BlogDossier, SportMaracanã, histoire d’un temple du football

Maracanã, histoire d’un temple du football

maracana stade mythique

Seuls quelques stades au monde évoquent mythes et fantasmes à la simple évocation de leurs noms. Parmi ceux-ci figure incontestablement le Maracanã, à Rio de Janeiro. Surnommé le « Temple du football« , il a accueilli les plus grands joueurs du monde, et fut le théâtre d’évènements importants de l’histoire du ballon rond.

Alors que la Coupe du Monde au Brésil touche bientôt à sa fin, c’est d’ailleurs dans ce stade mythique que se déroulera la finale entre l’Argentine et l’Allemagne, et non dans la capitale du pays, Brasilia, comme cela est de coutume. Retour sur un véritable mythe du football moderne

Le véritable nom du Maracaña

Bien que personne n’appelle ce stade de son véritable nom, le Maracaña s’appelle en fait Estádio Jornalista Mário Filho, du nom du journaliste sportif brésilien Màrio Rodrigues Filho, qui a fondé le premier journal entièrement consacré au sport du Brésil, le « Sportivo mondiale ».

Maracaña est le nom du quartier où a été construit le stade pour la Coupe du monde de 1950. Alors que celui-ci devait se trouver dans un autre quartier de Rio, c’est Màrio Filho qui persuada l’opinion public de bâtir le stade dans la zone du Maracaña.

Maracaña signifie « oiseau vert » dans le langage tupi-guarani, parlé en Amazonie.

Un stade construit pour la Coupe du Monde de 1950

maracana 1950

Inauguré le 16 juin 1950, le stade du Maracaña a été spécialement construit pour la Coupe du Monde qu’accueille le Brésil cette même année. Une enceinte gigantesque qui pouvait contenir 183.254 places – le plus grand stade du monde à l’époque – mais qui a plusieurs fois abrité plus de 200 000 spectateurs, comme lors de la finale perdue par le Brésil 2 à 1 contre l’Uruguay en 1950.

maracana finale coupe du monde 1950

Une finale vécue comme un véritable drame national, alors que tous les brésiliens étaient certains de remporter la coupe, qui se jouait à l’époque comme un mini-championnat (le Brésil n’avait besoin que d’un match nul pour l’emporter).

Cette défaite restera dans les annales comme le « Maracañazo », le coup de Maracanã.

Le 1000e but de Pelé

Le 19 novembre 1969, près de 100 000 personnes sont au Maracaña pour assister au match entre Vasco de Gama et Santos. Tous veulent en effet participer en direct au 1000e but de la carrière du roi Pelé. Un but qu’il inscrira sur pénalty à la 78e minute.

Mais Pelé n’est pas la seule star à avoir fouler la pelouse de ce stade mythique. Les brésiliens Zico et Garrincha y ont joué des matchs, ainsi que des stars internationales comme Maradona ou Platini.

Seules trois personnes ont réussi à faire taire le Maracanã

 » Il n’y a que trois personnes qui ont réussi à faire taire le Maracana d’un seul geste : Frank Sinatra, le Pape Jean-Paul II et moi. »

Une phrase que l’on doit au buteur uruguayen Alcides Ghiggia lors de la finale de 1950.

Car outre les matchs de foot, le stade a accueilli de grands évènements culturels et religieux. La venue du Pape Jean-Paul II au Maracaña donna lieu à la plus grande messe jamais célébrée sur le sol d’Amérique latine. En 1991, le concert du groupe norvégien A-ha, qui a réuni 198 000 personnes, reste un record pour un concert payant.

Un stade rénové

maracana 2014

Fermé en 2010 pour les travaux de rénovation dus à la Coupe du Monde 2014, le Maracaña n’accueille plus aujourd’hui « que » 78.000 personnes. Une capacité déjà réduite dans les années 1990 à 100.000 places pour des questions de sécurité imposées par la FIFA.

Des changements qui font dire à certains que le stade n’est plus celui qu’il était auparavant. Il reste malgré tout, autant pour les joueurs que pour les spectateurs, l’un des stades les plus mythiques au monde.

Publié le 12 juillet 2014 à 12:14, par :
Julien // Twitter

Parisien voyageur. J’espère encore voir un jour un concert des Pink Floyd. Aussi fondateur du site Un Jour de Plus à Paris.


Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2020 | Tuxboard : concentré de news fraîches