« Il reste des enfants à écraser. Vous pouvez accélérer » : le panneau choc de la ville de Bretenière

Installé à la fin de l’année dernière, un panneau qui est censé inciter les automobilistes à lever le pied dans une zone limitée à 30 km/h ne passe pas inaperçu.

breteniere panneau choc

« Il reste encore des enfants à écraser. Vous pouvez accélérer ». Voilà les deux phrases qui figurent sur un panneau de signalisation dans la rue principale de Bretenière (village situé au sud de Dijon). Excédé de voir filer les voitures à toute allure, le maire a décidé de manier l’ironie pour faire baisser la vitesse.

Nous avons choisi la communication plutôt que l’information.
 
C’est de l’humour, oui, certains diraient de l’humour noir. D’ailleurs, certains administrés m’ont demandé des explications.
 
Les automobilistes roulent parfois à 70, 80 km/h ! Le village est calme, mais j’ai vu plusieurs accidents évités de justesse.
 
La limite est passée de 50 km/h à 30 km/h, sans effet. On a répété de faire attention dans le bulletin municipal, on a implanté des dos d’âne au niveau de l’école, on a instauré des priorités à droite sur les rues adjacentes. Mais rien, ou presque.

Quatre mois après l’installation des panneaux, le maire est « un peu surpris que cette histoire remonte au niveau national ».

Mais cela fait réagir, ce n’est pas anodin. J’espère que cela va faire parler davantage du problème. Le panneau n’a pas eu les effets escomptés. Je réfléchis encore à ce qui pourrait être amélioré. Pourquoi pas des chicanes ?

Dans un autre genre, nous vous conseillons de voir ces panneaux de ralentissement d’une commune de Haute-Savoie qui avait lancé une campagne de prévention très drôle contre la vitesse, intitulée « le syndrome du champignon ».

Les dernières publications
Tuxboard