Nicolas Bedos Sketch Sarkozy, Police


L’humoriste/écrivain Nicolas Bedos au coeur de deux scandales en une semaine. Le premier, celui-ci a traité Nicolas Sarkozy de VRP cocaïné dans son sketch de l’émission Semaine Critique animée par Franz-Olivier Giesbert.

Vu de Washington, la France est une principauté risible, une bourgade moyenâgeuse qu’un VRP cocaïné s’est payée à coups de pub pour en foutre plein la vue à une chanteuse de variétés


Son sketch « clash » à partir d’1″50.

Quelques jours après, dans l’émission Tout le monde il est beau, sur Canal+, Nicolas Bedos a narré une de ses aventures au poste de police, traitant les policiers travaillant la nuit d’odieux et dotés du QI d’un poulpe mort.

J’ai passé deux nuits en cellule de dégrisement avec des flics odieux qui, vraiment, ont le QI d’un poulpe mort, pour la plupart. Le flic de la nuit, le patrouilleur, est un abruti, c’est un voyou en uniforme, c’est une racaille qui tombée du bon côté.

Les syndicats de police Unité SGP et Alliance ont vivement critiqué ces propos, qui n’auraient comme but d’attiser la haine « anti-flics ».

Les dernières publications

19 réflexions au sujet de “Nicolas Bedos Sketch Sarkozy, Police”

  1. A ce qui parait, il est interdit d’interdire ces « humoristes » de faire leurs sketchs sous le prétexte de la liberté d’expression (Bien que tous le monde sache pertinemment que, la liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence…). Or, les paparazzis (qui ont autant que n’importe-qui, le droit à leur liberté d’expression), se voient très régulièrement trainés devant les tribunaux après avoir publié un papier pourtant souvent moins grave que les propos de ses « humoristes » aigris aux propos diffamatoire et basé sur aucun fait réel (On n’a jamais vu Sarkozi se balader ne serait-ce qu’avec un joint… alors que Bedos, ça ne devrait pas être difficile de prouver qu’il en consomme). Par conséquent, si je devais un jour me retrouver dans une telle situation, j’exercerai un autre de mes droits, à savoir le droit de réponse, en convoquant systématiquement ce genre de « racaille de la plume », devant les tribunaux.

  2. Je suis sûr que si ce garçon ne s’appelait pas Bedos, il ne serait pas là où il en est aujourd’hui..
    C’est triste de se faire une carrière sur le nom de Papa..

  3. c’est surtout que son père a inventé un style(apprécié ou pas)qui a très bien fonctionné, lui ne fait que reprendre l’entreprise familliale…

  4. Et bien moi je l’aime bcp, je l’ai découvert hier soir d’abord ds le grand journal, puis sur le site de france 2: ce « fils de » manie la langue française avec talent et panache, il tape fort, appuie la ou ça fait mal et n’a pas peur de se frotter aux invités présents sur le plateau! Ce mec n’a pas besoin de la télé pour vivre, comme il le répète assez svt ces pièces de théâtre marchent très bien et le cinéma lui tend les bras.
    Alors les gros malins qui parle de dépôt de plainte a tout bout de champs, que ce soit dans les journaux ou sur ce blog, ferait mieux d’écouter un peu plus les textes magnifiques de ce bedos a la fois mal poli et formidablement cultivé.
    Il faut se lâcher les papis, ca fait du bien de rire de temps en temps :)

  5. Faut il rire de tout et de n’importe quoi ? Ce Bedos est digne de Gerra (c’est dire comme je le trouve nul). Même si je n’ai aucune compassion pour ses cibles, la technique enfantine qui consiste à dire « la maîtresse pue du cul » ne m’amuse plus depuis longtemps. Est-ce ça être vieux ?

  6. Moi j’aime bcp je trouve qu’il réveil notre attention aux heures tardive de la nuit. Et a cette heure là on sait tres bien prendre les choses au deuxieme voir même au troisième degré. C’est fin, energique, piquant. Pourquoi devrait on se privé de tout les humoriste un peu piquant ??? On a deja perdu Guillon qui sera le prochain ??

  7. @Samy : L’exemple des paparazzis et le « racaille de la plume » sont tellement énormes, que j’ai d’abord cru a de l’humour bien cynique :-D Mais en relisant, en fait je ne crois pas, donc:

    Si tu te retrouve dans une « telle situation » un jour, je pense que tu aurai autre chose a faire que de trainer devant les tribunaux toutes les « racaille de la plume » qui se moquent de toi. Ou alors c’est que tu aurai bien mérité ces moqueries… Et sinon en effet, il est bien connu que les paparazzis respectent religieusement l’intimité de leurs « victimes » et s’arrêter quand « la liberté des autres » se retrouve entravée. Ce sont de pauvres petites victimes innocentes, tout le monde le sait.

    Il faut savoir faire preuve d’ouverture d’esprit, différencier politique et humour, quelle quelle qu’en soit la nature. Un gouvernement qui est en incapable est une dictature. Donc entre nous, je préfère laisser la parole a un gugus dans son genre plutôt que d’encourager une politique effrayante et sévère comme les propos que tu as tenu…

  8. @Yakeru Ton commentaire m’à soudainement rapellé quelques chose :

    Vous avez appris qu’il a été dit: oeil pour oeil, et dent pour dent.
    Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre.
    Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.

    Bienvenu dans le monde de l’impunité, le l’ile aux enfants et des bisounours !…

  9. Attention, tout est une question de contexte et d’échelle. Il faut encore une fois différentier propos injurieux/diffamation/insultes et … humour, même si parfois la limite est floue…

    Quand tu as un temps dédié à l’humour, une chronique présentée comme satyrique, que le discoure est explicitement présenté comme un texte humoristique, là, on ne peut et ne doit rien faire. Même si on est visé il faut savoir rester calme et le prendre pour ce que c’est: de l’humour.

    Si par contre, le même genre de propos aurait été tenu durant un temps dédié au débat politique ou a l’information, comme pendant un JT ou autre émission débat sérieuse, alors là oui, c’est grave et de tels propos peuvent être condamnés si ils sont mensongers et injurieux.

    C’est a ça que l’on reconnait une politique ouverte et démocratique : savoir accorder du temps pour l’humour et du temps pour l’information et le débat, biens les différentier, et bien les présenter tels-quels pour ne tromper personne. Si on commence a mélanger les deux et a appliquer le même genre de contrôle ou de sanctions dans tous les cas, sans les distinguer, alors là, on bascule dans la censure. C’est ce qui est arrive avec Guillon et c’est particulièrement flippant.

  10. j’adore! j’espère qu’on vit encore dans un pays ou la liberté d’expression veut dire quelque chose, j’en ai marre du politiquement correct, il faut plus de gens comme lui et comme guillon!

  11. mouhahaha, les jeunes pisseux qui confondent respect de la vie privé, et humour -_-
    un photographe vient te prendre en photo chez toi dans ton intimité, l’humour, même de mauvais gout, n’entre pas dans cette catégorie !!
    apres la diffamation c’est différent et Sarko n’a jamais voulu porter devant les tribunaux Le Canard ou Charlie, alors c’est pas un jeune premier avec des idées de merde qui va lui faire peur !!

  12. Je ne pense pas que la différence entre humour et diffamation soit une question de période mais plutôt une question d’intention de nuire. Un exemple : Tu l’auras compris, Bedos et Guillon sont deux types que je n’aime définitivement pas. Pourquoi ? Parce qu’ils sont incapable de mettre de côté leurs opinions personnelles et utilisent leur « immunité humoristique » pour régler leur compte avec ceux qu’ils ont pris en grippe (La preuve avec sont « scetch » sur la police…). Par contre, quelqu’un qui fait une rubrique satirique tous les soirs et que j’aime énormément, c’est Yan Barthès du petit journal car premièrement ça n’est jamais méchant, ensuite il a toujours la preuve de ce qu’il avance (voir l’histoire récente avec Bayrou) et enfin tous le monde est servi (gauche, droite, centre, connu, inconnu)…

  13. Nicolas Bedos a une très belle écriture ( ses pièces sont remarquables ) qui se répercute sur son talent de chroniqueur. Beaucoup de fils de… encombrent le cinéma et le théâtre, et, c’est vrai, ça tape sur les nerfs. Sauf quand ils ont du talent, comme c’est le cas de Nicolas Bedos. Parmi les fils de… on trouve Catherine Deneuve et Françoise Dorléac , Guillaume et Julie Depardieu, Pierre et Claude Brasseur, Charlotte Gainsbourg, Angelina Jolie, Emmanuelle Beart, Geraldine Chaplin, et des centaines d’autres artistes qui n’ont plus rien à prouver. Alors par pitié, tapez si voulez sur les fils de… sans talent, mais laissez le talent s’exprimer. Nous en avons bien besoin à tous les niveaux. Quant il parle des flics comme il le fait, Nicolas Bedos a raison. J’ai vécu une aventure similaire et totalement injustifiée au commissariat de la rue Achille Martinet Paris 18e parmi les putes, les dealers et surtout la connerie des flics parceque je passais au mauvais endroit à la mauvaise heure. En partant, je les ai traités de porcs, mais ils sont pire que les porcs , car les porcs on peut les manger.

  14. quel nul
    faite lui savoir qu’il est nul ca lui evitera de raconter tout et n’importe quoi sur tout le monde
    il se moque de tout frise l’insolence se croit comique
    en fait c’est un naze un nul et je crois franchement quil faut le sortir de la telé car il est vraiment mauvais ……………

Les commentaires sont fermés.

Tuxboard