Un chimpanzé remis en liberté embrasse pour la dernière fois la primatologue Jane Goodall


L’Institut Jane Goodall a mis en ligne une vidéo touchante, d’un chimpanzé remis en liberté. Ce dernier embrasse pour la dernière fois la primatologue Jane Goodall.

La scène s’est déroulé au Congo. Wounda, la femelle primate a retrouvé la vie sauvage en République démocratique du Congo en juin 2013 et n’a pas manqué de remercier la gérante du Centre de réhabilitation pour Chimpanzés de Tchimpoung.

Chargement du player …

11 réflexions au sujet de “Un chimpanzé remis en liberté embrasse pour la dernière fois la primatologue Jane Goodall”

  1. Sur les 3 mecs, je penses qu’il y en a 2 qui sont dépourvus de cœur. pas même un léger, rien, nada, petit sourire! (a 3mn10 pendant le câlin)

  2. @Acouphenix
    moi non plus, mais quand meme ;) ca te décrocherais pas un tout petit mouvement de levre si tu voyais ca, et ce même si t’es la pour faire de la manutention.

  3. Ils ne font pas vraiment ce boulot par passion. Cependant, on s’attache à ces chimpanzés. La non expression de leur émotion est aussi quelque chose de culturel ou d’habituel pour eux. Où ils savent peut-être que ce relâché n’est que le début. Enfin, je ne pense pas que c’est un manque de cœur. Autre possibilité, et vu leur équipement je pense que cela est possible, ce sont peut-être des gardes qui sont là pour protégés la réserve (sans leurs armes car celles-ci effrayent les chimpanzés et ne font pas bonne impression pour la télé). Ils n’ont alors que peu de contact avec les chimpanzés, ne les nourrissent pas, ne les aident pas et ne font que protéger le parc. Cette notion d’affection est donc différent pour eux car il n’y a pas cette rupture. Enfin, pour avoir vécu des moments similaires, je peux vous dire que ça vous fout une boule dans la gorge. Ces animaux sont plus reconnaissant que beaucoup d’espèces, nous compris.

    Contrairement à ce qu’on peut penser, le premier câlin (celui donné à l’autre femme) est tout aussi important pour un chimpanzé que celui donné au professeur Goodall. Grande femme, comme toutes les personnes travaillant pour les primates.

Les commentaires sont fermés.

Tuxboard