Test de Beyond : Two Souls : Une œuvre qui provoque des vagues… à l’âme ?


Après Nomad Soul, Fahrenheit et surtout Heavy Rain, le studio français Quantic Dream et son créateur David Cage sont de retour avec Beyond : Two Souls, une nouvelle œuvre à part entière dans le décor vidéoludique. Entre jeu vidéo quasi passif et cinéma interactif, le jeu et ses mécaniques divisent une fois encore. En délaissant le polar au profit du surnaturel, Beyond : Two Souls séduira-t-il à nouveau les amateurs du genre et arrivera-t-il à attirer les réfractaires ? Place au test.

Bande annonce de Beyond : Two Souls

Il est difficile de tester un jeu comme Beyond : Two Souls en appliquant bêtement les mêmes critères que pour les autres jeux. Pour ceux du fond qui ne suivent pas, Beyond : Two Souls et Heavy Rain avant lui, le jeu le plus connu de Quantic Dream, sont des jeux au gameplay unique. Une mise en scène plus proche que jamais du cinéma notamment grâce à de la capture de mouvements pour les personnages et beaucoup de cinématiques et dialogues, une intrigue dotée de plusieurs fins et embranchements en fonction des choix du joueur et un gameplay simplifié au maximum pour toucher un large public, voilà les principaux ingrédients de la recette.

Jodie enfant

Dans Beyond : Two Souls vous incarnez Jodie Holmes (jouée par Ellen Page) durant 15 ans de sa vie. Celle-ci est accompagnée en permanence par une entité mystérieuse et invisible du nom de Aiden.  Du fait de son humeur changeante et protectrice et de sa puissance (puisqu’elle peut traverser les murs, déplacer des objets, générer des flashbacks ou même prendre le contrôle des gens), Aiden va évidemment attirer des ennuis à l’enfant. Cet être surnaturel va amener Jodie à être étudiée, utilisée ou encore traquée durant tout le jeu dont on ne révèlera pas plus l’histoire.

Aiden et Eve

Reprenant donc la recette des jeux précédents, Beyond : Two Souls est orienté plus que jamais grand public. Pensés pour être actionnés même par les néophytes en jeux vidéo, les contrôles du jeu sont en majorité contextuels et très simples (déplacer le joystick dans un certain sens ou non, appuyer, rester appuyer ou tapoter sur une ou plusieurs touches lorsqu’elles apparaissent à l’écran, soulever la manette…etc.). Même les QTE (Quick Time Event) sont rarement punitifs quand ils sont loupés. Certaines actions manquées influenceront certes un peu l’histoire par moments, mais bien souvent le fait de manquer un geste empêchera juste le déblocage d’un succès et n’aura pas d’incidence véritable sans même parler de l’absence de game over. Le jeu se déroule quoi que fasse le joueur grâce à des pirouettes scénaristiques et ne propose donc pas de véritable challenge.

Aiden peut aussi protéger Jodie

Par rapport à Heavy Rain cependant, deux nouveautés principales permettent de rafraichir un peu le gameplay qui reste somme toute très léger, voire superficiel par moments. Tout d’abord, durant les combats il faudra déplacer le joystick droit dans la même direction que le bras de Jodie, ce qui ajoute un peu de dynamisme. Ensuite, dans Beyond : Two Souls il est possible de contrôler Jodie mais aussi Aiden en passant de l’un à l’autre avec triangle afin de résoudre certaines situations. L’entité est également capable de découvrir des secrets cachés dans le décor permettant de débloquer des bonus comme des illustrations. Les déplacements de Jodie sont un peu balourds et ceux de Aiden manquent de contrôle et vont un peu vite. Au final comme dans Heavy Rain, de nombreuses actions demandées au joueur (pas toutes heureusement) seront surtout là pour lui donner l’illusion de participer à une histoire qui se déroule en grande majorité sans sa réelle intervention. À noter également la présence de phases d’infiltration qui valent ce qu’elles valent.

Oui, c'est plutôt joli

Une oeuvre bourrée de Cage(s)

La trame narrative passe son temps à faire des allers-retours dans les différentes périodes de la vie de Jodie (enfance, adolescence, âge adulte) et permet ainsi de faire connaissance avec elle, de s’y attacher, mais aussi de varier agréablement les évènements, lieux et ambiances. Malheureusement, les chapitres et passages réussis et marquants (tant techniquement qu’émotionnellement parlant) sont aussi nombreux que ceux ratés, lents et ennuyeux. En plus de cette narration morcelée qui dessert souvent l’histoire et l’intérêt qu’on peut lui porter, le titre est fortement muselé. Les zones à explorer sont la plupart du temps extrêmement cloisonnées (même Aiden ne peut pas voler très loin de Jodie), les objets et personnes avec lesquels il est possible d’interagir peu nombreux et même la caméra vous force régulièrement à regarder d’une certaine manière pour mieux raconter son histoire comme le jeu l’entend. Certes la mise en scène est excellente, notamment grâce au format 16/9ème qui facilite l’immersion et l’impression de vivre un film, mais bien souvent on se sent prisonnier de l’œuvre. Par ailleurs, si dans Heavy Rain des choix opérés par le joueur assez tôt dans le jeu influençaient ou donnaient vraiment l’impression d’influencer le cours des évènements (actions et dialogues), dans Beyond : Two Souls cette impression est bien moins présente hormis vers la fin où tout s’accélère et se décide véritablement. Dans le jeu précédent, bien des fois il fallait poser la manette pour réfléchir à un choix tandis qu’ici les décisions semblent bien moins primordiales et c’est dommage pour un jeu qui veut avant tout créer de l’empathie.

Le professeur Nathan Dawkins alias Willem Dafoe

Heureusement, techniquement parlant le jeu est impressionnant. Pas très éloigné du magnifique The Last of Us, le dernier titre de Quantic Dream dispose d’une réalisation épatante pour une console en fin de vie. Une excellente modélisation et un bon jeu d’acteur (notamment d’Ellen Page et Willem Dafoe), une bande-son efficace par Hans Zimmer, une VF (quelques petits soucis de synchro labiale cependant) et des effets sonores soignés et surtout une mise en scène maitrisée font de ce jeu l’un des plus réussis dernièrement. Autre point technique intéressant, la possibilité de jouer à deux. Via deux manettes ou en utilisant l’application dédiée sur iOS et Android, un joueur contrôle Jodie et l’autre Aiden (toujours à tour de rôle cependant). Côté durée de vie, comptez une grosse dizaine d’heures pour un premier passage. À noter qu’il est possible de recommencer les chapitres (dont les différentes durées varient énormément) à loisir après les avoir terminés une première fois pour tenter de nouvelles approches. Au-delà de dévoiler une nouvelle fin (il y en a 23), rejouer des chapitres permet de découvrir des petites possibilités et subtilités qui peuvent nous avoir échappées.

Conclusion

L'une des plus belles rencontres du jeu

Donner une note à Beyond : Two Souls n’a au final que peu de sens tant l’appréciation du joueur, au niveau du gameplay et de l’histoire racontée, variera en fonction des sensibilités et attentes de chacun. Malgré un progrès technique incontestable, un casting hollywoodien, une réalisation quasi irréprochable et une plus grande variété qu’Heavy Rain, Beyond : Two Souls ne devrait pas convaincre les détracteurs des jeux précédents du studio de tenter l’aventure malgré la promotion massive de David Cage. Concernant ceux qui ne connaissent pas ou ceux qui adhèrent aux œuvres de Quantic Dream, l’histoire de Jodie tantôt touchante tantôt clichée voire tantôt proche de l’insipide devrait malgré tout leur plaire dans l’ensemble. Et ce, malgré un titre moins impliquant et captivant que l’enquête d’Heavy Rain. L’histoire de l’héroïne et des personnages qu’elle rencontre reste heureusement dotée de plusieurs passages à sensations fortes et peut mériter d’être parcourue à défaut d’être véritablement jouée.

Note : 6/10. Passable

Beyond : Two Souls est disponible uniquement sur PlayStation 3 depuis le 9 octobre 2013.

16 réflexions au sujet de “Test de Beyond : Two Souls : Une œuvre qui provoque des vagues… à l’âme ?”

  1. Un jeux qui à au moins le mérite de proposer autre chose. C’st pour ça aussi que la PS3 me semble plus mature en proposant des jeux plus « sérieux ».

  2. C’est quoi cette article ? La prochaine fois évite de parler d’un jeu, on préfère qu’en tu rapportes des infos.

  3. @mizdow

    Ca semble en effet être de la promo sur fond de test… Tuxboard fait des tests de JV, ma foi.

    Des recettes de cuisine aussi ce serait pas mal je crois.

  4. Pareil que Baekdoosan, perso je cherche quelques retours sur ce jeu pour me décider. De ce que j’en retiens c’est un « film interactif » à la Heavy Rain. Du coup je pense attendre les occaz ou la version Platinium.

  5. @mizdow

    Parce qu’ils ont du jouer au jeu, et voyant à quel point il est différent de la « métagame » classique, ils ont décidé de partager leur vécu..

  6. J’ai joué a ce jeu et franchement…. c’est de la merde.

    Niveau graphisme, c’est vraiment bien fait. Mais pour ce qui est du jeu en lui meme…

    Voila comment ca marche :

    On est devant sa play, et on nous dis a chaque fois sur quel bouton appuyer. Tu escalade un mur : Appui sur X, appui sur ROND, appui sur R2……..
    Tu te bats contre des méchants : Analogue a gauche, analogue a droite, analogue en bas……….
    Sachant que meme si tu ne fais rien, le jeu continus sans toi. En gros impossible de mourir.

    Tu n’es pas libre, le jeu te dis sur quels boutons appuyer et tu subis. Voila

    Le concept est sympa mais si c’est pour rouiller devant sa play, non merci.

  7. Voila un très bon Playthrough du jeu

    Perso j’ai trouver le jeu super bien, un des hit 2013

    @Dgi: Détrompe toi, Beyond two souls est bien plus immersif que Heavy rain (regarde le playthrough au dessus et fait toi un avis)

  8. mika950 a commenté le 17 octobre 2013 à 9 h 44 min // #9
    grosso merdo, moi qui ai surkiffé heavy rain, je devrait être conquis?

    c’est plus simpliste et assisté qu’Heavy Rain, c’est tres tres accessible, voir trop pour un « joueur lambda » qui touche a un pad depuis des années…

    en gros, Beyond two souls, c’est le plus faible niveau de difficulté d’Heavy Rain au niveau des QTE.
    pour moi, HR etait encore un jeu, là on est vraiment dans le film interactif.

  9. Ce qui me consterne le plus c’est qu’il dit que noté na pas de sens et après à la fin il donne 6/10 passable oO ? Après celui qui achète un jeu est sensé savoir quel type de jeu, il aime.
    Si tu achètes se jeu sa sera pour sa qualité graphique sa trame scénaristique et la profondeur des personnages.
    Se jeu se rapproche d’un film interactif plus que d’un jeu d’aventure.
    Apres chacun son point de vue mais c’est se genre de jeu qui rapproche les jeux des films et ainsi c’est pour cela qu’on a la chance de voir de plus en plus de belle cinématique dans les jeux …

Les commentaires sont fermés.

Tuxboard