 : est redevenue la place des Jacobins.
Le couvent des Dominicains de Lyon était dédié à Notre-Dame de Confort avant 1810.
Rue ConfortA été dénommée rue Sautemouche de 1795 à 1810.
Un fragment a changé de dénomination en 1982 : est devenu la rue Louis-Paufique.
Le couvent des Dominicains de Lyon était dédié à Notre-Dame de Confort avant 1810.
Place circulaire des CordeliersNom donné à la place des Cordeliers.Les religieux franciscains, ou cordeliers, s’établirent à Lyon en 1220. Le nom cordeliers vient de leur robe tenue par une forte corde.
Place des CordeliersA été dénommée également place circulaire des Cordeliers.
A été dénommée place du Méridien pendant la Révolution.
A absorbé en 1858 la place du Vin, la rue Claudia, la rue des Cordeliers, la rue du Concert et la place du Concert.
Les religieux franciscains, ou cordeliers, s’établirent à Lyon en 1220. Le nom cordeliers vient de leur robe tenue par une forte corde. La place fut créée sur leur terrain par suite d’une transaction passée entre eux et le Consulat le 13 décembre 1557.
Port des CordeliersA été également appelé quai des Cordeliers.
A été absorbé par le quai de l’Hôpital vers 1872.
A changé de dénomination en 1917 : est devenu le quai Jules- Courmont.
Les religieux franciscains, ou cordeliers, s’établirent à Lyon en 1220. Le nom cordeliers vient de leur robe tenue par une forte corde.
Quai des CordeliersA été également appelé port des Cordeliers.
A été absorbé par le quai de l’Hôpital vers 1872.
A changé de dénomination en 1917 : est devenu le quai Jules- Courmont.
Les religieux franciscains, ou cordeliers, s’établirent à Lyon en 1220. Le nom cordeliers vient de leur robe tenue par une forte corde.
Rue des CordeliersA été absorbée par la place des Cordeliers.Les religieux franciscains, ou cordeliers, s’établirent à Lyon en 1220. Le nom cordeliers vient de leur robe tenue par une forte corde.
Rue de la CornemuseA été dénommée ruelle Ferrandière de 1493 à 1660.
A changé de dénomination en 1665 : est devenue la rue des Chapeliers.
A changé de dénomination en 1774 : est devenue la rue des Quatre- Chapeaux.
A absorbé la rue de l’Aumône.
Inconnue.
Rue du CornetA été dénommée rue des Bésicles de 1680 à 1810.
A été absorbée en
1854 par la rue Tupin.
Inconnue.
Passage CoudercA été absorbé par la
rue des Archers en 1878.
Guillaume-Benoît Couderc, banquier,
député du Rhône, né en 1742, décédé à Lyon le 9 mai 1809.
Rue de la CroisetteA changé de dénomination avant 1680 : est devenue la rue du Charbon- Blanc.
A été absorbée en
1854 par la rue Palais-Grillet.
Inconnue.
Chemin du GouletA changé de dénomination en 1961 : est devenu la rue Paul-
Montrochet.
Petit canal qui faisait communiquer les eaux de la Saône avec celles de la gare d’eau de Perrache.
Grand Cloître Nom donné en raison de l’architecture
de la cour.
Place du Grand- CollègeA été également appelée place du Collège.
A été dénommée place des Jésuites jusqu’en 1810.
A été dénommée place du Lycée de 1810 à 1821.
A été absorbée en
1860 par la rue de la Bourse.
En référence à l’actuel Lycée Ampère.
Rue GrenetteA été dénommée rue des Albergeries.La halle aux grains y était établie.
Place GrenouilleA été absorbée par la rue des Quatre- Chapeaux.Inconnue.
Rue GroléeA absorbé la rue de la Blancherie en 1854.Une des plus importantes familles de Lyon au Moyen Âge, qui donna les terrains où fut construit le couvent des Cordeliers.
Place GrolierA changé de dénomination en 1907 : est devenue la place Gailletton.Principal actionnaire de l’entreprise Perrache.
Pont de la GuillotièreA également été dénommé pont du Rhône.
Démoli en 1952 et remplacé par l’actuel pont métallique en 1953.
C’est le pont qui menait de Lyon au faubourg de la Guillotière. Selon l’étymologie la plus vraisemblable, à l’époque médiévale, la Guillotière fut une auberge tenue par un certain Guillot.
Rue Guynemera été dénommée rue Sainte-Claire jusqu’en 1917.Georges Marie Ludovic Jules Guynemer, né le 24 décembre 1894 à Paris (16e ) et mort le 11 septembre 1917 à  Poelkapelle (Belgique) au cours d’un combat aérien. Aviateur français, « as des as », il est l’un des pilotes de guerre français les plus renommés de la Première Guerre mondiale.
Place de la Halle- au-BléA été supprimée lors de la création de la rue Président- Carnot.La halle aux blés, construite ne 1811 par Joseph-Jean-Pascal Gay, fut transformée en mont-de-piété par Ennemond Hotelard en 1835-1837 et supprimée lors de la percée de la rue du Président-
Carnot.
Rue des Halles-de la-GrenetteA été absorbée par la rue Centrale en 1850.
A changé de dénomination en 1943 : est devenue la rue de Brest.
La halle aux grains y était établie.
Rue Henri- GermainFragment de la rue Dubois.Fondateur du Crédit lyonnais en 1863, député en 1859. Né à Lyon le 19 février 1824, mort à Paris en 1905.
Place Henri-IVA été dénommée place de l’Espérance entre 1848 et 1849. A changé de dénomination en 1884.Roi de France né en 1553, mort en 1610.
Rue Henri-IVA été dénommée rue de l’Espérance de 1848 à 1849.Roi de France né en 1553, mort en 1610.
Place de l’HippodromeA été dénommée place Charles-X de 1830 à 1838.
A été dénommée place du Champs-de- Mars de 1838 à 1842.
A été dénommée place Louis-Philippe de 1842 à 1848 puis
de 1852 à 1853.
Le premier hippodrome de Lyon fut créé en ce lieu en 1841.
Grande rue de l’HôpitalA été dénommée rue de l’Hôpital, rue de l’Hospice ou grande rue de l’Hospice.
A changé de dénomination en 1979 : est devenue la rue Marcel- Gabriel-Rivière.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Passage de l’HôpitalA été également dénommé passage de l’Hôtel-Dieu.En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Place de l’HôpitalA été dénommée
place de l’Hôtel-Dieu avant 1821.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Quai de l’HôpitalA été dénommé quai du Rhône.
A également été dénommé quai de l’Hospice.
A absorbé le quai Bon-Rencontre et le quai des Cordeliers avant 1872.
A changé de dénomination en 1917 : est devenu le quai Jules- Courmont.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Rue de l’HôpitalA été dénommée grande rue de l’Hôpital, rue de l’Hospice ou grande rue de l’Hospice.
A changé de dénomination en 1979 : est devenue la rue Marcel- Gabriel-Rivière.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Grande rue de l’HospiceA été dénommée grande rue de l’Hôpital, rue de l’Hôpital ou rue de l’Hospice.
A changé de dénomination en 1979 : est devenue la rue Marcel- Gabriel-Rivière.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Quai de l’HospiceA été dénommé quai du Rhône.
A changé de dénomination : est devenu le quai de l’Hôpital.
A absorbé le quai Bon-Rencontre et le quai des Cordeliers avant 1872.
A changé de dénomination en 1917 : est devenu le quai Jules- Courmont.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Rue de l’HospiceA été dénommée grande rue de l’Hôpital, rue de l’Hôpital ou grande rue de l’Hospice.
A changé de dénomination en 1979 : est devenue la rue Marcel- Gabriel-Rivière.
En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Rue de l’Hôtel-de- VilleA été dénommée rue de l’Impératrice de 1864 à 1871.
A changé de dénomination en 1957 : est devenue la rue du Président- Édouard-Herriot.
Voie qui menait à l’Hôtel de Ville.
Passage de l’Hôtel-DieuA été également dénommé passage de l’Hôpital.En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Place de l’Hôtel- DieuA changé de dénomination avant 1821 : est devenue la place de l’Hôpital.En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Pont de l’Hôtel- DieuA été remplacé en 1918 par le pont Wilson.En référence à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.
Rue Hrant-DinkNouvelle voie.Né le 15 septembre 1954 à Malatya. Journaliste et écrivain turco-arménien. Il est assassiné dans le quartier d’Osmanbey à Istanbul, devant les locaux de son journal bilingue Agos le 19
janvier 2007.
Place Hubert- MounierFuture place annoncée pour 2020.Musicien, chanteur et auteur de bande dessinée né le 21 septembre 1962 à Sainte-Foy-lès-Lyon et mort le 2 mai 2016 à Lavilledieu.
Place de l’ImpératriceA été dénommée place Confort jusqu’en 1782.
A été dénommée place des Jacobins de 1782 à 1794.
A été dénommée place de la Fraternité de 1794 à 1841.
A été dénommée place de la Préfécture de 1841 à 1868.
A changé de dénomination en 1871 : est redevenue la place des Jacobins.
Impératrice Eugénie.
Rue de l’ImpératriceA absorbé la rue de Clermont et la rue de la Sirène en 1864. A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue de Hôtel-de- Ville.
A changé de dénomination en 1957 : est devenue la rue du Président- Édouard-Herriot.
Impératrice Eugénie.
Place ImpérialeA changé de dénomination en 1871 : est devenue la place de Lyon.
A changé de dénomination en 1878 : est devenue la place de la République.
Nommée en l’honneur de Napoléon III.
Rue ImpérialeA absorbé la rue Bellecordière en 1854.
A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue de Lyon.
A changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue de la République.
Nommée en l’honneur de Napoléon III.
Impasse des JacobinsDevait aboutir place Confort, actuelle place des Jacobins.Les Jacobins ou frères prêcheurs de l’Ordre de Saint-Dominique, s’établirent à Lyon vers la fin du XIIIe siècle.
Place des JacobinsA été dénommée place Confort jusqu’en 1782.
A été dénommée place de la Fraternité de 1794 à 1841.
A été dénommée place de la Préfécture de 1841 à 1868.
A été dénommée place de l’impératrice de
1868 à 1871.
Les Jacobins ou frères prêcheurs de l’Ordre de Saint-Dominique, s’établirent à Lyon vers la fin du XIIIe siècle.
Rue Jacqueline-et- Roland-de-PuryNouvelle voie.Jacqueline de Montmollin est née à Neuchatel en 1909, elle est morte en 1973. Roland de Pury est né à Genève en 1909, il est mort à Aix-en-Provence en 1979. Résistants au sein de la CIMADE et du réseau amitié chrétienne avec le père Chaillet.
Cour Jacques- Daléchamps Né en 1513 à Caen et mort le 1er mars 1588 à Lyon. Médecin, botaniste, philologue, et naturaliste. Il est célèbre pour sa traduction latine d’Athénée, enrichie de notes.
Square JanmotA été appelé place des Ormes au XVIe siècle.
A été dénommé place Sainte-Claire jusqu’en 1912.
A absorbé la rue des Chaînes-d’Ainay.
A été dénommé square d’Ainay jusqu’en 1922.
Louis-Anne-François Janmot, peintre né à Lyon le 21 mars 1814, mort à Lyon (2e) le 1er juin 1892.
Avenue du Jardin- du-MidiA changé de dénomination vers 1812 : est devenue la rue des Célestins. A changé de dénomination en 1918 : est devenue la rue Gaspard- André.Inconnue.
Avenue du Jardin- du-NordA changé de dénomination vers 1812 : est devenue la rue d’Égypte.
A changé de dénomination en 1821 : est devenue la rue Amédée.
A changé de dénomination en 1827 : est redevenue la rue d’Égypte
A changé de dénomination en 1955 : est devenue la rue Charles-Dullin.
Inconnue.
Rue JarenteA absorbé la rue Rogé en 1844. Un fragment a changé de dénomination en
1922 : est devenu la
rue Paul-Borel.
Lazare-Victor de Jarente, abbé d’Ainay 1758 à la Révolution, céda gratuitement à la Ville de Lyon le terrain de la rue.
Jardin aquatique Jean-Couty Architecte, peintre, né à Saint-Rambert
le 12 mars 1907, il y est mort le 14 mai 1991.
Rue Jean-de- TournesA été dénommée rue Raisin jusqu’en 1863.Célèbre imprimeur, né à Noyon en 1507, mort à Lyon le 7 septembre 1564, il résida dans cette rue.
Rue Jean-FabreNouvelle voie.Professeur d’obstétrique à la faculté de Médecine. Né à Lyon (4e) le 8 juin 1864, mort à Paris le 6 juin 1921.
Quai Jean-MoulinA été dénommé  quai de Retz de 1740 à la Révolution.
A été dénommé quai des Victoires pendant la Révolution.
A été dénommé quai Lepelletier de 1793 à 1810.
A de nouveau été dénommé quai de Retz de 1810 à 1946.
Préfet, fondateur du Conseil national de la Résistance. Né à Béziers le 20 juin 1899. Arrêté à Caluire par la police allemande, le 21 juin 1943. Mort des tortures subies, incinéré au Père Lachaise le 19 juillet 1943.
Allée Jeanne- Barret Botaniste et exploratrice née en 1740, morte en 1807.
Rue de JérusalemAutre nom de la rue des Marroniers.Inconnue.
Place des JésuitesA changé de dénomination en 1810 : est devenue la place du Lycée. A changé de dénomination en 1821 : est devenue la place du Collège. A été absorbée en
1860 par la rue de la Bourse.
En référence au collège des Jésuites (lycée Ampère).
Rue Joannès- DrevetA été dénommée rue Colombe de 1680 à 1757.
A été dénommée rue Sainte-Colombe de 1757 à 1942.
A été dénommée sans suite rue Louise- de-Bettignies en 1940.
Graveur et aquafortiste. C’est dans cette rue qu’était l’atelier où il a travaillé toute sa vie. Né à Lyon (2e) le 25 mai 1854, mort à Lyon (5e) le 12 juin 1940.
Quai Jules- CourmontA été dénommé quai Bon-Rencontre, quai du Rhône et quai des Cordeliers avant 1872.
A été dénommé quai de l’Hôpital jusqu’en 1917.
Professeur à la faculté de Médecine, promoteur de l’hygiène urbaine. Né à Lyon (3e) le 24 janvier 1865, mort à Lyon (2e) le 24 février 1917.
Square Julien- GrasA été un square sans dénomination.Industriel, résistant, né à Lyon (3e) le 10 mai 1887, arrêté le 23 février 1943, déporté et mort au camp de Sarrebruck le 1er avril 1944.
Rue de JussieuA été dénommée rue Morico et rue Petit-Soulier.La famille lyonnaise de Jussieu, originaire du hameau de ce nom à Bessenay, dans le Rhône, a fourni plusieurs éminents botanistes du XVIIe au XIXe siècle.

Ce travail a été réalisé à partir des données de la Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21

Les dernières publications
Tuxboard