Classement mondial de la liberté de la presse en 2016

Dans le cadre de la Journée mondiale de la liberté de la presse ce 3 mai 2016, Reporters sans frontières lance sa nouvelle campagne (sur un ton ironique) qui dénonce le saccage de la liberté de la presse dans 12 pays, dont les dirigeants peuvent s’enorgueillir d’avoir muselé l’information : salles de rédaction attaquées à la grenade (Burundi), journalistes licenciés pour un tweet (Turquie), propagande massive (Chine, Russie, Erythrée…), blogueur condamné à la prison et au fouet en place publique (Arabie Saoudite), ou encore création de camps militaires pour journalistes (Thaïlande).

rsf Abdel Fattah al-Sissi

rsf Ali Khamenei

rsf Ilham Aliyev

rsf Isaias Afwerki

rsf Kim Jong-Un

rsf Nicolas Maduro

rsf Pierre Nkurunziza

rsf Prayuth Chan-ocha

rsf Recep Tayyip Erdogan

rsf Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud

rsf Vladimir Poutine

rsf Xi Jinping

La campagne vise les chefs d’Etat suivants :

Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud (Arabie Saoudite)
Isaias Afwerki (Érythrée)
Ilham Aliyev (Azerbaïdjan)
Abdel Fattah al-Sissi (Egypte)
Prayuth Chan-ocha (Thaïlande)
Recep Tayyip Erdoğan (Turquie)
Kim Jong-Un (Corée du Nord)
Ali Khamenei (Iran)
Nicolás Maduro (Venezuela)
Pierre Nkurunziza (Burundi)
Vladimir Poutine (Russie)
Xi Jinping (Chine)

Découvrez le classement mondial de la liberté de la presse dans la suite de l’article.

Les dernières publications
Tuxboard