Le test de Gran Turismo 6


Après plusieurs mois passés dans nos cartons, nous avons enfin testé GT6 !
Avant toute chose, mettons les points sur les i, car ce test a été réalisé par un fan de la saga, donc son avis est légèrement tronqué, toutefois, il nous a promis de bien vous éclairer aussi bien sur les points positifs que négatifs du jeu afin que vous puissiez vous faire le meilleur avis possible sur ce dernier volet de la saga !

Après avoir longuement dépoussiéré cette bonne vieille PS3, nous lançons enfin le jeu, et après un bon giga et quelques d’updates (sic !), on peut enfin jouer !

Cinématique d’ouverture du jeu

Première grosse surprise, pas de longue installation, le jeu installe au fur et mesure les features, ce qui explique qu’une course se lancera plus vite après l’avoir jouée une première fois. Le jeu nous propose de commencer tout de suite à conduire via un petit tutoriel assez pénible ( on aurait aimé pouvoir s’en passer surtout après avoir fini tous les autres GT en long et en large).
Deuxième mauvaise surprise, les lignes sur la piste ainsi que les aides au pilotage sont activées par défaut, et comme on dit jamais deux sans trois, une fois le tutoriel terminé, on est obligé de dépenser nos crédits dans une Honda Fit à traction, pas l’idéal pour commencer la conduite sportive, mais on fera avec…

Bon, après quelques grosses heures de jeu on peut vous donner un avis assez détaillé sur la bestiole, nous allons essayer de vous faire un resumé des points positifs et négatifs en même temps :

Avant tout chose, la meilleure réussite de ce jeu est sans doutes la sensation de pilotage,. Même à la manette, on a l’impression de conduire un vrai bolide : ça glisse comme il faut, les sensations de vitesse et de freinages sont exceptionnelles. Par contre, toujours pas de gestion de dégâts et l’IA est plus qu’artificielle, puisqu’elle a tendance à ralentir les voitures en fin de course et n’hésite pas à vous rentrer dedans dans certaines courses où c’est facile de partir en vrille.
Un autre gros point négatif est que l’on ne peut toujours pas faire de sessions de qualification et il n’y a plus de départs arrêtés, ce qui rajoute un peu de difficulté au jeu, mais enlève une grosse dose de réalisme…

Les graphismes sont assez beaux, mais cela reste de la PS3 tout de même, la liste de voiture est impressionnante (+ de 1.200 !) mais certaines voitures sont des directs portages de la version PS2 avec des textures « très sales », les voitures qui ont été spécialement modélisées pour cette version sont par contre magnifiques, et certains intérieurs sont aussi de toute beauté !

Le son des bolides n’est pas au niveau surtout lorsqu’on le compare avec le prochain Project Cars, on a souvent l’impression d’avoir un aspirateur à côté de soit.


Le garage GT6


La Nissan DeltaWing au milieu des champs solaires

Le dernier point négatif est son mode carrière très axé débutant, nous n’avons pas eu de mal à obtenir tous les permis et coupes en or, et même les courses d’endurance ont été raccourcies, par exemple avec… les mythiques 24 minutes du Mans ! Tout cela pour nous montrer leur gestion du temps et des conditions météo en temps réel. Ces conditions sont toutefois super belles, nous avons adoré le magnifique coucher du soleil dans le Nurbürgring dans une des épreuves spéciales, une fois la nuit tombée cette course devient un vrai enfer qui vous fera transpirer de grosses gouttes de sueur à chaque virage !

Le nombre de circuits est assez grand (+de 70), et il nous permet de découvrir des nouvelles courses forts sympathiques. Le mode online est aussi intéressant et il est possible de télécharger les meilleurs replays sur les seasonal events. Nous avons pu ainsi apprécier pas mal de fous du volant dans leurs œuvres, tout en mesurant les trajectoires et temps contre ceux de vos amis, en direct.


Circuit Autumn ring


Circuit Matterhorn

Pour conclure, nous dirons que cet opus de GT est une belle réussite. Niveau simulation de conduite, il est irréprochable.  Espérons toutefois que l’arrivée de nouveaux concurrents tels Project Cars saura motiver Polyphony à corriger les nombreux défauts qu’il reste dans leur simulation.
GT6 reste pour nous un jeu indispensable pour tout amateur de simulation auto. Par contre, si vous êtes plutôt axés Arcade, passez votre chemin, vous trouverez votre bonheur ailleurs.

Pépite GT6, Le Mans en 787B :

Les dernières publications

5 réflexions au sujet de “Le test de Gran Turismo 6”

  1. Dommage, je pensais que ça allait être une claque graphique. Forza est largement plus joli d’après ces premières images.

  2. Ce qui est chiant dans GT c’est l’IA, déjà 6 voitures par course c’est vraiment pas assez, ensuite soit on est complètement à la ramasse soit est complètement au dessus et les 5 autres voitures de toute façon se suivent comme des gentils toutou, aucune baston entre elle, aucune qui se détache vraiment (des fois une à l’arrière c’est tout), l’intérêt de la course est souvent zéro.

  3. Les screenshot sont comme à leurs habitudes réalisés sur PC avec des graphs poussé… Du coup les photos sont magnifiques et non représentatives du jeu…

    HOP on passe à la video de Gameplay.
    L’intérieur de la voitures est moche et fade.
    Les décors sont figés…

    Heureusement que GRID2 est sortie avant pour montrer que la PS3 en avait dans le cul !

    Jeu de bâclé, réalisation de merde.
    Je me demande si après 100% d’échec sur la PS3, Gran Turismo pointera le bout de son nez sur les NextGen

  4. @Zalmoxis non non c’est la vidéo qui est dégueulasse, le jeu est tel que tu le vois dans les captures

    @Widowmaker d’accord avec toi sur l’IA, l’intérêt est sur le online, en s’inscrivant sur des forums (gtplanet par exemple) tu peux participer à des championnat réglementés et là tu te rends compte du potentiel du jeux

  5. Hé bien, quand j’aurai enfin terminé les 24H du Mans, je passerai ptet sur Project Cars ou GRID2 (merci @Zalmoxis :) )

Les commentaires sont fermés.

Tuxboard