Voyage dans la Vallée d’Aoste


La Vallée d’Aoste (anciennement appelé Val d’Aoste) est la plus Française des régions d’Italie. Même si nos régions montagnardes sont réputées dans le monde entier, il ne faut pas sous estimer les stations voisines, situées de l’autre côté des Alpes.
C’est pour cette raison que Tuxboard est parti découvrir la Vallée d’Aoste, région autonome d’Italie, à Courmayeur puis à Aoste.

De l’autre côté du tunnel sous le Mont-Blanc, à quelques kilomètres de Chamonix, nous entrons dans Courmayeur, à 1.200 mètres d’altitude. Il faudra donc prendre la télécabine pour prendre rejoindre les pistes de ski et quelques kilomètres en voiture pour atteindre le Val Ferret, magnifique petit coin pour les amateurs de ski de fond et de snowbikes, que nous avons testé.

Après une mise en bouche et après s’être équipés chaudement, nous montons sur ces bike cloutés ou montés sur des pneus «neiges» de MB Aventures pour une ballade tranquille, en admirant le paysage, discutant avec les randonneurs et les skieurs de fond.
Un conseil, restez sur le chemin tracé. Tenter d’aller dans la neige fraiche n’est pas une bonne idée, croyez moi, à moins que vous aimiez vous planter dans 70 cm de poudreuse (minimum) :

Ski à Courmayeur

Avec un prix de 44 euros par jour, Courmayeur, est une station de ski haut de gamme, avec une particularité puisqu’elle offre une section hors piste incomparable avec les stations françaises. Si vous connaissez un peu l’Italie et les Italiens, vous ne serez pas surpris de voir les profs et guides de ski équipés en Emporio Armani, sponsor officiel de la station. La vraie classe à l’Italienne (la photo sera bientôt en ligne).

Vous pouvez bien évidemment rejoindre les pistes Françaises avec le pass Mont-Blanc (250 euros par semaine).

Quand on parle de stations, il ne faut surtout pas oublier les restaurants d’altitudes et les refuges. Cela tombe bien, nous en avons testé deux exceptionnels :

Château Branlant

Ce restaurant gastronomique vous proposera les meilleurs produits de la région, dans un cadre atypique, près d’une immense cheminée qui réchauffera l’ambiance (avec le vin, évidemment). Quelques plats que vous pourrez rencontrer de nombreuses fois dans la région.

Une entrée avec «un peu» de charcuterie : Messata et Motsetta, une TUE-RIE !

Rajoutez à cela de la tome poêlée (Tomino) :

Quelques tranches de boeuf encore plus tendres que les lasagnes au cheval, accompagnées d’épinards et de patates italiennes, bon, des frites quoi…

Et finir avec 3 desserts à vous faire vaciller en arrière. C’est à ce moment que vous avez envie d’une bonne marche digestive !

Cela tombe bien, la grappa et le génépi locaux vous aideront à mieux descendre en télécabine (ouvertes jusqu’à 23h30).

Le refuge de Giacomo : la Maison Vieille.

Un personnage ce Giacomo, toujours le sourire au lèvres, toujours la blague pour détendre et une immense gentillesse. Vous trouverez dans les pièces de son antre des centaines (voir milliers) de photographies de personnalités accrochées au mur qui sont passées par cet endroit.

Et question nourriture, il est aussi généreux dans l’assiette et dans la diversité de ses plats.

Pas certain que vous puissiez skier (correctement) l’après-midi après ce festin proposé par la Maison Vieille, surtout après la coupe de l’amitié (On y reviendra plus bas).

Pierre Alexis 1877

Après avoir terminé tant bien que mal les dernières pistes de la station, il faut déjà rentrer à Courmayeur et nous préparer à … diner, chez Pierre Alexis 1877, un restaurant gastronomique qui vous surprendra par l’équilibre de ses plats qui vous fera oublier rapidement la décoration du lieu un peu désordonnée.

Je vous conseille fortement les gnocchis fourrés à la courge. Renversant !

Dans la suite, la ville d’Aoste, sa richesses culturelle, et la station Pila.

9 réflexions au sujet de “Voyage dans la Vallée d’Aoste”

  1. Article bien sympatoche, la bonne bouffe fera toujours un bon sujet.

    Quel est le pain et de quoi est-il recouvert sur la première photo ?

  2. La « coupe de l’amitié » , c’est une grolle.
    En savoie ça se boit avec du marc de…….. savoie.

    Et ça donne un bon coup de fouet hein ?

    Sinon il donne la dalle cette article…. c’est fou !

  3. Marrant, par chez moi une grole c’est une godasse. Aucun rapport avec le marc (bien que j’ai un oncle qui s’appelle Marc et qu’il porte souvent des chaussures).

    • @Ramses_27 : lis bien, la grole vient de Savoie et de Vallée d’Aoste.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Coupe_de_l%27amiti%C3%A9

Les commentaires sont fermés.

Tuxboard