BlogInsolitePeine de prison pour une rumeur sur Twitter en Chine

Peine de prison pour une rumeur sur Twitter en Chine

En Chine, retweeter une rumeur peut désormais vous infliger une peine de prison. Le combat mené par le régime chinois contre les réseaux sociaux s’intensifie. Et actuellement, la Cour suprême populaire menacerait de poursuivre pour diffamation toute personne qui ferait circuler des rumeurs sur Internet, dans le cas où la fausse information aurait été consultée par 5000 internautes ou retweetée 500 fois. D’après une agence de presse chinoise, «les personnes reconnues coupables de diffamation encourent jusqu’à trois ans de prison, ou une privation de leurs droits politiques». A noter que ce sont les mêmes peines que pour ceux qui proposent des contenus à caractère pornographique.

Depuis un certain temps, faire circuler des rumeurs sur Internet était un «sport national» en Chine. Certaines visent souvent à améliorer l’image d’une entreprise ou d’une personne tout en détruisant l’image et la réputation de ses concurrents. D’autres ont également pour but de saper l’autorité des politiciens et autres caciques du parti communiste. Dans tous les cas, ce «sport national» est maintenant assorti de règles, et les sanctions peuvent ainsi mener jusqu’à la prison. L’ironie de l’histoire est que l’agence de presse officielle chinoise a annoncé par erreur sur son site qu’Istanbul avait été désignée comme ville olympique pour les JO d’été 2020. Il se trouve que l’information était fausse et a été vue par bien plus de 5000 personnes. Cela dit, aucune sanction !

L’on se demande alors si certaines fausses rumeurs peuvent être acceptées, ou si les Chinois sont bien égaux devant la loi…

Publié le 11 septembre 2013 à 8:26, par :
Lennon

Thématiques :

Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2020 | Tuxboard : concentré de news fraîches