L’une des prostituées les mieux rémunérées des États-Unis parle de sa vie

Alice Little a 20 ans, et exerce légalement le plus vieux métier du monde. Selon ses dires, travailler dans l’industrie du sexe est la meilleure chose qu’elle ait faite de sa vie.

Son activité est prospère, puisqu’en seulement deux ans, elle a gagné deux millions de dollars en tant que prostituée. Il faut dire qu’Alice ne se contente pas de vendre du sexe, mais plutôt de l’intimité, ce qui exige une bonne dose de psychologie.

Elle témoigne :

« Alors, qu’est-ce que ça fait d’être une travailleuse du sexe légale ? Ce sont des heures innombrables de ma vie qui ne reviendront jamais à s’asseoir dans un salon de manucure. Cela coûte plus de 2 500 $ par an en condoms et en lubrifiants. C’est stigmatisant, dégradant, difficile et la meilleure chose que j’ai jamais faite de ma vie.

Mon travail est celui d’une psychologue, d’une coach relationnelle et d’un sexperte. Pendant les temps de pause, je continue de m’instruire sur des matières comme la sexualité humaine, la psychologie et la sociologie – livres, conférences, vidéos en ligne – tout ce que je peux obtenir. Cet ensemble de connaissances est devenu ma bouée de sauvetage quand il s’agit de trouver comment naviguer avec les masses ».

Alice reçoit des personnes de divers horizons. Elle explique :

« Je passe des moments intimes avec des hommes, des couples, des femmes célibataires, des divorcées, des vierges, des adeptes de BDSM et des veuves : il n’y a pas qu’un seul type de personnes qui voit des travailleuses du sexe.

Dans la même veine, il n’y a pas qu’un seul type de personnes qui devient travailleuse du sexe. Mes collègues sont des femmes retraitées, des étudiantes diplômées, des mères, des candidates au doctorat, etc. Nous sommes un groupe incroyablement diversifié de femmes avec un point commun – une véritable passion pour l’intimité.

Elle raconte également comment elle exerce son travail au Nevada :

« Les détails techniques de mon travail sont fascinants : le travail sexuel n’est légal qu’au Nevada et seulement dans les bordels autorisés. Nous sommes engagés en tant qu’entrepreneurs indépendants, ce qui signifie que nous fixons nos propres tarifs. Nous pouvons dire non à quiconque ou à toute activité à laquelle nous ne consentons pas. »

La sécurité et le consentement jouent un rôle important dans le système du Nevada. Par exemple, lorsque vous visitez notre établissement, vous remarquerez une porte d’entrée électronique. Cela nous permet de savoir qui va et vient et empêche les mineurs d’y entrer. Dans nos chambres, nous avons des haut-parleurs bidirectionnels qui nous permettent de communiquer une urgence à la caissière instantanément en appuyant sur un bouton de panique. Ils sont rarement utilisés.

Chaque semaine, les femmes doivent se rendre chez le médecin de l’entreprise pour un test de dépistage des IST. Nous devons être exempts de maladies pour pouvoir travailler. En plus de cela, une fois par an, nous devons mettre à jour notre permis au bureau du shérif local. »

Et une journée type dans la vie d’Alice, comme cela se passe-t-il ? La jeune femme décrit :

Ma journée commence à 7h du matin, avec une heure d’entraînement. La forme physique et la santé sont incroyablement importantes pour moi, tant sur le plan personnel que professionnel. Puis je me douche et commence le rituel quotidien de mettre ma peinture de guerre. Pendant que je perfectionne mon mascara, je visualise la journée à venir. J’ai des rendez-vous ? Aurais-je de nombreux clients ? Quels sont mes objectifs ? Ce dialogue interne se poursuit tout au long de mon trajet de 10 minutes en voiture pour me rendre au travail.

Chaque femme a sa propre suite (dans le bordel, ndlr), décorée à son goût. Quand la cloche sonne, cela signifie que nous avons des invités qui veulent une « file d’attente ». Nous sourions, disons nos noms et essayons  de ne pas bouger (c’est considéré comme irrespectueux pour les autres femmes et c’est une forme de ce que nous appelons une « sale arnaque ».

L’invité s’approche alors de la femme de son choix, et elle l’emmène faire le tour de la propriété. Ils terminent la visite dans sa suite où ils négocient. Personnellement, je déteste ce mot : je considère toujours qu’il s’agit plutôt d’une conversation. À ce moment-là, nous passons en revue les activités qu’ils aimeraient essayer, les expériences qui les intéressent. Nous fixons ensuite un prix et nous nous rendons au bureau pour informer de notre entente.

La caissière est un membre inestimable de l’équipe. Elle s’occupe de l’argent, assure le suivi de notre temps, et nous avise lorsqu’il est écoulé. Je suis membre d’une équipe. La machine du bordel s’étend bien au-delà de moi-même en tant que travailleuse du sexe. Les caissiers, les barmen et les portiers travaillent tous ensemble pour créer le système de bordel légal du Nevada que nous connaissons aujourd’hui ».

Puis elle conclut :

« Vous pouvez supposer que mon travail concerne principalement le sexe, mais cela ne pourrait pas être plus éloigné de la vérité. Ce que je vends vraiment, c’est de l’intimité ».

Les dernières publications

Laisser un commentaire

Tuxboard