Lyon 5ème : origine des voies du Vieux Lyon (A à H)

Tout savoir sur les rues et les voies du 5ème arrondissement de Lyon. Et pourquoi appelle t-on ce quartier le Vieux Lyon ? Tout simplement parce qu’il s’agit du plus vieux quartier de la ville, d’une superficie de 30 hectares et qui constitue l’un des plus grands quartiers de style Renaissance de France.

Photo Basilique Notre Dame de Fourvière (Txbrd.com)

Découvrez d’où viennent les voies de Lyon 5ème : Place du Gourguillon, Place de la Friperie-Brûlée, Rue de la Ferraterie, Avenue Debrousse, Carrefour de la Demi-Lune, Rue de Cerf-Blanc, Rue de Bourdy, Place de la Baleine…

Nous vous proposons de découvrir ces motifs de changements de noms de rue et pourquoi :

Localisation d’une rue disparue, nom actuel d’une ancienne rue, origine de la dénomination, évolution à travers le temps (nom, numérotation, tracé, limites), liste des habitants ou recensement de population, alignement des rues, statut public ou privé, entretien, etc.

On parle de rues de Lyon mais le terme officiel reste « voies de Lyon », puisque cela regroupe les places, quais, ponts, impasses, tunnels, ruelles, chemins et autres montées !

Historique des voies du 5ème arrondissement de Lyon (A à H)

Voie par ordre alpha des voiesHistorique de la voieOrigine du nom de la voie
Place du 158ème- Régiment- d’InfanterieNouvelle place.Le 158e régiment d’infanterie s’illustre notamment lors des combats pour la conquête de la colline de Lorette (15 mars 1915). Il stationne au fort de Loyasse pendant de nombreuses
années.
Autoroute A6-de- Lyon-à-ParisFin de la construction de l’A6 le 8 décembre 1971 avec l’ouverture du tunnel de Fourvière et achèvement de l’axe Paris – Lyon (455 km).
A été reclassée en Voie-Métropolitaine M6.
 
Autoroute A6-de- Paris-à-LyonFin de la construction de l’A6 le 8 décembre 1971 avec l’ouverture du tunnel de Fourvière et achèvement de l’axe Paris – Lyon (455 km).
A été reclassée en Voie-Métropolitaine M6.
 
Place Abbé-LarueA été dénommée place Saint-Just de 1745 à 1948.François Larue est né à Écoches en décembre 1888. Prêtre, professeur et officier durant les deux guerres mondiales, il participe à l’organisation de l’armée secrète et du maquis de Haute Savoie avant d’être arrêté par la Gestapo, le 20 mars 1944, pour être enfermé à l’école de santé puis au fort Montluc. Il est exécuté le 20 août 1944 au fort de Côte-Lorette, à Saint-Genis- Laval.
Rue Abbé-PaponFragment du chemin de l’Isle-Barbe-et-de- Tassin-à-Francheville et-à-Sainte-Foy en 1734.
A été dénommée chemin de la Petite- Garenne jusqu’en 1948.
Jean-Antoine Papon est le fondateur du sanatorium de Notre-Dame de Lourdes, à Lyon, et de celui de Saint-Genis- l’Argentière. Né le 27 mars 1893, décédé le 22 août 1924.
Passerelle Abbé- Paul-CouturierA été dénommée passerelle Saint- Georges de 1852 à
2003.
Paul Couturier, prêtre français, né à Lyon (3e) le 29 juillet 1881 et mort à Lyon (2e) le 24 mars 1953 est un des pionniers de
l’œcuménisme.
Avenue Adolphe- MaxA été dénommée rue de l’Archevêché et place de Montazet jusqu’en 1863.
A été dénommée avenue de l’Archevêché de 1863 à 1909.
A été dénommée avenue de la Bibliothèque de 1909 à 1939.
Bourgmestre de Bruxelles pendant l’occupation allemande de 1914-1918.
Pont Alphonse- JuinNouveau pont mis en service en 1973.Né à Bône, Annaba en Algérie en 1888, il est mort à Paris en 1967. Il s’est illustré en France et en Afrique durant les deux guerres mondiales jusqu’à devenir maréchal et membre de l’académie française.
Place de l’Ancienne- DouaneA été aussi dénommée place de la Douane.
Se trouvait à l’emplacement actuel du Palais Bondy.
Il n’en reste que la face sud de la rue Carrand.
A été supprimée en
1902.
Siège de la Douane de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Jardin André- Malraux Né le 3 novembre 1901 à Paris, il est mort le 23 novembre 1976 à Créteil. Écrivain, aventurier, homme politique et
intellectuel.
Rue de l’AngeA été dénommée rue de la Chaudronnerie en 1380.
A été dénommée rue de la Peyrollerie au XVIe siècle.
A été dénommée rue du Charbon- Blanc (attesté en 1680).
A changé de dénomination en 1855 : est devenue la rue de l’Ours.
A changé de dénomination en 1909 : est devenue la rue du Professeur- Galtier.
A changé de dénomination en 1962 : est devenue la rue du Docteur- Augros.
Inconnue.
Montée des AngesA été dénommée montée de Gratte- Cul en 1411.
A changé de dénomination en 1933 : est devenue la montée Nicolas- de-Lange.
Inconnue.
Place des AngesA été absorbée par la place de
Fourvière.
Inconnue.
Rue des Anges Inconnue.
Rue de l’AngileParfois dénommée rue de l’Anguille.Inconnue.
Impasse des Anglais Inconnue.
Promenade Annie-et-Régis- Neyret Figures de la défense du patrimoine et de la sauvegarde du Vieux-Lyon. Annie Neyret, née en 1929, décédée en 2019. Régis Neyret, né en 1927, mort en 2019.
Place de l’AntiquailleA été appelée également place de la Buère ou place de la Croix-de-Buery.Du nom de la propriété de Pierre Sala (qui se trouvait à la place de l’ancien hôpital de l’Antiquaille), appelée ainsi au XVIe siècle en raison des ruines antiques découvertes sur son terrain.
Rue de l’AntiquailleA été dénommée rue des Minimes entre 1814 et 1830. A été dénommée sans suite rue Rogatien-le-Nail en 1948.Du nom de la propriété de Pierre Sala (qui se trouvait à la place de l’ancien hôpital de l’Antiquaille), appelée ainsi au XVIe siècle en raison des ruines antiques découvertes sur son terrain.
Rue des AntoninsA été dénommée passage de la Bombarde jusqu’en 1815.D’après une légende voulant qu’un temple dédié à l’empereur romain Antonin le Pieu ait existé à cet endroit. D’autres sources font référence à une seigneurie des Antonins ayant existé au moyen âge.
Rue AppianNouvelle voie.Jacques-Barthélémy dit Adolphe Appian, né à Lyon le 23 août 1818. Peintre et graveur. Mort le 29 avril 1898 à Lyon (5e).
Rue des AqueducsA été dénommée chemin des Aqueducs-Bâtis-par- les-Romains-Appelés la-Touriche-du- Massu-à-l’Étang-de- Saint-Irénée en 1734.
A été dénommée chemin des Arcs. A été dénommée chemin des Aqueducs-aux- Massues jusqu’en 1934.
L’aqueduc romain de la Brévenne aboutissait à cet endroit.
Chemin des Aqueducs-aux- MassuesChemin vicinal ordinaire n° 31. A été dénommé chemin des
Aqueducs-Bâtis-par- les-Romains-Appelés la-Touriche-du- Massu-à-l’Étang-de- Saint-Irénée en 1734.
A été dénommé chemin des Arcs. A changé de dénomination en
1934 : est devenu la rue des Aqueducs.
Les aqueducs traversaient le territoire des Massues.
Chemin des Aqueducs-Bâtis- par-les-Romains- Appelés-la- Touriche-du- Massu-à-l’Étang- de-Saint-IrénéeA changé de dénomination avant 1810 : est devenu le chemin des Arcs.
A changé de dénomination : est devenu le chemin des Aqueducs-aux- Massues.
A changé de dénomination en 1934 : est devenu la rue des Aqueducs.
L’aqueduc romain de la Brévenne aboutissait à cet endroit.
Rue de l’ArbalèteVoie supprimée lors de la transformation du quartier Saint- Paul vers 1890.Enseigne de maison.
Avenue de l’ArchevêchéA absorbé la rue de l’Archevêché et la place de Montazet en 1863.
A changé de dénomination en 1909 : est devenue l’avenue de la Bibliothèque.
A changé de dénomination en 1939 : est devenue l’avenue Adolphe- Max.
L’archevêché (palais Saint-Jean) fut construit du XVe au XVIIIe siècle.
Place de l’ArchevêchéA changé de dénomination entre 1831 et 1863 : est devenue la place de Montazet.
A fusionné avec la rue de l’Archevêché en 1863 pour donner l’avenue de l’Archevêché.
A changé de dénomination en 1909 : est devenue l’avenue de la Bibliothèque.
A changé de dénomination en 1939 : est devenue l’avenue Adolphe- Max.
L’archevêché (palais Saint-Jean) fut construit du XVe au XVIIIe siècle.
Quai de l’ArchevêchéA été dénommé quai des Comtes jusqu’en 1794.
A été dénommé quai Sautemouche de 1794 à 1810.
A absorbé le quai de la Baleine en 1855. A changé de dénomination en 1909 : est devenu le quai de la Bibliothèque.
A changé de dénomination en 1945 : est devenu le quai Romain- Rolland.
Le 12 juin 1561, le Consulat décida la création d’un quai depuis le pont de Saône, jusqu’à l’église Saint-Jean.
L’archevêché (palais Saint-Jean) fut construit du XVe au XVIIIe siècle.
Rue de l’ArchevêchéA fusionné avec la place de Montazet en 1863 pour donner l’avenue de l’Archevêché.
A changé de dénomination en 1909 : est devenue l’avenue de la Bibliothèque.
A changé de dénomination en 1939 : est devenue l’avenue Adolphe- Max.
L’archevêché (palais Saint-Jean) fut construit du XVe au XVIIIe siècle.
Chemin des ArcsA été dénommé chemin des Aqueducs-Bâtis-par- les-Romains-Appelés la-Touriche-du- Massu-à-l’Étang-de- Saint-Irénée en 1734.
A changé de dénomination : est devenu le chemin des Aqueducs-aux- Massues.
A changé de dénomination en 1934 : est devenu la rue des Aqueducs.
L’aqueduc romain de la Brévenne aboutissait à cet endroit.
Chemin des Arcs- à-l’Église-de-Saint- Thomas-de- FourvièreA changé de dénomination avant 1810 : est devenu la rue du Juge-de-Paix. A changé de dénomination en 1945 : est devenu la rue Roger-Radisson.La Chapelle Saint-Thomas est la partie la plus ancienne du sanctuaire de Fourvière. Consacrée d’abord à Saint- Thomas puis à la Vierge, elle fut maintes fois détruite et reconstruite.
Chemin des Arcs- de-Sainte-FoyA changé de dénomination : est devenu le chemin des Arcs-de-Saint- Irénée.
A changé de dénomination en 1868 : est devenu le chemin du Fort-de- Saint-Irénée.
A changé de dénomination : est devenu la rue du Fort-Saint-Irénée.
L’aqueduc romain du Gier passait par cet endroit.
Chemin des Arcs- de-Saint-IrénéeChemin vicinal ordinaire n° 84.
A été dénommé chemin des Arcs-de- Sainte-Foy.
A changé de dénomination en 1868 : est devenu le chemin du Fort-de- Saint-Irénée.
A changé de dénomination : est devenu la rue du Fort-Saint-Irénée.
L’aqueduc romain du Gier passait par cet endroit.
Rue Armand- CaillatA été dénommée rue Breneuse de 1550 à 1740.
A été dénommée ruelle Foireuse de 1740 à 1746.
A été dénommée rue Dorée de 1746 à 1821.
A été dénommée rue de Bourdy de
1821 à 1938.
Thomas-Joseph Armand, né le 24 octobre 1822 aux Abrets (Isère), mort à Lyon (5e), le 29 novembre 1901. Marié en 1853 avec Jeanne Calliat, orfèvre de la maison Calliat sœurs. L’un des meilleurs orfèvres français du XIXe siècle, spécialiste de l’art religieux. Son atelier se situait sur le Gourguillon au 18, dans l’ancien monastère du Verbe Incarné.
Rue Arnoud Né le 18 novembre 1839 à Lyon. Adjoint à la Mairie du 5e arrondissement, Conseiller général. Décédé le 10 décembre 1919 à Vaugneray (Rhône).
Rue de l’Aube Dénomination proposée par l’association d’autoconstruction « Les Castors du Rhône ».
Allée de l’Aurore Inconnue.
Place de la BaleineA été dénommée place du Grand- Palais.
A changé de dénomination de 1946 à 1964 : est devenue la place
Henri-Ferras.
Inconnue.
Quai de la BaleineA absorbé le quai Humbert et le quai de Roanne en 1854. A été absorbé par le quai de l’Archevêché en 1855.
A changé de dénomination en 1945 : est devenu le quai Romain- Rolland.
Inconnue.
Rue de la Baleine Inconnue.
Avenue Barthélemy- BuyerFragment du chemin de la Quarantaine-à- la-Demi-Lune jusqu’en 1868.
A été dénommée chemin de la Demi- Lune de 1868 à 1927.
Il introduisit l’imprimerie à Lyon en 1473. Conseiller de ville en 1483.
Impasse
Barthélemy- Buyer
 Il introduisit l’imprimerie à Lyon en 1473. Conseiller de ville en 1483.
Rue du Bas-de- Loyasse Cette rue passe en Bas du cimetière de Loyasse.
Place de la Basoche Commémore l’installation de la confrérie de la Basoche dans la maison des avocats en 1406. Une Basoche était une association de jeunes juristes.
Rue des Basses- Verchères Une verchère désigne, localement, une maison sur rue avec jardin potager attenant par derrière. Les maisons du coté sud sont des verchères.
Place Batonnier- ValansioNouvelle place.Claude Valansio, né à Meximieux (Ain) le 12 juillet 1877, mort à Lyon (2e) le 11 novembre 1949. Avocat d’assises, bâtonnier de l’ordre et conseiller municipal du 5e arrondissement.
Chemin des BattèresA changé de dénomination en 1868 : est devenu le chemin des Battières.
A changé de dénomination est devenu la rue des Battières.
Un fragment a changé de dénomination : est devenu l’avenue du Général- Eisenhower.
Rappelle le nom du domaine sur lequel cette voie fut ouverte.
Chemin des BattièresChemin vicinal ordinaire n° 87.
A été dénommé chemin des Battères de 1833 à 1868.
A changé de dénomination : est devenu la rue des Battières.
Un fragment a changé de dénomination en 1969 : est devenu l’avenue du Général- Eisenhower.
Rappelle le nom du domaine sur lequel cette voie fut ouverte.
Rue des BattièresA été dénommée chemin des Battères de 1833 à 1868.
A été dénommée chemin des Battières à partir de 1868.
Un fragment a changé de dénomination en 1969 : est devenu l’avenue du Général- Eisenhower.
Rappelle le nom du domaine sur lequel cette voie fut ouverte.
Montée BeauregardA changé de dénomination en 1740 : est devenue la montée du Gourguillon.Vient probablement de la beauté du point de vue (ancien).
Place BeauregardA été dénommée place Vendôme de 1821 à 1838.Vient probablement de la beauté du point de vue (ancien).
Ruelle des BelettesSe trouvait à l’emplacement du n° 15 rue Roger-
Radisson.
Inconnue.
Chemin de BélissenChemin vicinal ordinaire n° 69. Fragment du chemin de l’Isle-Barbe-et-de- Tassin-à-Francheville et-à-Sainte-Foy en 1734.
A changé de dénomination vers 1884 : est devenu la rue de Bélissen.
Nom d’un propriétaire du terrain.
Rue de BélissenFragment du chemin de l’Isle-Barbe-et-de- Tassin-à-Francheville et-à-Sainte-Foy en 1734.
A été dénommée chemin de Bélissen.
Nom d’un propriétaire du terrain.
Rue Bellièvre Famille lyonnaise des XVe et XVIe siècle. Pomponne Bellièvre né à Lyon en 1529, mort à Paris le 9 septembre 1609 fut chancelier de France.
Place Bénédict- TessierA été dénommée place du Point-du- Jour de 1878 à 1910.Benoit Marie François Teissier, dit Bénédict Teissier est né à Lyon en 1813, il y est mort en 1889. Médecin, professeur à l’Hôtel-Dieu et à la faculté Président de l’Académie de Lyon de
1876 à 1884..
Impasse Benoist- Mary Marie-Benoît-Antoine-Renard, dit Benoist Mary, né et mort à Lyon (5e), 1er octobre 1864- 13 décembre 1944. Acteur de théâtre populaire. Il a lancé le personnage de la mère Cotivet.
Rue Benoist- MaryA été dénommée chemin des Grandes- Terres jusqu’en 1946.Marie-Benoît-Antoine-Renard, dit Benoist Mary, né et mort à Lyon (5e), 1er octobre 1864- 13 décembre 1944. Acteur de théâtre populaire. Il a lancé le personnage de la mère Cotivet.
Place Benoît- CrépuA été dénommée place du Port-Sablé de 1707 à 1894.
A absorbé la rue Naris.
Corroyeur. A légué une partie de sa fortune à la Ville de Lyon. Né à Lyon le 23 janvier 1839, mort à Lyon (5e) le 4
avril 1893.
Rue BerthetA changé de dénomination : est devenue la petite rue Tramassac.Inconnue.
Avenue de la BibliothèqueA été dénommée rue de l’Archevêché et place de l’Archevêché jusqu’en 1909.
A changé de dénomination en 1939 : est devenue l’avenue Adoplhe- Max.
La bibliothèque municipale est installée en 1909 dans le Palais Saint-Jean,
ancienne demeure des évêques, jusqu’à son déménagement en 1972 sur le site de la Part Dieu.
Quai de la BibliothèqueA été dénommé quai des Comtes jusqu’en 1794.
A été dénommé quai Sautemouche de 1794 à 1810.
A absorbé le quai de la Baleine en 1855.  A été dénommé quai de l’Archevêché de 1810 à 1909.
A changé de dénomination en 1945 : est devenu le quai Romain- Rolland.
La bibliothèque municipale est installée en 1909 dans le Palais Saint-Jean,
ancienne demeure des évêques, jusqu’à son déménagement en 1972 sur le site de la Part Dieu.
Desserte Binet Rappelle la maison de santé Binet devenue clinique de Champvert.
Rue du BoeufFragment de la rue Tramassac.
A absorbé la rue de
la Grive.
Le nom vient d’un bœuf (ou taureau) sculpté sur la façade d’une maison, à l’angle de la place Neuve-Saint-Jean.
Rue du Bœuf- Couronné Provient sans doute d’une enseigne d’auberge.
Rue de la BoissetteA changé de dénomination avant 1550 : est devenue la rue Pierre-Vive.
A changé de dénomination avant 1614 : est devenue la rue de Gadagne.
Inconnue.
Passage de la BombardeA changé de dénomination : est devenu la rue des
Antonins.
Vraisemblablement une enseigne. Le bas relief sur la façade du n° 10 de la rue de la Bombarde ne date que de 1772.
Rue de la BombardeA absorbé la rue Porte-Froc en 1854.Vraisemblablement une enseigne. Le bas relief sur la façade du n° 10 de la rue de la Bombarde ne date que de 1772.
Pont BonaparteA été dénommé pont de l’Archevêché aux XVe, XVIIe et XVIIIe
siècles.
A été dénommé pont des Comtes au XVIIe siècle.
A été dénommé pont des Chanoines. A été dénommé pont Bellecour de 1709 à 1716.
A été dénommé pont de Bois en 1797.
A été dénommé pont Tilsit de 1808 à 1944.
Napoléon Bonaparte, Premier Consul, Empereur des Français. Né le 15 août 1769 à Ajaccio et mort le 5 mai 1821 sur l’île Sainte-Hélène.
Quai de BondyA été dénommé rue de la Pêcherie de 1303 à 1424.
A été dénommé rue de la Saônerie de 1424 à 1482.
A été dénommé rue de Ferraterie de 1482 à 1540.
A été dénommé rue des Hébergeries en 1550.
A été dénommé quai de Flandre jusqu’en 1811.
Pierre-Marie Taillepied, comte de Bondy, né et mort à Paris les 7 octobre 1766 et 11 janvier 1847. Préfet du Rhône de 1810 à 1814, œuvrant à l’aménagement de Perrache et défendant la ville lors de l’arrivée des Autrichiens.
Rue de la Boucherie-Saint- GeorgesA été absorbée par la rue du Doyenné en 1846.En référence à un commerce.
Place de la Boucherie-Saint- PaulA été absorbée par la place Saint-Paul en 1846.En référence à un commerce.
Rue de BourdyA été dénommée rue Breneuse de 1550 à 1740.
A été dénommée ruelle Foireuse de 1740 à 1746.
A été dénommée rue Dorée de 1746 à 1821.
A changé de dénomination en 1938 : est devenue la rue Armand-
Caillat.
Inconnue.
Place du Bourg- NeufA été dénommée place de M.-de-la- Roche en 1680.
A été dénommée place de la Roche en 1789.
A été dénommée place Flébergue ou place Cléberg en 1820.
A changé de dénomination avant 1863 : est devenue la place de l’Homme- de-la-Roche.
Le bourg neuf du Moyen Âge est toujours resté nommé de la sorte.
Place Bourgneuf Le Bourg Neuf du Moyen Âge est toujours resté Bourgneuf.
Quai BourgneufA été dénommé rue Bourgneuf.
A été absorbée en 1854 par le quai
Pierre-Scize.
Le Bourg Neuf du Moyen Âge est toujours resté Bourgneuf.
Rue BourgneufA changé de dénomination est devenue le quai Bourgneuf.
A été absorbée en 1854 par le quai
Pierre-Scize.
Le Bourg Neuf du Moyen Âge est toujours resté Bourgneuf.
Chemin de BoyerChemin vicinal ordinaire n° 85. A été dénommé chemin de la
Touriche-du-Massu- au-Grand-Chemin- de-Tassin en 1734.  A été dénommé chemin de Cornillon. A changé de dénomination : est devenu la rue de Boyer.
Du nom d’une propriété.
Rue de BoyerA été dénommée chemin de la Touriche-du-Massu- au-Grand-Chemin- de-Tassin en 1734.  A été dénommée chemin de Cornillon. A été dénommée chemin de Boyer.Du nom d’une propriété.
Rue de la Brèche En souvenir de la Brèche que les soldats du baron des Adrets creusèrent dans les remparts du cloître de Saint-Jean pour accéder à la cathédrale en 1562.
Rue BreneuseA changé de dénomination en 1740 : est devenue la ruelle Foireuse. A changé de dénomination en 1746 : est devenue la rue Dorée.
A changé de dénomination en 1821 : est devenue la rue de Bourdy.  A changé de dénomination en 1938 : est devenue la rue Armand- Caillat.
En vieux français, « bréneux » signifie souillé d’excréments.
Allée de Bretagne En hommage à la région.
Rue BriséeA été dénommée rue de l’Évêché.Inconnue.
Chemin des CaillouxChemin vicinal ordinaire n° 112. A changé de dénomiantion en
1943 : est devenu la rue Simon-Jallade.
Inconnue.
Rue des CampagnesA changé de dénomination en 1866 : est devenue l’impasse des Jardins.Inconnue.
Rue du Canivetnom donné à la rue des Trois-Maries.Inconnue.
Rue du Capitaine- ImbaudA été dénommée ruelle de Romagny. A changé de dénomination : est devenue la montée du Garillan.Imbaud de Bletterens, surnommé le Garillan.
Montée des CapucinsA été dénommée rue Confort au XVIe siècle.
A changé de dénomination en 1854 : est devenue la montée des Carmes-Déchaussés.
Nom venant de l’implantation des moines Capucins qui établirent deux couvents sur ce secteur en 1575 et 1622.
Montée Cardinal- Billé Louis Marie Billé, né le 18 février 1938 à Fleury-les-Aubrais, mort le 12 mars 2002 à Talence, il a fait toute sa carrière dans l’église pour devenir archevêque puis cardinal de Lyon de 1998 à sa mort.
Montée Cardinal- DecourtrayA été dénommée montée de Fourvière jusqu’en 1996.Albert Decourtray, né le 9 avril 1923 à Wattignies (Nord), mort le 16 septembre 1994 à Bron. Cardinal de l’Église catholique romaine, archevêque de Lyon et académicien français.
Rue Cardinal- GerlierA été dénommée chemin de Loyasse jusqu’en 1966.
A absorbé un fragment de la montée de Loyasse en 1966.
Un fragment a changé de dénomination en 1993 : est devenu la rue Jean-Prévost.
Pierre-Marie Gerlier, né à Versailles le 14 janvier 1880, mort à Lyon (5e) le 17 janvier 1965. Cardinal, archevêque de Lyon et Primat des Gaules en 1937.
Belvédère Cardinal-Henri-de- LubacNouveau belvédère crée lors de l’aménagement de l’Hôpital de l’Antiquaille.Né le 20 février 1896 à Cambrai, mort le 4 septembre 1991 à Paris. Jésuite, théologien catholique et cardinal français.
Montée du CardoNouvelle voie créée lors de l’aménagement de l’Hôpital de
l’Antiquaille.
Le Cardo est l’une des deux voies fondatrices d’une ville romaine. Munacius Plancus est venu le tracer en l’an 43 avant JC, fondant Lugdunum.
Montée des Carmes- DéchaussésA absorbé la montée des Capucins en 1854.Monastère des Carmes réformés ou « déchaussés » (ils allaient nu-pied) fondé en 1618 par le marquis de Nérestang.
Boulevard des CastorsNouvelle voie.Lotissement dont les maisons ont été construites par les propriétaires, membres de l’association d’autoconstruction « Les Castors du
Rhône ».
Rue de Cerf-BlancA été dénommée rue de la Pome au XVIe siècle.
A été dénommée ruelle de Gigerie en 1740.
Voie disparue lors de la construction du quai, elle était perpendiculaire à la Saône sur l’emplacement du quai de Bondu, face à la rue du Docteur-
Augros.
Inconnue.
Place César- GeoffrayNouvelle place.César Geoffray, né le 20 février 1901 à Lyon (3e), mort le 24 décembre 1972 à Soucieu-en-Jarrest. Compositeur, professeur au Conservatoire, fondateur en 1940 et président des chanteries « À cœur joie ».
Rue ChalanVoie disparue lors de la création du Palais de Justice en 1835
et 1842.
Inconnue.
Chemin de ChampagneChemin vicinal ordinaire n° 35.
A changé de dénomination : est devenu la rue de Champgne.
A changé de dénomination en 1931 : est devenu la rue Pierre-Valdo.
Voie menant à Champagne-au-Mont- d’Or.
Petit chemin de ChampagneChemin vicinal ordinaire n° 86. A changé de dénomination en
1969 : est devenu la rue Jean-Fauconnet
Voie menant à Champagne-au-Mont- d’Or.
Rue de ChampagneA été dénommée chemin de Champagne.
A changé de dénomination en 1931 : est devenue la rue Pierre-Valdo.
Voie menant à Champagne-au-Mont- d’Or.
Allée du Champ- de-ColleNouvelle voie.Nom du lieu au moyen âge. Une étymologie le fait découler des martyrs de Lyon, les « décollés » (décapités).
Rue de ChampvertA été dénommée chemin d’Écully-et- de-Grange-Blanche- au-Massu-et-à- l’Étang-de-Saint- Irénée en 1734.
A été dénommée chemin des Massues- à-Champvert jusqu’en 1934.
Ancien lieu-dit.
Montée de la Chana Chana signifie en parler lyonnais, canal, rigole.
Montée du ChangeA été dénommée montée d’Yzeron.Dès le XIIIe siècle, fut le centre du change et de la banque de Lyon.
Place du Change Dès le XIIIe siècle, fut le centre du change et de la banque de Lyon.
Place du ChangeA été dénommée place de la Draperie en 1369.
A changé de dénomination avant 1513 : est devenue la place de la Friperie-Brûlée.
A changé de dénomination avant 1680 : est devenue la place du Petit- Change.
A changé de dénomination en 1946 : est devenue place Ennemond- Fousseret.
Dès le XIIIe siècle, fut le centre du change et de la banque de Lyon.
Pont du ChangeA été dénommé pont de Pierre au XIe siècle.
A été dénommé pont de Saône en 1680.
A été dénommé pont de Nemours en 1844.
A été dénommé pont de la Révolution en 1848. A été dénommé pont de la Liberté en 1849.
A été à nouveau dénommé pont de Nemours en 1852. A été détruit en reconstruit en 1945.
Le pont reliait la place du Change, lieu de transactions commerciales, à la presqu’île.
Rue ChanteclairNouvelle voie.M. Piroid, propriétaire du terrain demande l’autorisation de dénommer la rue le 12 mars 1962. Le maire de Lyon donne son accord le 13 avril.
Rue Chante- Grillet Inconnue.
Rue Chante- Oiseau Inconnue.
Rue Chapiron Nom du propriétaire des terrains.
Rue de la Chapuiserie Inconnue.
Rue du Charbon- BlancA été dénommée rue de la Chaudronnerie en 1380.
A été dénommée rue de la Peyrollerie au XVIe siècle.
A changé de dénomination en 1815 : est devenue la rue de l’Ange.
A changé de dénomination en 1855 : est devenue la rue de l’Ours.
A changé de dénomination en 1909 : est devenue la rue du Professeur- Galtier.
A changé de dénomination en 1962 : est devenue la rue du Docteur- Augros.
Inconnue.
Montée aux ChasottesNom donné à la
montée des Chazeaux.
Le nom provient du château de Montchat.
Rue de la ChaudronnerieA changé de dénomination au XVIe siècle : est devenue la rue de la Peyrollerie.
A changé de dénomination avant 1680 : est devenue la rue du Charbon- Blanc.
A changé de dénomination en 1815 : est devenue la rue de l’Ange.
A changé de dénomination en 1855 : est devenue la rue de l’Ours.
A changé de dénomination en 1909 : est devenue la rue du Professeur- Galtier.
A changé de dénomination en 1962 : est devenue
la rue du Docteur-
Inconnue.
Rue Chazay Nom d’un propriétaire des terrains. Maurice Vanario dans ses Rues de Lyon mentionne le lotissement Charnay- Vincent, reconnu par la préfecture sous le nom d' »Association des propriétaires de Beausoleil ». Intégrée dans la voirie communale en 1966.
Montée des ChazeauxA été dénommée montée des Chasottes.
A été dénommée montée du Tire-Cul
jusqu’en 1846.
Rappelle l’abbaye des bénédictines transférée ici de Chazeaux-en-Forez, en 1619.
Montée du Chemin-NeufOuverte par le Baron des Adrets pour  faire communiquer la ville basse et la ville haute.Ouvert en 1562, par le Baron des Adrets, pour faire communiquer la ville basse avec la ville haute.
Impasse des ChevaucheursSituée vers la rue des Chevaucheurs.Les courriers du roi (appelés alors « chevaucheurs ») y étaient établis.
Rue des Chevaucheurs Les courriers du roi (appelés alors « chevaucheurs ») y étaient établis.
Rue de la ChèvrerieA été dénommée rue du Four-de-
Chiveri en 1380.
Inconnue.
Passage ChiratA changé de dénomination en 1866 : est devenu le passage Mas.Inconnue.
Rue CholetA changé de dénomination : est devenue la place Neuve-Saint-Jean.Inconnue.
Impasse Chomel Augustin-Marie-Benjamin Chomel, né à Roiffieux (Ardèche) le 5 mai 1849, décédé à Lyon (5e) le 24 mai 1931.
Docteur en droit, magistrat. Propriétaire depuis 1896, il a fait les lotissements et le chemin en 1922.
Chemin de ChoulansChemin vicinal ordinaire n°5.
A été dénommé chemin de Saint- Roch-à-Saint- Laurent et chemin de la Porte-de-Saint- Just-à-celle-de-Saint- Georges en 1734.
Fragment du chemin de la Quarantaine-à- la-Demi-Lune.
Est appelé également montée de Choulans.
Le nom de Choulans ou Cholan désignait une maison forte et un hameau qui se situaient en-dessous du bourg de Saint- Just.
Impasse de Choulans Le nom de Choulans ou Cholan désignait une maison forte et un hameau qui se situaient en-dessous du bourg de Saint-
Just.
Montée de ChoulansNom donné également au chemin de Choulans.Le nom de Choulans ou Cholan désignait une maison forte et un hameau qui se situaient en-dessous du bourg de Saint-
Just.
Petite montée de ChoulansEst devenue un fragment de la rue des Étroits en 1920.Le nom de Choulans ou Cholan désignait une maison forte et un hameau qui se situaient en-dessous du bourg de Saint-
Just.
Place de ChoulansA changé de dénomination en 1916 : est devenue la place Eugène-
Wernert.
Le nom de Choulans ou Cholan désignait une maison forte et un hameau qui se situaient en-dessous du bourg de Saint- Just.
Place ClébergOu place Flébergue. A été dénommée place de M.-de-la- Roche en 1680.
A été dénommée place de la Roche en 1789.
A été dénommée place du Bourg-Neuf en 1838.
A changé de dénomination avant 1863 : est devenue la place de l’Homme- de-la-Roche.
Jean Cléberg, dit le Bon Allemand, un  des premiers bienfaiteurs de l’Hospice  de la charité. Né à Nuremberg vers 1485, décédé à Lyon le 6 septembre 1546.
Rue ClébergA été dénommée chemin de la Croix- de-Colle-à- Fourvière.Jean Cléberg, dit le Bon Allemand, un  des premiers bienfaiteurs de l’Hospice  de la charité. Né à Nuremberg vers 1485, décédé à Lyon le 6 septembre 1546.
Place du Cloître- de-Fourvière Rappelle l’existence du chapitre collégial de Fourvière.
Rue Commandant- CharcotA été dénommée chemin de la Croix- Blanche.
A été dénommée chemin de Francheville.
A été dénommée grand chemin de Francheville-à-Lyon en 1734.
A été dénommée chemin de Saint- Irénée-à-
Malataverne.
Jean Charcot, médecin et explorateur, né à Neuilly-sur-Seine en 1867, mort en mer au large de l’Islande dans le naufrage du « Pourquoi pas ? », le 16 septembre 1936.
Place de la CommanderieNouvelle place.Commanderie des Chevaliers de Saint- Jean de Jérusalem, appelés successivement chevaliers de Rhodes et de Malte. Construite en 1498, elle brûla en 1854 et fut démolie en 1860.
Quai de la CommanderieA changé de dénomination en 1838 : est devenu le quai Fulchiron.
A changé de dénomination de 1848 à 1849 : est devenu le quai Jean- Jaques-Rousseau.
A changé de dénomination en 1849 : est redevenu le quai Fulchiron.
Commanderie des Chevaliers de Saint- Jean de Jérusalem, appelés successivement chevaliers de Rhodes et de Malte. Construite en 1498, elle brûla en 1854 et fut démolie en 1860.
Place des Compagnons-de-
la-Chanson
 Dédié au groupe choral qui a débuté dans le quartier.
Quai des ComtesA changé de dénomination en 1794 : est devenu le quai Sautemouche. A changé de dénomination en 1810 : est devenu le quai de l’Archevêché.
A changé de dénomination en 1945 : est devenu le quai Romain- Rolland.
Les Chanoines-Comtes de Saint-Jean, commencèrent de construire ce quai avant la Révolution.
Rue ConfortA changé de dénomination en 1735 : est devenue la montée des Capucins.
A été absorbée par la montée des Carmes-Déchaussés en 1854.
Inconnue.
Allée de la ConservationAllait de la rue Saint- Jean au cul-de-sac de la rue des Trois-
Maries.
Inconnue.
Chemin de CornillonA été dénommé chemin de la Touriche-du-Massu- au-Grand-Chemin- de-Tassin en 1734. A changé de dénomination : est
devenu le chemin de Boyer.
A changé de dénomination : est devenu la rue de Boyer.
Inconnue.
Place de la CorrectionA été dénommée place du Palais jusqu’en 1789.
A été dénommée place Saint-Alban de 1789 à 1894.
A changé de dénomination avant 1810 : est redevenue la place Saint-Alban.
A changé de dénomination avant 1830 : est devenue la place de Roanne. A changé de dénomination en 1935 : est devenue la place Paul- Duquaire.
Nom donnée à la place Saint-Alban pendant la Révolution.
Rue de la CroixVoie supprimée lors du percement de la rue du Tunnel entre 1867 et 1870.Inconnue.
Chemin de la Croix-BlancheA été dénommé grand chemin de Francheville-à-Lyon en 1734.
A changé de dénomination avant 1853 : est devenu le chemin de Francheville.
A changé de dénomination : est devenu le chemin de Saint-Irénée-à- Malataverne.
A changé de dénomination en 1937 : est devenu la rue du Commandant- Charcot.
Tient son nom d’un couvent qui en possédait une.
Place de la Croix- de-ColleA changé de dénomination en 1793 : est devenue la place Jemmapes. A changé de dénomination en 1810 : est devenue la place des Minimes.
A absorbé la place du Marché-de-Saint- Just en 1929.
L’origine du nom « décoller » qui rappellerait la décollation, ou décapitation, de dix-neuf martyrs sous l’empereur romain Septime Sévère.
Chemin de la Croix-de-Colle-à- FourvièreA changé de dénomination avant 1821 : est devenu la rue Cléberg.Voie qui reliait les deux points.
Rue de la Croix- du-SabletVoie supprimée lors de la construction des quai vers la place Saint-Georges.Inconnue.
Impasse Cumin Nom d’un propriétaire du terrain.
Chemin des CytisesA été dénommé jusqu’en 1942 impasse des Écoles.Inconnue. Arbustes à fleurs jaunes.
Impasse des Cytises Inconnue. Arbustes à fleurs jaunes.
Avenue DebrousseA été dénommée chemin de Lyon-a-à- sainte-Foy jusqu’en 1903.
A été dénommée avenue Valioud de
1903 à 1911.
Marie Debrousse fit construire à ses frais l’hôpital qui porte son nom. Née le 3 février 1826 à la Teste-de-Buch (Gironde), décédée à Paris le 1er avril 1913, inhumée à Arcachon.
Carrefour de la Demi-LuneA été annexé à Tassin en 1882.En 1787, on achève les routes royales qui passent par Tassin pour aller à Paris et à Bordeaux. À l’endroit où elles se croisent est aménagée une place ronde dont, au début, seul le côté nord est garni de maisons. C’est peut-être l’origine du nom de ce nouveau quartier de Tassin : la Demi-Lune.
Chemin de la Demi-LuneChemin vicinal ordinaire n° 5.
A été dénommé chemin de Saint-Bel- et-de-Tassin-à-la- Porte-de-Trion en 1734.
A été également appelé chemin de Grange-Blanche. Fragment du chemin de la Quarantaine-à- la-Demi-Lune jusqu’en 1868.
A changé de dénomination en 1927 : est devenu l’avenue Barthélemy- Buyer.
En 1787, on achève les routes royales qui passent par Tassin pour aller à Paris et à Bordeaux. À l’endroit où elles se croisent est aménagée une place ronde dont, au début, seul le côté nord est garni de maisons. C’est peut-être l’origine du nom de ce nouveau quartier de Tassin : la Demi-Lune.
Rue Deschamps Inconnue.
Rue des Deux- CousinsA également été appelée ruelle de la Pionnière en 1745. A changé de dénomination en 1895 : est devenue la rue Jean-Carriès.Nom d’une auberge.
Chemin qui sépare les Dixmes-et- Paroisses-de- Saint-Just-et-de- Saint-IrénéeA changé de dénomination : est devenu le chemin des Noyers.
A changé de dénomination : est devenu la rue des Noyers.
Voie frontière entre les deux localités.
Rue Docteur- Albéric-PontA été dénommée chemin de l’Étang- de-Saint-Irénée-au- Grand-Chemin-de- Lyon-à-Francheville en 1734.
A été dénommée chemin des Poncettes-aux- Massues jusqu’en 1934.
A été dénommée chemin des Poncettes.
A été dénommée rue des Poncettes jusqu’en 1969.
Créateur de l’école dentaire en 1899. Président des Hospices civils de Lyon. Né le 24 février 1870 à Bagnols-sur-Cèze (Gard), mort le 2 février 1969 à Lyon (6e).
Rue Docteur- AugrosA été dénommée rue de la Chaudronnerie en 1380.
A été dénommée rue de la Peyrollerie au XVIe siècle.
A été dénommée rue du Charbon- Blanc avant 1680 A été dénommée rue de l’Ange en 1815.
A été dénommée rue de l’Ours en 1855.
A été dénommée rue du Professeur- Galtier en 1909.
Francisque-Antoine Augros, conseiller municipal en 1912, conseiller général en 1929, philanthrope. Né et mort à Montmerle (Ain) les 30 septembre 1865
et 5 janvier 1945.
Rue Docteur- Edmond-LocardA été dénommée chemin du Sommet- de-Malleval-à- l’Étang-de-Saint- Irénée et chemin de la Touriche-du- Massu-au-Sommet- de-Malleval en 1734.
A été dénommée chemin des Massues.
A été dénommée rue des Massues jusqu’en 1969.
Médecin, criminaliste, précurseur de la police scientifique, fondateur et directeur du laboratoire de police de Lyon. Né le 13 décembre 1877 à Saint- Chamond (Loire). Décédé le 4 mai 1966 à Lyon.
Place Docteur- Schweitzer Albert Schweitzer, organiste, musicologue, pasteur et médecin. Il a fondé en 1913, au Gabon, l’hôpital de Lambaréné. Né à Kayserberg (Haut-Rhin) en 1875, mort le 4 septembre 1965 à Lambaréné.
Rue DoréeA été dénommée rue Breneuse de 1550 à 1740.
A été dénommée ruelle Foireuse de 1740 à 1746.
A changé de dénomination en 1821 : est devenue la rue de Bourdy.  A changé de dénomination en 1938 : est devenue la rue Armand- Caillat.
Inconnue.
Rue DoréeA été dénommée rue des Juifs en 1379.
A changé de dénomination en 1938 : est devenue rue Marius-Gonin.
Inconnue.
Impasse de la Douane Aux XVIIe et XVIIIe siècles, siège de la Douane de Lyon.
Place de la DouaneA été aussi dénommée place de l’Ancienne-Douane. Se trouvait à l’emplacement actuel du Palais Bondy.
Il n’en reste que la face sud de la rue Carrand.
Aux XVIIe et XVIIIe siècles, siège de la Douane de Lyon.
Avenue du Doyenné Rappelle l’existence à cet emplacement de l’hôtel du Doyen du Chapitre de Saint-
Jean.
Impasse du DoyennéVoie supprimée lors de la création de la gare Saint-Jean.Rappelle l’existence à cet emplacement de l’hôtel du Doyen du Chapitre de Saint- Jean.
Rue du DoyennéA été dénommée rue de l’Ours jusqu’en 1829.
A absorbé la rue de la Boucherie-Saint- Georges en 1846.
Rappelle l’existence à cet emplacement de l’hôtel du Doyen du Chapitre de Saint- Jean.
Place de la DraperieA changé de dénomination avant 1493 : est devenue la place du Change. A changé de dénomination avant 1513 : est devenue la place de la Friperie-Brûlée.
A changé de dénomination avant 1680 : est devenue la place du Petit- Change.
A changé de dénomination en 1946 : est devenue place Ennemond- Fousseret.
Inconnue.
Impasse DuportA changé de dénomination en 1912 : est devenue la montée Saint-Clair Duport.Clair-Dominique-Eugène Duport, dit Saint-Clair-Duport, économiste et administrateur des hospices civils de Lyon entre 1854 et 1864. Né et mort à Lyon, les 28 mai 1804 et 14 janvier 1864. Il a aussi été directeur de l’Hôtel des Monnaies de Mexico et écrit un ouvrage sur les métaux précieux du Mexique.
Impasse des ÉcolesA changé de dénomination en 1942 : est devenue le chemin des Cytises.En référence aux établissements scolaires proches.
Place de l’ÉcorcherieA été absorbée par la place Saint-Paul en 1853.La boucherie Saint-Paul a existé jusqu’en 1826.
Chemin d’Écully- et-de-Grange- Blanche-au- Massu-et-à- l’Étang-de-Saint- IrénéeA changé de dénomination : est devenu le chemin des Massues-à- Champvert.
A changé de dénomination : est devenu la rue Champvert.
Voie qui reliait ces points.
Impasse Edmond- Rostand Auteur dramatique né à Marseille en 1868, mort en 1918 à Paris.
Place Edouard- CommetteA été une place sans dénomination jusqu’en 1998.Organiste et compositeur, titulaire des orgues de la primatiale Saint-Jean de 1904 à 1965. Né à Lyon (1er) le 12 avril 1883, mort à Lyon (5e) le 21 avril 1967.
Place de l’Église  
Parc Élise-Rivet Résistante et religieuse sous le nom de Marie Elisabeth de l’Eucharistie. Née en 1890 à Draria, morte en 1945 à
Ravensbrück.
Allée Emmanuel- GounotNouvelle voie.Bâtonnier, professeur de droit. Président de la Fédération des familles de France. Né en 1885, mort en 1960.
Place Ennemond- FousseretA été dénommée place de la Draperie en 1369.
A été dénommée place du Change en 1493.
A été dénommée place de la Friperie- Brûlée en 1516.
A été dénommée place du Petit- Change de 1680 à 1946.
Architecte, né le 27 février 1908 à Belley (Ain). Résistant, déporté à Neuengamme, assassiné par les S.S. le 1er janvier 1945.
Montée des ÉpiesA été dénommée rue des Pies de Fuer de 1535 à 1680.Claude le Viste l’a fit ouvrir en 1535 pour desservir la vigne de Fuer. Elle fut appelée rue des Pies de Fuer et par corruption des Épies. Une pie était une parcelle de terrain.
Rue de l’ÉpineA été dénommée rue des Grosses- Têtes.
A été absorbée par la rue Saint-Paul en
1854.
Le mas de l’Épine situé à Collonges-au- Mont-d’Or, appartenait au chapitre de Saint-Paul.
Rue des EstréesElle se prolongeait autrefois, en passage couvert sous l’Archevêché.Inconnue.
Chemin de l’ÉtangChemin vicinal ordinaire n° 82.
A changé de dénomination : est devenu la rue de l’Étang.
A changé de dénomination en 1969 : est devenu l’avenue du Général- Eisenhower.
Il existait là un étang.
Rue de l’EtangA été dénommée chemin de l’Étang. A changé de dénomination en 1969 : est devenue
l’avenue du Général- Eisenhower.
Il existait là un étang.
Chemin de l’Étang-de-Saint- Irénée-au-Grand- Chemin-de-Lyon- à-FranchevilleA changé de dénomination : est devenu le chemin des Poncettes-aux- Massues.
A changé de dénomination en 1934 : est devenu le chemin des Poncettes.
A changé de dénomination : est devenu la rue des Poncettes.
A changé de dénomination en 1969 : est devenu la rue Docteur-Albéric- Pont.
Voie qui reliait ces deux points.
Chemin de l’Étoile-d’AlaïNom donné au chemin de Saint- Irénée-au-Pont- d’Alaï.
A changé de dénomination en 1959 : est devenu la rue Joliot-Curie.
L’origine du mot Alaï est inconnue. L’étoile signifie probablement un carrefour.
Impasse de l’Étoile-d’AlaïA changé de dénomination : est devenue l’impasse de l’Étoile-d’Alaï.L’origine du mot Alaï est inconnue. L’étoile signifie probablement un carrefour.
Chemin des ÉtroitsFragment du chemin de la Porte-de-Saint- Georges-aux-Balmes- du-Rhône-et-à- Oulins.
A changé de dénomination : est devenu le quai des Étroits.
Comme la colline de la Mulatière s’écroule facilement, le chemin tracé au bord de la Saône était particulièrement étroit à cet endroit.
Quai des ÉtroitsFragment du chemin de la Porte-de-Saint- Georges-aux-Balmes- du-Rhône-et-à- Oulins.
A été dénommé chemin des Étroits.
Comme la colline de la Mulatière s’écroule facilement, le chemin tracé au bord de la Saône était particulièrement étroit à cet endroit.
Rue des ÉtroitsFragment du chemin de la Porte-de-Saint- Georges-aux-Balmes- du-Rhône-et-à- Oulins.
A absorbé la petite montée de Choulans en 1920.
A été supprimée vers 1967 lors de la construction du Tunnel de Fourvière.
Comme la colline de la Mulatière s’écroule facilement, le chemin tracé était particulièrement étroit à cet endroit.
Rue des ÉtuvesNom donné à la rue des Trois-Maries.On appelait étuves les établissements de bains publics.
Place Eugène- WernertA été dénommée place de Choulans de 1864 à 1916.Né le 5 novembre 1880 à Lyon, il est professeur agrégé d’histoire au lycée de Lyon. Mobilisé en 1914 au 99e d’Infanterie, il est tué aux Éparges le 12 juillet 1915.
Rue de l’ÉvêchéA changé de dénomination en 1794 : est devenue la rue de l’Évêché. 
Passage des Farges Le nom pourrait venir d’une déformation du mot forge, en tant qu’atelier. Il y avait plusieurs forgerons à la porte de Lyon, ils ferraient chevaux et chariots des voyageurs arrivant à Lyon.
Rue des FargesUn fragment a changé de dénomination en 1854 : est devenu la rue des Macchabées.
Un fragment a été absorbé en 1854 par la rue de Trion.
Le nom pourrait venir d’une déformation du mot forge, en tant qu’atelier. Il y avait plusieurs forgerons à la porte de Lyon, ils ferraient chevaux et chariots des voyageurs arrivant à Lyon.
Rue du FauconSe trouvait à l’emplacement de la place Neuve-Saint-
Jean.
Inconnue.
Ruelle FaureSupprimée lors de la
création du port Dauphin.
Inconnue.
Chemin de la FavoriteChemin vicinal ordinaire n° 13.
A changé de dénomination : est devenu la rue de la
Favorite.
Nom d’une maison de campagne.
Rue de la FavoriteA été dénommée chemin de la Favorite.Nom d’une maison de campagne.
Rue Ferrachat Inconnue.
Rue de la FerraterieA été dénommée rue de la Pêcheresse de 1303 à 1424.
A été dénommée rue de la Saônerie de 1424 à 1482.
A changé de dénomination : est devenue la rue des Hébergeries.
A changé de dénomination : est devenue le quai de Flandre.
A changé de dénomination en 1811 : est devenue le quai de Bondy.
Jean Garnier était propriétaire d’une maison de la Ferratière en 1482.
Quai de FlandresA été dénommé rue de la Pêcheresse de 1303 à 1424.
A été dénommé rue de la Saônerie de 1424 à 1482.
A été dénommé rue de la Ferraterie de 1482 à 1540.
A été dénommé rue des Hébergeries en 1550.
A changé de dénomination en 1811 : est devenu le quai de Bondy.
 
Place FlébergueOu place Cléberg. A été dénommée place de M.-de-la- Roche en 1680.
A été dénommée place de la Roche en 1789.
A été dénommée place du Bourg-Neuf en 1838.
A changé de dénomination avant 1863 : est devenue la place de l’Homme- de-la-Roche.
Inconnue.
Ruelle FoireuseA été dénommée rue Breneuse de 1550 à 1740.
A changé de dénomination en 1746 : est devenue la rue Dorée.
A changé de dénomination en 1821 : est devenue la rue de Bourdy.  A changé de dénomination en 1938 : est devenue la rue Armand- Caillat.
Inconnue.
Chemin de Fontanières Inconnue.
Chemin du Fort- Saint-IrénéeChemin vicinal ordinaire n° 84.
A été dénommé chemin des Arcs-de- Sainte-Foy vers 1815.
A été dénommé chemin des Arcs-de- Saint-Irénée vers 1860.
A changé de dénomination : est devenu la rue du Fort-Saint-Irénée. Un fragment de la rue du Fort-Saint- Irénée a changé de dénomination en 1999 : est devenu l’Impasse du Fort- Saint-Irénée.
Comme toute la ceinture rapprochée de Lyon, le fort de Saint-Irénée fut construit sous Louis-Philippe. Le fort a été dédié à Saint Irénée, le deuxième évêque de Lyon dont l’église est toute proche et qui a donné son nom à tout le quartier.
Impasse du Fort- Saint-IrénéeFragment de la rue du Fort-Saint-Irénée.Comme toute la ceinture rapprochée de Lyon, le fort de Saint-Irénée fut construit sous Louis-Philippe. Le fort a été dédié à Saint Irénée, le deuxième évêque de Lyon dont l’église est toute proche et qui a donné son nom à tout le quartier.
Rue du Fort-Saint- IrénéeA été dénommée chemin des Arcs-de- Sainte-Foy vers 1815.
A été dénommée chemin des Arcs-de- Saint-Irénée vers 1860.
A été dénommée chemin du Fort-Saint Irénée.
Un fragment de la rue du Fort-Saint- Irénée a changé de dénomination en 1999 : est devenue l’Impasse du Fort- Saint-Irénée.
Comme toute la ceinture rapprochée de Lyon, le fort de Saint-Irénée fut construit sous Louis-Philippe. Le fort a été dédié à Saint Irénée, le deuxième évêque de Lyon dont l’église est toute proche et qui a donné son nom à tout le quartier.
Rue des Fossés- de-TrionA été dénommée rue des Fossés-Saint- Irénée.Nom provenant des fossés longeant les remparts.
Rue des Fossés- Saint-IrénéeA changé de dénomination : est devenue la rue des Fossés-de-Trion.Nom provenant des fossés longeant les remparts.
Rue des FouettésA changé de dénomination en 1821 : est devenue la rue du Palais.
A été supprimée en 1835 lors de la construction du palais de Justice.
On y fustigeait ceux qui avaient été condamnés au supplice du fouet.
Rue du Four-de- ChiveriA changé de dénomination : est devenue la rue de la Chèvrerie.Inconnue.
Chemin de Fourvière Le nom de Fourvière vient du latin « Forum vetus », ou « Vieux forum » : le
premier construit à Lugdunum.
Esplanade de FourvièreFragment de la place de Fourvière.Le nom de Fourvière vient du latin « Forum vetus », ou « Vieux forum » : le
premier construit à Lugdunum.
Montée de FourvièreA changé de dénomination en 1996 : est devenue la montée Cardinal- Decourtray.Le nom de Fourvière vient du latin « Forum vetus », ou « Vieux forum » : le premier construit à Lugdunum.
Passage de FourvièreA changé de dénomination : est devenu le passage du Rosaire.
A changé de dénomination : est devenu l’escalier du jardin de Fourvière dans le parc des Hauteurs.
Le nom de Fourvière vient du latin « Forum vetus », ou « Vieux forum » : le premier construit à Lugdunum.
Place de FourvièreA absorbé la place des Anges.Le nom de Fourvière vient du latin
« Forum vetus », ou « Vieux forum » : le premier construit à Lugdunum.
Tunnel routier de Fourvière Le nom de Fourvière vient du latin
« Forum vetus », ou « Vieux forum » : le premier construit à Lugdunum.
Chemin de FranchevilleA été dénommé grand chemin de Francheville-à-Lyon en 1734.
A été dénommé chemin de la Croix- Blanche avant 1853. A changé de dénomination : est devenu le chemin de Saint-Irénée-à- Malataverne.
A changé de dénomination en 1937 : est devenu la rue du Commandant- Charcot.
Voie qui menait à la commune de Francheville.
Grand chemin de Francheville-à- LyonA été dénommé chemin de la Croix- Blanche.
A été dénommé chemin de Francheville.
A changé de dénomination : est devenu le chemin de Saint-Irénée-à- Malataverne.
A changé de dénomination en 1937 : est devenu la rue Commandant- Charcot.
Voie qui reliait ces deux points.
Jardin Francine- Chollet Résistante, née en 1880 à Roanne,
morte en déportation à Ravensbrück en 1945.
Place François- BertrasA été dénommée place Saint-Georges jusqu’en 1946.Conseiller municipal, adjoint au 5e arrondissement de 1929 à 1939. Né à Lyon (3e) le 19 août 1873, mort à Lyon (5e) le 21 janvier 1945.
Impasse François- GéninA été dénommée chemin de dessert Franchet et Leriche, Colin, Marchand, Rambaud.Genin-Ramet, industriel, conseiller municipal en 1908, adjoint du 5e arrondissement de 1919 à 1925. Né à Lyon (5e) le 2 juillet 1872, mort à Lyon (5e) le 4 mars 1941.
Rue François- GéninA été dénommée chemin des Mûres. A été dénommée rue des Mûres jusqu’en 1947.Genin-Ramet, industriel, conseiller municipal en 1908, adjoint du 5e arrondissement de 1919 à 1925. Né à Lyon (5e) le 2 juillet 1872, mort à Lyon (5e) le 4 mars 1941.
Esplanade François-Renaud Magistrat français, né le 5 mars 1923 à Hà Giang (Vietnam) et mort assassiné le 3 juillet 1975 à Lyon (Rhône).
Rue François- VernayNouvelle voie.François Miel, dit Vernay, peintre né à Lyon le 1er novembre 1821, mort à Lyon (6e) le 7 septembre 1896.
Place de la Friperie-BrûléeA été dénommée place de la Draperie en 1369.
A été dénommée place du Change en 1493.
A changé de dénomination avant 1680 : est devenue la place du Petit- Change.
A changé de dénomination en 1946 : est devenue place Ennemond- Fousseret.
Maison appelée la Friperie, détruite par un incendie avant 1476, l’emplacement forma ensuite une place publique.
Rue de la FrondeA été dénommée rue de Romagny. A été dénommée
rue du Garillan.
Le logis de la Fronde lui a donné son nom.
Quai FulchironA été dénommé quai de la Commanderie jusqu’en 1838.
A été dénommé quai Jean-Jacques- Rousseau de 1848 à
1849.
Jean-Claude Fulchiron, député et pair de France. Il contribua aux frais de l’élargissement du quai. Né à Lyon (Saint- Pierre Saint-Saturnin) le 21 juillet 1774, mort à Paris le 23 mars 1859.
Square Gabrielle- Dupond-Ebrard Résistante du mouvement Combat pendant l’occupation allemande. Née à Lyon en 1893, elle y est morte en 1985.
Rue de GadagneA été dénommée rue de la Boissette en 1371.
A été dénommée rue Pierre-Vive en 1550.
Famille originaire de Florence qui vint s’établir à Lyon au début du XVIe siècle. Sa prospérité fut légendaire. Elle occupa l’hôtel sis dans cette rue, où se trouve aujourd’hui le Musée historique de Lyon.
Chemin de la GardeChemin vicinal ordinaire n° 32.
A été dénommé chemin de Tassin-au- Massu en 1734.
A changé de dénomination : est devenu la rue de la Garde.
Inconnue.
Impasse de la
Garde
 Inconnue.
Rue de la GardeA été dénommée chemin de Tassin-au- Massu en 1734.
A été dénommée chemin de la Garde.
Inconnue.
Chemin de la GarenneChemin vicinal ordinaire n° 74.
A été dénommé chemin de Grézieu- la-Varenne-et-de-la- Combe-Paillard-en- Chandrette-à-la- Grange-Bruyères en 1734.
A changé de dénomination : est devenu la rue de la Garenne.
Nom d’un domaine.
Rue de la GarenneA été dénommée chemin de Grézieu- la-Varenne-et-de-la- Combe-Paillard-en- Chandrette-à-la- Grange-Bruyères en 1734.
A été dénommée chemin de la Garenne.
Nom d’un domaine.
Chemin de la Garenne-à- l’Étang-et-à-la- Grange-Saint- IrénéeA changé de dénomination : est devenu le chemin de Tourvielle.
A changé de dénomination : est devenu la rue de Tourvielle.
Voie qui reliait ces points.
Montée du GarillanA été dénommée ruelle de Romagny. A été dénommée rue du Capitaine- Imbaud.Du nom du capitaine Imbaud de Bletterens surnommé le Garillan.
Rue du GarillanA été dénommée rue de Romagny.  A changé de dénomination en 1680 : est devenue
la rue de la Fronde.
Du nom du capitaine Imbaud de Bletterens, surnommé le Garillan.
Passage Gay Nom du propriétaire. Restaurateur, né à Cours le 10 avril 1824, mort à Lyon (5e) le 3 avril 1878.
Impasse Général- de Luzy Louis Henri François de Luzy Pelissac né le 13 août 1797 à Miribel, mort le 24 mai 1869 à Roybon.
Avenue Général- EisenhowerA été dénommée rue de l’Étang jusqu’en 1969.
A absorbé un fragment de la rue des Battières en
1969.
Commandant en chef des armées alliées de 1942 à 1945. Président des Etats-Unis de 1953 à 1960.
Montée des GénovefainsA été dénommée chemin de la Porte- de-Saint-Irénée-à- Choulans en 1734.
A absorbé la montée du Grand-Choulans.
Les Chanoines réguliers de Sainte- Geneviève, ou « Génovéfains », vinrent s’établir à Saint-Irénée en 1702.
Rue Georges- Martin- WitkowskiNouvelle voie.Musicien, compositeur et chef d’orchestre. Directeur du Conservatoire de Lyon de 1924 à 1941. Maire de Paladru. Né le 6 janvier 1867 à Mostaganem (Algérie), mort le 12 août 1943 à Lyon (7e).
Place GersonA été dénommée place Saint-Laurent jusqu’en 1855.
A absorbé la rue Gerson.
Jean Charlier, dit Gerson, du nom de son village natal près de Rethel, en Champagne, né en 1363, mort en 1429. Chancelier de l’Université de Paris, réfugié à Lyon pendant l’occupation anglo-bourguignonne, il enseigna au peuple de la paroisse Saint-Paul. Il fut enterré dans la chapelle Saint-Laurent, où son tombeau fut découvert en 1642.
Rue GersonA été absorbée par la place Gerson.Jean Charlier, dit Gerson, du nom de son village natal près de Rethel, en Champagne, né en 1363, mort en 1429. Chancelier de l’Université de Paris, réfugié à Lyon pendant l’occupation anglo-bourguignonne, il enseigna au peuple de la paroisse Saint-Paul. Il fut enterré dans la chapelle Saint-Laurent, où son tombeau fut découvert en 1642.
Ruelle de GigerieA été dénommée rue de la Pome au XVIe siècle.
A été dénommée rue de Cerf-Blanc en 1680.
Voie disparue lors de la construction du quai, elle était perpendiculaire à la Saône sur l’emplacement du quai de Bondu, face à la rue du Docteur-
Augros.
Inconnue.
Montée du GourguillonA été dénommée montée Beauregard jusqu’aux alentours de 1740.Viendrait d’une déformation du latin gurgulio qui signifiait gorge ou gargouille. Étymologie la plus vraisemblable, à cause des eaux qui dévalaient la colline.
Place du Gourguillon Viendrait d’une déformation du latin gurgulio qui signifiait gorge ou gargouille. Étymologie la plus vraisemblable, à cause des eaux qui
dévalaient la colline.
Passage du Gouvernement Les gouverneurs du Lyonnais y eurent leur domicile à l’emplacement du n° 4.
Place du GouvernementCréée suite à la démolition de plusieurs immeubles.
A été dénommée également place du
Petit-Palais.
Les gouverneurs du Lyonnais y eurent leur domicile à l’emplacement du n° 4.
Montée du Grand ChoulansA été absorbée par
la montée des Génovéfains.
Voie qui desservait le hameau de Choulans.
Chemin des Grandes-TerresChemin vicinal ordinaire n° 42. A changé de dénomination en
1946 : est devenu la rue Benoist-Mary.
Du nom d’une propriété qui porte toujours cette inscription au 68.
Place du Grand- PalaisA changé de dénomination de 1946 à 1964 : est devenue la place Henri-Ferras.
A changé de dénomination est : devenue la place de
la Baleine
Inconnue.
Chemin de Grange-BlancheNom donné au chemin de la Demi- Lune.Lieu-dit.
Rue de Grange- Bruyère Nom d’un domaine.
Chemin des GrangesChemin vicinal ordinaire n° 37.
A changé de dénomination : est devenu la rue des
Granges.
Le nom vient de la grange de Saint- Irénée dont les petites maisons sont toujours en place autour du porche.
Rue des GrangesA été dénommée chemin des Granges.Le nom vient de la grange de Saint- Irénée dont les petites maisons sont toujours en place autour du porche.
Montée de Gratte-CulA changé de dénomination en 1821 : est devenue la montée des Anges.
A changé de dénomination en 1933 : est devenue la montée Nicolas- de-Lange.
Inconnue.
Chemin de Grézieu-la- Varenne-et-de-la- Combe-Paillard- en-Chandrette-à- la-Grange- BruyèresA changé de dénomination : est devenu le chemin de la Garenne.
A changé de la dénomination : est devenu la rue de la Garenne.
Voie qui reliait ces points.
Rue de la GriveA été absorbée par la rue du Bœuf.Inconnue.
Rue des Grosses- TêtesA changé de dénomination : est devenue la rue de l’Épine.
A été absorbée en
1854 par la rue Saint- Paul.
En souvenir d’une enseigne d’auberge.
Passage des
Hauts-de-Saint- Just
Nouvelle voie.Situé sur les hauteurs du quartier de Saint-Just.
Rue des HébergeriesA été dénommée rue de la Pêcheresse de 1303 à 1424.
A été dénommée rue de la Saônerie de 1424 à 1482.
A été dénommée rue de la Ferraterie de 1482 à 1540.
A changé de dénomination : est devenue le quai de Flandre.
A changé de dénomination en 1811 : est devenue le quai de Bondy.
Les hébergeries, ou auberges, étaient nombreuses en cet endroit où les routes du nord entraient dans Lyon.
Allée HenrietteNouvelle voieL’épouse du lotisseur se prénommait Henriette.
Rue Henriette L’épouse du lotisseur se prénommait Henriette.
Place Henri- FerrasA été dénommée place de la Baleine jusqu’en 1946.
A changé de dénomination en 1964 : est redevenue la place de la Baleine.
Doreur sur bois. Né le 4 janvier 1925 à Lyon (2e), combattant des forces française de l’intérieur, arrêté par la Milice le 14 juillet 1944, fusillé au fort de la Duchère le 21 juillet 1944.
Rue Henri-Le- ChatelierNouvelle voie.Chimiste né le 8 octobre 1850 à Paris, mort le 17 septembre 1936 à Miribel les Echelles.
Passerelle de l’Homme-de-la- RocheA remplacé le pont de l’Homme-de-la- Roche en 1986.« L’homme de la roche » était une statue d’homme armé, placée sur le rocher de la grotte qui se trouve sur la rive droite. Elle fut remplacée en 1849 par une statue de Jean Kleberger, qui devint à son tour « l’homme de la roche ».
Place de l’Homme-de-la- RocheA été dénommée place de M. de la Roche en 1680.
A été dénommée place de la Roche en 1789.
A été dénommée place Flébergue ou place Cléberg en 1820.
A été dénommée place du Bourg-Neuf
en 1838.
« L’homme de la roche » était une statue d’homme armé, placée sur le rocher de la grotte qui se trouve sur la rive droite. Elle fut remplacée en 1849 par une statue de Jean Kleberger, qui devint à son tour « l’homme de la roche ».
Pont de l’Homme- de-la-RocheA été remplacé en 1986 par la passerelle de l’Homme-de-la- Roche.« L’homme de la roche » était une statue d’homme armé, placée sur le rocher de la grotte qui se trouve sur la rive droite. Elle fut remplacée en 1849 par une statue de Jean Kleberger, qui devint à son tour « l’homme de la roche ».
Quai HumbertA été absorbé par le quai de la Baleine en 1854.
A changé de dénomination en 1855 : est devenu le quai de l’Archevêché.
A changé de dénomination en 1945 : est devenu le quai Romain-
Rolland.
Archevêque de Lyon au XIe siècle.
Ce travail a été réalisé à partir des données de la Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21

Retrouvez les origines des voies des autres arrondissements de Lyon ci dessous :

Noms des voies Lyon 1er : partie 1 et partie 2

Noms des voies Lyon 2ème : partie 1 et partie 2

Noms des voies Lyon 3e : partie 1 et partie 2

Les dernières publications
Tuxboard