Lyon 1er arrondissement, origines des rues (A à K)

On s’est souvent demandé d’où pouvait venir le nom d’une rue. A Lyon, nous avons un historique des changements de noms de rues et leurs signification. Vous saurez tout sur Louis Pradel, Casse-Froide, Capucins, côte de la déserte, Javelot…

Place Louis Pradel à Lyon 1

Nous vous proposons de découvrir ces motifs de changements de noms de rue et pourquoi :

Localisation d’une rue disparue, nom actuel d’une ancienne rue, origine de la dénomination, évolution à travers le temps (nom, numérotation, tracé, limites), liste des habitants ou recensement de population, alignement des rues, statut public ou privé, entretien, etc.

On parle de rues de Lyon mais le terme officiel reste « voies de Lyon », puisque cela regroupe les places, quais, ponts, impasses, tunnels, ruelles, chemins et autres montées !

Voie par ordre alpha des voiesHistorique de la voieOrigine du nom de la voie
Place du 157ème- Régiment- d’Infanterie- AlpineA été dénommée place de la Butte jusqu’en 1958.Le 157e régiment d’infanterie alpine tient garnison à la caserne de Serin de 1887 à 1914.
Passage de l’Abbaye-de-la- Déserte L’abbaye royale des Bénédictines de la Déserte est un couvent fondé, en 1296, par Blanche de Chalon, dame de
Belleville.
Rue de l’Abbé- RozierA été dénommée rue Rozier.François Rozier, né à Lyon le 23 janvier 1734, décédé le à Lyon le 29 septembre 1793, est un botaniste, agronome et prêtre catholique. Curé de la paroisse de Saint-Polycarpe, professeur, puis second directeur de l’école vétérinaire de Lyon, du jardin des plantes et créateur d’un journal scientifique.
Rue Adamoli Pierre Adamoli est né le 7 août 1707 à Lyon (paroisse Saint-Paul).
Et mort le 3 juin 1769 à Lyon (paroisse d’Ainay). Conseiller du roi, maître des ports et des passages de Lyon. Le 25 octobre 1763, il lègue à l’Académie de Lyon sa bibliothèque, son médaillier et sa petite collection d’histoire naturelle.
Pont AffranchiA été dénommé pont Saint-Clair en 1775.
A été dénommé pont Rouge en 1775. A changé de dénomination en 1794 : est devenu le pont des Victoires.
A changé de dénomination en 1810 : est devenu le pont Morand.
A été démoli en 1974 et reconstruit
en 1975 pour supporter le passage du métro A.
Nom attribué en 1793.
Place d’AlbonA absorbé la rue de l’Orangerie et la rue des Orfèvres vers 1821.La famille d’Albon, originaire de Vienne, a fourni de nombreux personnages à la ville de Lyon. La place fut créée par la démolition d’un îlot de maisons ayant appartenu à la famille d’Albon. Le propriétaire d’un des édifices appelé la maison ronde, était André Suzanne
d’Albon, né à Lyon, paroisse Saint Michel d’Ainay, le 16 mai 1760. maire de Lyon du 27 août 1812 au 22 novembre 1814.
Rue Alexandre- LuiginiA été dénommée rue du Théâtre jusqu’en 1856.
A été dénommée rue de la Comédie jusqu’en 1932.
Musicien né à Lyon le 9 mars 1850, décédé à Paris le 29 juillet 1906. Compositeur, violoniste et chef d’orchestre du Grand Théâtre de Lyon, puis de l’Opéra Comique de Paris.
Rue d’AlgérieA été dénommée rue de la Boucherie- des-Terreaux jusqu’en 1844.
A absorbé la place des Carmes en 1855.
Nom datant de l’époque de la colonisation de l’Algérie par la France.
Rue de l’AlmaA été dénommée rue du midi du Clos- Riondel jusqu’en 1858.Nom donné en mémoire de la bataille gagnée par les forces franco-britanno- turques sur l’armée russe, le 20 septembre 1854 au début de la guerre de Crimée sur les rives du fleuve Alma.
Rue d’AlsaceA été dénommée rue des Deux-Angles de 1789 à 1856
A été dénommée rue Victor-Arnaud de 1856 à 1878.
A changé de dénomination en 1908 : est devenue la rue d’Alsace- Lorraine.
Le territoire d’Alsace-Lorraine est devenu partie intégrante de l’Empire allemand de 1871 à 1918, par la cession par la France au traité de Francfort du 10 mai 1871.
Rue d’Alsace- LorraineA été dénommée rue des Deux-Angles de 1789 à 1856
A été dénommée rue Victor-Arnaud de 1856 à 1878.
A été dénommée rue d’Alsace de 1878 à 1908.
Le territoire d’Alsace-Lorraine est devenu partie intégrante de l’Empire allemand de 1871 à 1918, par la cession par la France au traité de Francfort du 10 mai 1871.
Rue de l’AmandolièreA changé de dénomination : est devenue la rue Capponi.
A été appelée également rue
Mandolière.
Inconnue.
Montée de l’AmphithéâtreA été dénommée montée Sathonay de 1863 à 1866.Amphithéâtre romain des trois Gaules où, en l’an 177, ont péri les martyrs de Lyon et de Vienne.
Quai André- LassagneA été dénommé quai Saint-Clair jusqu’en 1953.Professeur d’italien, collaborateur de Jean Moulin pendant l’occupation, déporté. Conseiller municipal, Sénateur du Rhône, vice-Président du Conseil Général. Né à Lyon le 23 avril 1911, à Lyon (6e), mort le 4 avril 1953 à Lyon
(2e).
Rue de l’AneA été également appelée rue de l’Asne.
A changé de dénomination en 1789 : est devenue rue de l’Ane-Viel.  A changé de dénomination en 1855 : est devenue la rue Valfrenière.
Inconnue.
Rue de l’Ane-VielA été dénommée rue de l’Ane.
A changé de dénomination en 1855 : est devenue la rue Valfrenière.
Inconnue.
Ruelle des Anges Inconnue.
Rue de l’AnnonciadeNouvelle voie.
Le nom de Gabriel- Rambaud lui a été attribué par délibération du C.M. du 28 mai 1934, annulée par la délibération du C.M. du 22 octobre 1934. La rue a donc conservé son nom.
Ouverte à travers le clos de l’ancien monastère des religieuses de l’Annonciade céleste fondé en 1624 par Gabrielle de Gadagne.
Rue de l’Arbre- SecA absorbé la rue Basse-Ville en 1855.Le nom d’Arbre Sec remonte au Moyen- Âge, il est vraisemblablement descriptif et aurait inspiré une enseigne qui a fait durer le nom.
Place d’ArmesEst devenue le stade Roger-Duplat.Situé généralement au centre d’une fortification, une place d’armes est le lieu de rassemblement d’une petite troupe et un espace central accueillant les cérémonies importantes de la vie militaire.
Place d’Armes-de- la-Porte-de-la- Croix-RousseDe la dite porte jusqu’à la chapelle Saint-Sébastien et vis-à-vis le couvent des Bernardines.Situé généralement au centre d’une fortification, une place d’armes est le lieu de rassemblement d’une petite troupe et un espace central accueillant les cérémonies importantes de la vie militaire.
Rue AudranNouvelle voie.Famille de graveurs lyonnais. Le plus célèbre fut Gérard, né à Lyon (Saint- Nizier) le 2 août 1640, décédé à Paris le 25 juillet 1703.
Petite rue des AugesA été absorbée par la rue de la Martinière en 1855.Inconnue.
Rue des AugesA été supprimée vers 1904.Inconnue.
Passage des Augustins Les religieux Augustins s’établirent à Lyon (actuelle église Notre-Dame-Saint- Vincent) au début du XIVe siècle.
Quai des AugustinsA été absorbé par le quai Saint-Vincent.Les religieux Augustins s’établirent à Lyon (actuelle église Notre-Dame-Saint- Vincent) au début du XIVe siècle.
Rue des Augustins Les religieux Augustins s’établirent à Lyon (actuelle église Notre-Dame-Saint- Vincent) au début du XIVe siècle.
Rue BadgerA été dénommée rue Maurice de 1851 à 1854.
A été absorbée par la rue du Bon-
Pasteur.
L’anglais John Badger introduisit l’industrie du moirage de la soie à Lyon en 1753.
Rue des Basses- ÉcloisonsA changé de dénomination au XVIIIe siècle : est devenue la rue de la Cage.
A été absorbée en 1854 par la rue
Constantine.
Inconnue.
Rue Basse-VilleA été absorbée par la rue de l’Arbre-Sec en 1855.Inconnue.
Rue du Bât- d’ArgentA absorbé la rue du Pas-Étroit.Le nom vient du métier de bâtier, ou bourrelier dont l’un avait pris une enseigne d’argent au n°17.
Rue BatelA changé de dénomination en 1550 : est devenue la rue Javelot.
A changé de dénomination en 1680 : est devenue la rue Tête-de-Mort. A été absorbée en 1846 par la rue de l’Herberie.
A été absorbée en 1854 par la grande rue Longue.
A changé de dénomination en 1875 : est devenue la rue Longue.
Inconnue.
Impasse Beauregard Nom du domaine de Beauregard, propriété de la famille Neyret qui couvrait tout ce flanc de colline avant l’urbanisation autour du château de Beauregard, devenu ensuite couvent de
l’Annonciade.
Rue BellabelleImpasse située sur le côté sud de la rue de l’Arbre-Sec.
Depuis longtemps disparue.
Inconnue.
Place BellevueA absorbé la rue Delassalle.
A absorbé la rue Colonia vers 1902. A absorbé la place de Brosses.
A absorbé la place
Saint-Laurent.
Inconnue.
Rue BellevueA été absorbée en 1865 par le boulevard de l’Empereur.Inconnue.
Place des BernardinesA été absorbée par le boulevard de la Croix-Rousse.Couvent de religieuses cisterciennes réformées, fondé en 1631.
Rue de BerryA été dénommée rue Jean-Jacques- Rousseau de 1792 à 1821.
A changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue Marceau.
A changé de dénomination en 2000 : est devenue la rue Eugénie- Brazier.
Louis XVI, avant son avènement, porta le titre de duc de Berry.
Rue du BessardA changé de dénomination en 1844 : est devenue la rue Constantine.Inconnue.
Rue BessonA changé de dénomination en 1680 : est devenue la rue de la Vieille- Monnaie.
A changé de dénomination en 1945 : est devenue la rue René- Leynaud.
Claude Besson, issu d’une famille d’orfèvres, y avait ouvert un atelier monétaire en 1521.
Rue BodinNouvelle voie.Jacques-Ambroise Bodin, né à Orios (Isère) le 20 mars 1788, mort à Lyon (1er) le 19 juillet 1876. Conseiller municipal, Président du tribunal de commerce et administratif des hospices. Acquéreur du clos des Colinettes, fut propriétaire de la rue.
Rue des BoëtiersA été dénommée rue Roland.
A été aussi appelée rue des Boitiers.
Habitée principalement par des fabricants de boîtes, malles et coffres.
Rue des BoitiersA été dénommée rue Roland.
A été aussi appelée rue des Boëtiers.
Habitée principalement par des fabricants de boîtes, malles et coffres.
Montée BonafousA absorbé la rue Bély en 1860.Jean-Charles-Alphonse Bonafous, donateur du terrain à la condition que son nom fût donné au chemin.
Impasse du Bon- Pasteur Couvent des filles du Bon-Pasteur 1750, puis caserne.
Rue du Bon- PasteurFragment de la rue Masson en 1868.  A absorbé la rue Badger.Couvent des filles du Bon-Pasteur 1750, puis caserne.
Place de la Boucherie-des- TerreauxA été absorbée par la rue Lanterne en 1854.Boucherie, construite en 1540 et restaurée en 1614.
Rue de la Boucherie-des- TerreauxA changé de dénomination en 1844 : est devenue la rue d’Algérie.Boucherie, construite en 1540 et restaurée en 1614. Ce qu’on désigne par « boucherie » au 17e siècle est à la fois un abattoir et un lieu de vente.
Rue des BouchersA été dénommée rue Neuve-des- Carmes jusqu’en 1810.
A changé de dénomination en 1864 : est devenue la rue Hippolyte- Flandrin.
Vraisemblablement en référence à la boucherie des Terreaux.
Montée du BoulevardFragment du chemin de ronde des Remparts-de-Saint-
Clair.
Tire son nom des remparts de la Croix- Rousse. Le mot Boulevard vient du néerlandais et signifie rempart.
Rue des BouquetiersA été dénommée rue des Harengères, rue de la Chapellerie et rue de l’Épicerie.Un marché aux fleurs y était installé
Rue du Bourg-de- Seyne Le Bourg de Seyne, existant dès le Moyen-Âge, s’étendait de la place des Terreaux à la Saône.
Rue de la BourseA été dénommée rue Minnié ou Meinier, place des Jésuites et rue Henri en 1740.
A été dénommée place du Collège et rue Treize-Pas en 1821.
A été dénommée place du Lycée en
1810.
Le palais de la Bourse fut édifié de 1855 à 1862 par l’architecte René Dardel.
Impasse BouteilleVoie disparue avant 1922.Inconnue.
Rue BouteilleA été dénommée jusqu’en 1680 rue de la Vieille-
Monnoye.
Inconnue.
Place de BrossesA été dénommée place des Colinettes de 1838 à 1865.
A été absorbée par la place Bellevue.
René, Comte de Brosses, Préfet du Rhône de 1824 à 1830. Né à Dijon le 12 mars 1771, décédé à Chaillot le 2 décembre 1834.
Rue BuissonVoie supprimée lors de la construction du Palais de la Bourse en 1856.Inconnue.
Rue BurdeauA été dénommée rue du Commerce jursqu’en 1895.Auguste-Laurent Bureau, né à Lyon le 10 septembre 1851, mort à Paris le 12 décembre 1894. Professeur de philosophie, député du Rhône de 1855 à 1894. Ministre de la Marine et des Colonies, ministre des Finances, Président de la Chambre des députés.
Montée de la Butte Tire son nom de la butte de tir utilisée par la Compagnie de l’Arquebuse.
Place de la ButteA changé de dénomination en 1958 : est devenue la place du 157ème- Régiment- d’Infanterie-Alpine.Tire son nom de la butte de tir utilisée par la Compagnie de l’Arquebuse.
Rue de la CageA été dénommée rue des Basses- Écloisons jusqu’au XVIIIe siècle.
A été absorbée par la rue Constantine en 1854.
Une cage était sculptée au-dessus de la porte d’allée du numéro 11.
Rue CallietA été dénommée rue des Écoles de 1878 à 1911.Antoine-Auguste Calliet, philanthrope, né le 15 août 1825 à Paris, décédé le 7 janvier 1911 à Lyon (1er).
Rue Camille- JordanNouvelle voie.Né à Lyon le 13 janvier 1771, mort à Paris le 19 mai 1821. Homme politique, joua un rôle important dans les milieux littéraires de Lyon sous le Premier Empire.
Rue CaponA été absorbée par la rue Capponi en 1680.Famille Capponi. Banquiers florentins établis à Lyon, dont un membre, Laurent, marié à Hélène de Gadagne, fut bienfaiteur de la Ville.
Rue CapponiA été dénommée rue de l’Amandolière au XIVe siècle.
A absorbé l’impasse des Petits-Pères.
Famille Capponi. Banquiers florentins établis à Lyon au XVIe siècle, dont un membre, Laurent, marié à Hélène de Gadagne, fut bienfaiteur de la Ville.
Cour des CapucinsA changé de dénomination : est devenue la place des Capucins.Nom venant de l’implantation des moines Capucins qui établirent deux couvents sur ce secteur en 1575 et 1622.
Impasse des Capucins Nom venant de l’implantation des moines Capucins qui établirent deux couvents sur ce secteur en 1575 et 1622.
Place circulaire des CapucinsNom donné à la place du Forez.Nom venant de l’implantation des moines Capucins qui établirent deux couvents sur ce secteur en 1575 et 1622.
Place des CapucinsA été dénommée cour des Capucins.Nom venant de l’implantation des moines Capucins qui établirent deux couvents sur ce secteur en 1575 et 1622.
Rue des CapucinsA été dénommée rue Neuve-des- Capucins.Nom venant de l’implantation des moines Capucins qui établirent deux couvents sur ce secteur en 1575 et 1622.
Rue Cardinal- FeschA été dénommée impasse des Chartreux jusqu’en 1845.
A été dénommée rue du Clos-des- Chartreux de 1845 à 1865.
A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue Pierre-
Dupont.
Oncle de Napoléon 1er. Cardinal et archevêque de Lyon de 1802 à 1839. Né à Ajaccio le 3 janvier 1763, mort à Rome le 13 mai 1839.
Impasse des Carmélites Les religieuses Carmélites furent établies en 1616 par Jacqueline de Harlay, épouse du gouverneur Charles de Neuville d’Alincourt.
Montée des CarmélitesA été dénommée Côte de la Déserte. A été dénommée Côte Saint-Vincent. Un fragment a changé de dénomination en 1946 : est devenu la rue Fernand-Rey.Les religieuses Carmélites furent établies en 1616 par Jacqueline de Harlay, épouse du gouverneur Charles de Neuville d’Alincourt.
Place des CarmélitesA changé de dénomination en 1946 : place Fernand- Rey.Les religieuses Carmélites furent établies en 1616 par Jacqueline de Harlay, épouse du gouverneur Charles de Neuville d’Alincourt.
Cour des CarmesA changé de dénomination en 1821 : est devenue la place de la Miséricorde.
A changé de dénomination en 1935 : est devenue la place Tobie-
Robatel.
Monastère des Carmes établi vers 1303.
Place des CarmesA été absorbée par
la rue d’Algérie en 1855.
Monastère des Carmes établi vers 1303.
Rue Carquillat Michel-Marie Carquillat, né en décembre 1802 au Petit-Bornand (Savoie), mort à Lyon (4e) le 31 janvier 1884. Maître tisseur renommé, dont l’atelier était régulièrement visité par d’importantes personnalités.
Rue CasatiA été absorbée en 1854 par la rue Pouteau.Donateurs de la rue, propriétaires du clos. Jean-Marie, chocolatier, son fils Jean-César, notaire né à Lyon le 24 juin 1793.
Rue de la CascadeA changé de dénomination en 1945 : est devenue la rue Lucien- Sportisse.Rappelait une petite cascade dans le square du jardin des plantes.
Rue Casse-FroideA été absorbée par la rue Hippolyte- Flandrin en 1864.Inconnue.
Pont du ChangeA été dénommé pont de Pierre au XIe siècle.
A été dénommé pont de Saône en 1680.
A été dénommé pont de Nemours en 1844.
A été dénommé pont de la Révolution en 1848. A été dénommé pont de la Liberté en 1849.
A été à nouveau dénommé pont de Nemours en 1852. A été détruit en reconstruit en 1945.
Le pont reliait la place du Change, lieu de transactions commerciales, à la presqu’île.
Place du ChanvreA été absorbée par
la rue Paul- Chenavard.
Inconnue.
Rue de la ChapellerieA été dénommée rue de l’Épicerie et rue des Haranguères.
A changé de dénomination : est devenue la rue des Boutiquiers.
Inconnue.
Rue Chappet Pierre Chappet, philanthrope, né en 1715, décédé à Lyon le 27 mars 1794.
Impasse Charbonnière Inconnue.
Place ChardonnetA été dénommée place du Commerce avant 1842.
A été dénommée place du Perron jusqu’en 1928.
Hilaire Bernigaud, comte de Chardonnet, chimiste et industriel né à Besançon le 1er mai 1839, mort à Paris le 11 mars 1924. Inventeur de la soie artificielle.
Cours des ChartreuxA changé de dénomination en 1949 : est devenu le cours Général-
Giraud.
Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Impasse des Chartreux Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Impasse des ChartreuxA changé de dénomination en 1845 : est devenue la rue du Clos-des- Chartreux.
A changé de dénomination en 1865 : est devenue la rue Cardinal- Fesch.
A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue Pierre- Dupont.
Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Place des ChartreuxA été dénommée place du Cloître-des- Chartreux jusqu’en
1932.
Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Rue des ChartreuxVoie qui existait déjà en 1356.Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Rue ChavanneA été dénommée rue de la Vieille- Boucherie en 1680. A été dénommée rue Saint-Côme.Docteur en médecine, adjoint et président du Conseil municipal de Lyon, député du Rhône, bienfaiteur de l’École de la Martinière. Né à Lyon le 11 octobre 1822, décédé à Paris le 3 mars 1911.
Rue de la CitadelleA été absorbée par le boulevard de la Croix-Rousse.La citadelle royale de Saint-Sébastien fut construite en 1565 et démolie en 1585.
Rue de ClermontA été appelée également rue de Mal-Conseil.
A été absorbée en 1864 par la rue de l’Impératrice.
A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue de l’Hôtel-de- Ville.
A changé de dénomination en 1857 : est devenue la rue du Président- Édouard-Herriot.
Françoise de Clermont-Tonnerre, abbesse de Saint-Pierre, fit ouvrir la voie en 1582 sur un terrain appartenant à L’abbaye.
Place du Cloître- des-ChartreuxA changé de dénomination en 1932 : est devenue la place des
Chartreux.
Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Rue du Clos-des- CarmélitesA changé de dénomination vers 1824 : est devenue la rue Tolozan.
A changé de dénomination en 1901 : est devenue la rue Pierre-Blanc.
Les religieuses Carmélites furent établies en 1616 par Jacqueline de Harlay, épouse du gouverneur Charles de Neuville d’Alincourt.
Rue du Clos-des- ChartreuxA été dénommée impasse des Chartreux jusqu’en 1845.
A changé de dénomination en 1865 : est devenue la rue Cardinal- Fesch.
A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue Pierre-
Dupont.
Monastère des Chartreux fondé en 1584.
Rue au centre du Clos-FlandrinA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue Rast-Maupas.Victoire Flandrin, copropriétaire du Clos- Flandrin dit de Tous-Vents.
Rue au couchant du Clos-FlandrinA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue Raymond.Victoire Flandrin, copropriétaire du Clos- Flandrin dit de Tous-Vents.
Rue au levant du Clos-FlandrinA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue Jean-Baptiste- Say.Victoire Flandrin, copropriétaire du Clos- Flandrin dit de Tous-Vents.
Rue du Clos- FlandrinA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue de Crimée.Victoire Flandrin, copropriétaire du Clos- Flandrin dit de Tous-Vents.
Rue nouvelle à l’Ouest du Clos- JouveA changé de dénomination en 1950 : est devenue la rue Dominique- Perfetti.La famille Jouve était propriétaire des terrains.
Grande rue du Clos-RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue de Crimée.Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Montée du Clos- RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la montée du Mont- Sauvage.
A changé de dénomination en 1945 : est devenue la montée Lieutenant-Allouche.
Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Petite rue du Clos- RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue Ozanam.Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Place du Clos- Riondel Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Rue au centre du Clos-RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue Sainte- Clotilde.Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Rue au couchant du Clos-RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue de Vauzelles.Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Rue au levant du Clos-RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue Saint-François- d’Assise.Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Rue du midi du Clos-RiondelA changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue de l’Alma.Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Rue du Clos- RiondelNom également donné à la grand rue du Clos-Riondel
A changé de dénomination en 1858 : est devenue la rue de Crimée.
Louis Riondel, propriétaire du terrain, né en 1770 aux Chères (Rhône), décédé à Lyon le 18 mars 1831.
Place Colbert Ministre de Louis XIV né en 1619 et mort en 1683.
Rue ColbertA été dénommée rue Jean-Jacques-de- Boissieu jusqu’en
1865.
Ministre de Louis XIV né en 1619 et mort en 1683.
Montée des ColinettesNom donné à la montée Saint- Sébastien.Monastère des dames de Sainte- Élisabeth, dites Colinettes, du nom de la fondatrice de la Communauté, la marquise de Coligny (1665).
Place des ColinettesA changé de dénomination en 1865 : est devenue la place des Brosses. A été absorbée par la place Bellevue.Monastère des dames de Sainte- Élisabeth, dites Colinettes, du nom de la fondatrice de la Communauté, la marquise de Coligny (1665).
Place du CollègeA été également appelée place du Grand-Collège.
A été dénommée place des Jésuites jusqu’en 1810.
A été dénommée place du Lycée de 1810 à 1821.
A été absorbée en 1860 par la rue de la
Bourse.
Collège de la Trinité, fondé en 1527, construit à partir de 1607.
Rue ColoniaA été absorbée par la place Bellevue vers 1902.Peut-être le nom du Père Dominique Colonia, jésuite, historien de Lyon né en 1660, mort en 1741.
Place de la Comédie Le premier théâtre fut construit en 1756 sur les plans de Soufflot. L’opéra actuel est dû à Chenavard, 1828, restructuré et agrandi entre 1989 et 1993 par Jean
Nouvel.
Rue de la ComédieA été dénommée rue du Théâtre jusqu’en 1856.
A changé de dénomination en 1932 : est devenue la rue Alexandre- Luigini.
Le premier théâtre fut construit en 1756 sur les plans de Soufflot. L’opéra actuel est dû à Chenavard, 1828, restructuré et agrandi entre 1989 et 1993 par Jean Nouvel.
Impasse Commarmot Nom du propriétaire du terrain.
Rue Commarmot Nom du propriétaire du terrain.
Place du CommerceA changé de dénomination en 1842 : est devenue la place du Perron.  A changé de dénomination en 1928 : est devenue la place Chardonnet.Inconnue.
Rue du CommerceA absorbé la cour du Soleil en 1854.Inconnue.
Rue de la CompagnieA changé de dénomination en 1824 : est devenue la rue Imbert-
Colomès.
Inconnue.
Rue ConstantineA été dénommée rue du Bessard jusqu’en 1844.
A absorbé la rue de la Cage en 1854.
Nom datant de l’époque de la colonisation de l’Algérie par la France.
Rue de la ConventionA été dénommée rue Royale jusqu’en 1792 puis de 1810 à
1848.
A été dénommée rue de la Démocratie de 1848
à 1849.
A été dénommée rue Nationale de 1849 à 1852.
A changé de dénomination en 1852 : est redevenue la rue Royale.
A été dénommée sans suite rue Lorraine en 1878.
En référence au régime politique en France du 21 septembre 1792 au 26 octobre 1795 lors de la Révolution française.
Montée CoquillatA été dénommée rampe des Fantasques jusqu’en 1916.Pierre-Jean Coquillat, ouvrier tisseur qui fonda et dirigea un théâtre populaire, è rue Diderot. Né à Lyon le 9 juin 1831, mort à Lyon (1er) le 17 septembre 1915.
Rue des CoquillesA été dénommée rue Luizerne jusqu’en 1832.
A changé de dénomination en 1892 : est devenue la rue de la Tunisie. A changé de dénomination en 1937 : est devenue la rue Major-Martin.
Inconnue.
Rue CoudéeA changé de dénomination en 1918 : est devenue la rue Philippe- Gonnard.Nom donné en raison de la forme de la rue.
Rue Coustou Nicolas, né à Lyon (Saint-Nizier) le 9 janvier 1658, décédé à Paris en 1733. Son frère Guillaume, né à Lyon (Saint- Nizier) le 25 avril 1677, décédé à Paris en 1746. Sculpteurs. On conserve à Lyon, au pied de la statue de Louis XIV, « La  Saône » par Nicolas et « Le Rhône » par Guillaume.
Allée Couverte Couverte par l’arche d’une maison.
Rue Couverte Couverte par l’arche d’une maison.
Rue Coysevox Antoine Coysevox, sculpteur, baptisé à Lyon (paroisse Saint-Nizier) le 29 septembre 1640, mort à Paris en 1720.
Rue de CriméeFusion de la rue du Clos-Flandrin et de la grande rue du Clos-Riondel en 1858.Nom donné en souvenir de la guerre de Crimée (1854-1855).
Place de la Croix- des-RameauxNom donné à la place Croix-Paquet en 1745.Les « croix des rameaux » jalonnaient les processions du dimanche des rameaux, au cours desquelles on les décorait de couronnes de fleurs et de feuillage.
Passage Croix- Paquet Permission demandée par un particulier « ayant dévotion, de restablir une croix en la place qui avoisine la maison du sieur Pacquet » en 1628.
Place Croix- PaquetA été dénommée place de la Croix-des- Rameaux en 1745.
A été dénommée place du Séminaire en 1810.
A absorbé la rue Croix-Paquet.
Permission demandée par un particulier « ayant dévotion, de restablir une croix en la place qui avoisine la maison du sieur Pacquet » en 1628.
Rue Croix-PaquetA été absorbée par la place Croix- Paquet.Permission demandée par un particulier « ayant dévotion, de restablir une croix en la place qui avoisine la maison du sieur Pacquet » en 1628.
Boulevard de la Croix-RousseA été dénommé boulevard de l’Empereur de 1865
à 1871.
A absorbé la place des Bernardines et  la rue de la Citadelle. A absorbé la rue de la Mairie.
La « Croix-Rousse » nommée ainsi du fait de la couleur de sa pierre, se trouve mentionnée sur le plan de 1550. Elle était au carrefour actuellement formé par la rue Coste, la rue de Margnolles et la montée de la Boucle.
Voie par ordre alpha des voiesHistorique de la voieOrigine du nom de la voie
Remparts de la Croix-RousseSe trouvaient à l’emplacement du boulevard de la Croix-Rousse.
Les abords étaient également appelés Extra-Muros de Rhône et de Saône.
La « Croix-Rousse » nommée ainsi du fait de la couleur de sa pierre, se trouve mentionnée sur le plan de 1550. Elle était au carrefour actuellement formé par la rue Coste, la rue de Margnolles et la montée de la Boucle.
Tunnel mode doux de la Croix- RousseInauguré le 5
décembre 2013. Tunnel pour les bus, piétons et vélos.
La « Croix-Rousse » nommée ainsi du fait de la couleur de sa pierre, se trouve mentionnée sur le plan de 1550. Elle était au carrefour actuellement formé par la rue Coste, la rue de Margnolles et la montée de la Boucle.
Tunnel routier de la Croix-RousseInauguré le 19 avril 1952.La « Croix-Rousse » nommée ainsi du fait de la couleur de sa pierre, se trouve mentionnée sur le plan de 1550. Elle était au carrefour actuellement formé par la rue Coste, la rue de Margnolles et la montée de la Boucle.
Impasse CucharnoisNe figure plus sur les
indicateurs après 1883.
Une famille Cuchernois existait à Lyon sous l’ancien régime.
Rue DauphineA été dénommée rue Simoneau de 1792 à 1810.
A changé de dénomination en 1946 : est devenue la rue Roger-Violi.
Nom donné en l’honneur du Dauphin, père de Louis XVI.
Rue DelassalleA été absorbée par la place Bellevue.Autre orthographe pour Philippe de Lassalle. Dessinateur et mécanicien, né à Seyssel le 23 septembre 1723, mort à Lyon le 27 février 1804.
Rue de la DémocratieA été dénommée rue Royale de 1750 à 1792.
A été dénommée rue de la Convention de 1792 à 1810.
A été dénommée rue Nationale de 1849 à 1852.
A changé de dénomination en 1852 : est redevenue la rue Royale.
A été dénommée sans suite rue Lorraine en 1878.
Nom attribué durant la Seconde République.
Côte de la Déserte.A changé de dénomination : est devenue la côte Saint-Vincent.
A changé de dénomination en 1651 : est devenue la montée des Carmélites.
Un fragment a changé de dénomination : est devenu la rue Fernand-Rey.
Couvent fondé en 1296 par Blanche de Châlon, dame de Belleville.
Passage de la DéserteA changé de dénomination avant 1895 : est devenu le passage de la Martinière.
A changé de dénomination en 1995 : est redevenu le passage de la Déserte.
Couvent fondé en 1296 par Blanche de Châlon, dame de Belleville.
Place de la DéserteA changé de dénomination en 1817 : est devenue la place Sathonay.Couvent fondé en 1296 par Blanche de Châlon, dame de Belleville.
Rue de la DéserteA changé de dénomination avant 1680 : est devenue la rue Saint-Marcel. A changé de dénomination en 1887 : est devenue la rue Sergent- Blandan.Couvent fondé en 1296 par Blanche de Châlon, dame de Belleville.
Rue DésiréeNouvelle voie.
Un fragment aurait été appelé rue des Gautherets.
Ce sont les habitants de la rue Gautheret qui avaient exprimé le désir de voir leur rue prolongée, elle a donc pris le nom de rue Désirée en 1554, une fois la rue ouverte.
Rue des Deux- AnglesA changé de dénomination en 1856 : est devenue la rue Victor-Arnaud. A changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue d’Alsace.
A changé de dénomination en 1908 : est devenue la rue d’Alsace- Lorraine.
Inconnue.
Rue DiderotA été dénommée rue Sainte-Blandine jusqu’en 1879.Denis Diderot, écrivain, philosophe, né à Langres en 1713, mort à Paris en 1784.
Rue Dominique- PerfettiA été dénommée nouvelle rue à l’ouest du Clos- Jouve jusqu’en 1950.Né le 21 octobre 1904 à Prunelli di Caracconie (Corse), fusillé par la Gestapo le 21 octobre 1944 à Ersbruck (Allemagne).
Passage Donat Propriétaire des terrains.
Rue Donnée Ouverte par les propriétaires du clos des Capucins, c’est sans doute pour conserver le souvenir du don qu’ils l’ont
dénommée ainsi.
Quai du Duc-de- BordeauxNom prévu pour le quai de la Pêcherie en 1822 mais ne semble pas avoir été porté.Premier titre d’Henri, comte de Chambord né en 1820 et mort en 1883.
Rue Duroc Gérard-Christophe-Michel Duroc, né en 1772, mort en 1813. Général, grand maréchal du palais sous l’Empire, duc de Frioul, tué près de Bautzen.
Rue des ÉcloisonsA changé de dénomination en 1810 : est devenue la rue Lafont.
A changé de dénomination en 1945 : est devenue la rue Joseph-Serlin.
Inconnue.
Rue des ÉcolesA changé de dénomination en 1911 : est devenue la rue Calliet.Deux écoles se trouvent dans cette rue.
Place de l’ÉgalitéA été dénommée place du Plâtre jusqu’à la Révolution.
A changé de dénomination en 1805 : est redevenue la place du Plâtre.
A été absorbée par la rue du Plâtre en
1854.
Nom attribué sous la Révolution.
Boulevard de l’EmpereurA absorbé la rue Bellevue et un fragment du cours des Tapis lors de sa création.
A changé de dénomination en 1871 : est devenu le boulevard de la
Croix-Rousse.
Occupe l’emplacement des remparts démolis sous le Second Empire; inauguré par l’Empereur le 30 avril 1865.
Impasse de l’Enfant-qui-pisse Probablement le nom d’une enseigne.
Rue de l’Enfant- qui-pisseA été absorbée par la rue Lanterne en 1846.Probablement le nom d’une enseigne.
Rue de l’ÉpicerieA été dénommée rue de la Chapellerie et rue des Haranguères.
A changé de dénomination : est devenue la rue des Boutiquiers.
Inconnue.
Rue Eugénie- BrazierA été dénommée rue de Berry de 1760 à 1792.
A été dénommée rue Jean-Jacques de 1792 à 1821.
A été dénommée rue de Berry de 1821 à 1878.
A été dénommée rue Marceau de 1878 à 2000.
Eugénie Brazier, surnommée « la Mère Brazier », née le 12 juin 1895 à la Tranclière et morte en 1977 à Sainte-Foy- lès-Lyon. Arrivée à Lyon comme domestique dans la famille Millat, propriétaires des pâtes Panzani, puis comme apprentie chez la mère Filloux avant de devenir l’un des noms les plus connus de la cuisine lyonnaise. Son restaurant, ainsi que celui du col de la Luère sont devenus parmi les plus réputés de France avec trois étoiles dans le guide Michelin. Paul Bocuse a été apprenti chez elle.
Extra muros Rhône et SaôneNom donné aux abords des remparts de la Croix-Rousse. 
Montée des FantasquesNom donné à la montée Saint- Sébastien.Inconnue. On lit dans l’Almanach de Lyon de 1745 : « On nomme ce chemin ainsi parce que c’est un endroit fort écarté, servant de promenoir à des gens d’un caractère particulier, qui veulent éviter la compagnie ».
Rampe des FantasquesA changé de dénomination en 1916 : est devenue la montée Coquillat.Inconnue. On lit dans l’Almanach de Lyon de 1745 : « On nomme ce chemin ainsi parce que c’est un endroit fort écarté, servant de promenoir à des gens d’un caractère particulier, qui veulent éviter la compagnie ».
Rue des Fantasques Inconnue. On lit dans l’Almanach de Lyon de 1745 : « On nomme ce chemin ainsi parce que c’est un endroit fort écarté, servant de promenoir à des gens d’un caractère particulier, qui veulent éviter la compagnie ».
Ruelle des Fantasques Inconnue. On lit dans l’Almanach de Lyon de 1745 : « On nomme ce chemin ainsi parce que c’est un endroit fort écarté, servant de promenoir à des gens d’un caractère particulier, qui veulent éviter la compagnie ».
Rue des FarguesNouvelle voie.Jean-Joseph Meallet, comte de Fargues, maire de Lyon de 1814 à 1816 (sauf pendant les Cent jours), député du Rhône en 1816. Né au Château de Fargues, près d’Aurillac en 1777, mort à Lyon le 23 avril 1818.
Impasse Fernand- Rey Conseiller municipal, adjoint. Né à Lyon
(2e) le 29 mars 1874, mort à Lyon (1er) le 30 avril 1945.
Place Fernand- ReyA été dénommée place des Carmélites jusqu’en 1946.Conseiller municipal, adjoint. Né à Lyon (2e) le 29 mars 1874, mort à Lyon (1er) le 30 avril 1945.
Rue Fernand-ReyFragment de la montée des Carmélites.Conseiller municipal, adjoint. Né à Lyon (2e) le 29 mars 1874, mort à Lyon (1er) le 30 avril 1945.
Esplanade Fernand-RudeA été une place sans dénominationHistorien, né le 13 juin 1910 à Lyon, mort le 12 mars 1990 à Villeurbanne. Il est surtout connu comme spécialiste de l’histoire locale lyonnaise et des mouvements sociaux qui ont parcouru cette histoire depuis le XVIIIe siècle.
Cour des FeuillantsÉtait située à l’emplacement de la grande rue des Feuillants.Les Feuillants y ont eu leur monastère Saint-Charles de 1619 à la Révolution française.
Grande rue des FeuillantsNouvelle voie.Les Feuillants y ont eu leur monastère Saint-Charles de 1619 à la Révolution française.
Petite rue des FeuillantsA été dénommée rue des Feuillants.Les Feuillants y ont eu leur monastère Saint-Charles de 1619 à la Révolution
française.
Rue des FeuillantsA changé de dénomination : est devenue la petite rue des Feuillants.Les Feuillants y ont eu leur monastère Saint-Charles de 1619 à la Révolution française.
Cour des FiacresCour existant depuis le XVIIIe siècle. 
Place du FilA été dénommée rue de la Fontaine. A été dénommée place Sainte- Catherine en 1680. A été dénommée place Neuve-des- Carmes en 1789.
A été absorbée par la rue Terme.
Inconnue.
Impasse Flesselles Jacques de Flesselles, né en 1721. Intendant de la généralité de Lyon de 1768 à 1784. Prévôt des Marchands de Paris, il fut l’une des premières victimes de la Révolution, tué par la foule le 14 juillet 1789.
Place de FlessellesA changé de dénomination en 1843 : est devenue la place Morel.
A changé de dénomination en 1945 : est devenue la place Lieutenant- Morel.
Jacques de Flesselles, né en 1721. Intendant de la généralité de Lyon de 1768 à 1784. Prévôt des Marchands de Paris, il fut l’une des premières victimes de la Révolution, tué par la foule le 14 juillet 1789.
Rue de FlessellesNouvelle voie.Jacques de Flesselles, né en 1721. Intendant de la généralité de Lyon de 1768 à 1784. Prévôt des Marchands de Paris, il fut l’une des premières victimes de la Révolution, tué par la foule le 14 juillet 1789.
Impasse de Fond Se situe au fond de l’impasse des Chartreux.
Rue de la FontaineA changé de dénomination en 1745 : est devenue la place du Fil.
A été absorbée par la rue Terme.
Inconnue.
Rue du ForèsAutre orthographe de Forez.
A changé de dénomination : est devenue la rue Sainte-Catherine.
Autre orthographe pour Forez.
Place du ForezA été également appelée place circulaire des
Capucins.
La famille de Forez possédait ce tènement au XIVe siècle.
Ruelle du Four- Saint-PierreOccupait à peu près l’emplacement de la rue PléneyEn référence à l’église Saint-Pierre-des- Terreaux.
Impasse de la Fromagerie Il s’y tenait un marché au fromage.
Place de la FromagerieA été absorbée par
la rue de la Fromagerie.
Il s’y tenait un marché au fromage.
Rue de la FromagerieA été dénommée rue Saint-Nizier en 1350.
A absorbé la place
de la Fromagerie.
Il s’y tenait un marché au fromage.
Place Gabriel- RambaudA été dénommée place de la Martinière jusqu’en 1934.Architecte, conseiller municipal en 1912, adjoint de 1919 à 1929. Né le 24 octobre 1877 à Tournon, mort à Lyon (5e) le 21 décembre 1933.
Rue Gabriel- Rambaud Architecte, conseiller municipal en 1912, adjoint de 1919 à 1929. Né le 24 octobre 1877 à Tournon, mort à Lyon (5e) le 21 décembre 1933.
Rue du GaretA été dénommée rue du Vert-Galand en 1737.
A absorbé un fragment de la rue
Henri en 1854.
Guillaume du Garet fit ouvrir cette rue en 1570.
Rue des GautheretsFragment de la rue Désirée.Inconnue.
Rue Général-de- SèveA été dénommée rue de Sève de 1838 à 1937.Joseph  Sève, né à Lyon (Saint-Pierre Saint-Saturnin) le 17 mai 1788, mort le 12 mars 1860 au Caire. Change de prénom et s’appelle Anthelme Sève, avant de devenir Soliman Pacha, général de l’armée égyptienne.
Cours Général- GiraudA été dénommé cours des Chartreux de 1848 à 1849.Henri Giraud né à Paris le 18 janvier 1879, mort à Dijon le 13 mars 1949. Général d’Armée, après son évasion d’Allemagne, commandant en chef en Afrique du nord en 1943.
Pont Général- KoenigA été dénommé pont d’Halincourt en 1789.
A été dénommé pont de Serin.
Marie Pierre Koenig né en 1898 à Caen, mort en 1970 à Paris. Connu pour ses faits d’armes à Narvik, puis à la bataille de Bir Hakeim en 1942 contre les armées allemandes. A dirigé les FFI et participé à la libération de la France en 1944.
Rue Giroflée C’est sur le tènement de la Giroflée que
fut construit le monastère des Chartreux.
Rue Giuseppe- VerdiA été dénommée petite rue Pizay jusqu’en 1989.Compositeur italien qui vécut de 1813 à 1901.
Montée de la GlacièreA été dénommée rue de la Côte-du- Griffon en 1740.
A été absorbée en
1854 par la rue Romarin.
Il existait une glacière souterraine au n° 13.
Impasse GoninA été dénommée
impasse Saint- Benoît.
Propriétaire des terrains. Né à Lyon
(nord) le 11 novembre 1804, décédé à Lyon (1er) le 12 avril 1880.
Passage Gonin Propriétaire des terrains. Né à Lyon
(nord) le 11 novembre 1804, décédé à Lyon (1er) le 12 avril 1880.
Place du Grand- CollègeA été également appelée place du Collège.
A été dénommée place des Jésuites jusqu’en 1810.
A été dénommée place du Lycée de 1810 à 1821.
A été absorbée en
1860 par la rue de la Bourse.
En référence à l’actuel Lycée Ampère.
Impasse de la Grande-Côte Tire son nom de sa longueur et de sa déclinaison.
Jardin de la Grande-CôteFragment de la montée de la
Grande-Côte.
Tire son nom de sa longueur et de sa déclinaison.
Montée de la Grande-CôteA été dénommée côte Saint-Sébastien ou grande côte Saint- Sébastien.
A absorbé la rue des Pierres-Plantées de 1854 à 1930.
Tire son nom de sa longueur et de sa déclinaison.
Montée du GriffonA changé de dénomination : est devenue la rue du Griffon.L’enseigne de l’immeuble n° 13 de la rue du Griffon, volée, portait un griffon : animal fabuleux, doté d’un corps de lion, d’une tête et d’ailes d’aigle.
Place du GriffonA été dénommée place Romarin.
A absorbé la place Saint-Claude.
L’enseigne de l’immeuble n° 13 de la rue du Griffon, volée, portait un griffon : animal fabuleux, doté d’un corps de lion, d’une tête et d’ailes d’aigle.
Rue du GriffonNom donné à la rue Romarin sur plusieurs plans anciens.Nom donné à la rue Romarin sur plusieurs plans anciens. Au XVe siècle, il y avait eu une Croix du Griffon, probablement plus haut au col de la place Croix Paquet. Le Griffon est un animal mythologique à corps de lion, tête et ailes d’aigle, oreille de cheval et nageoire de poissons. Cet animal a été assez populaire à l’époque de l’ouverture de cette rue, il y a eu plusieurs auberges de ce nom à Lyon dont une a sûrement laissé son nom à la rue.
Rue du GriffonA été dénommée montée du Griffon.L’enseigne de l’immeuble n° 13 de la rue du Griffon, volée, portait un griffon : animal fabuleux, doté d’un corps de lion, d’une tête et d’ailes d’aigle.
Rue neuve du Griffon.A changé de dénomination : est devenue la rue Terraille.L’enseigne de l’immeuble n° 13 de la rue du Griffon, volée, portait un griffon : animal fabuleux, doté d’un corps de lion, d’une tête et d’ailes d’aigle.
Rue GrobonA été dénommée rue Saint-Monique jusqu’en 1892.Jean-Michel Grobon, peintre et professeur à l’école des Beaux-Arts de Lyon. Né à Lyon (paroisse Saint-Nizier) le 19 décembre 1770, mort à Lyon (5e) le 2
septembre 1853.
Rue GrognardNouvelle voie.François Grognard, négociant, bienfaiteur du Musée. Né à Lyon (paroisse Saint-Pierre Saint-Saturnin) le 11 octobre 1748, mort le 5 novembre
1823 à Fontenay-sous-Bois.
Pont d’HalincourtA été dénommé pont de Serin.
A changé de dénomination en 1872 : est devenu le pont Général-
Koenig.
Charles de Neuville-Villeroy, marquis d’Hallincourt, gouverneur du Lyonnais, Forez et Beaujolais en 1606.
Quai d’HalincourtA été dénommé boulevard Saint- Jean.
A été absorbé par le quai Saint-Vincent.
Charles de Neuville-Villeroy, marquis d’Hallincourt, gouverneur du Lyonnais, Forez et Beaujolais en 1606.
Rue des HarengèresA été dénommée rue de l’Épicerie et rue de la Chapellerie.
A changé de dénomination : est devenue la rue des Boutiquiers.
Inconnue.
Rue HenriUn fragment a été absorbé en 1854 par la rue du Garet.
A été absorbée en 1860 par la rue de la Bourse.
Ouverte par le propriétaire Henri Guillermet.
Place de l’HerberieA été absorbée par la rue Saint-Côme en 1854.
A changé de dénomination en 1911 : est devenue la rue Chavanne.
Un marché aux herbes se tenait en ce lieu.
Rue de l’HerberieA absorbé la rue de la Tête-de-Mort et la rue Javelot en 1846. A été absorbée en 1854 par la grande rue Longue.
A changé de dénomination en 1875 : est devenue la rue Longue.
Un marché aux herbes se tenait en ce lieu.
Rue Hippolyte- FlandrinA été dénommée rue Neuve-des- Carmes jusqu’en 1810.
A été dénommée rue des Bouchers de 1810 à 1864.
A absorbé la rue Casse-Froide en
1864.
Peintre, né dans cette rue le 23 mars 1809, décédé à Rome le 21 mars 1864.
Montée HocheA été dénommée montée du Fort- Saint-Jean de 1824 à 1853.
A été dénommée montée Bonaparte de 1853 à 1878.
Lazare Hoche, général de la Révolution né à Montreuil en 1768, mort à Wetzlar (Prusse) en 1797.
Passerelle de l’Homme-de-la- RocheA remplacé le pont de l’Homme-de-la- Roche en 1986.« L’homme de la roche » était une statue d’homme armé, placée sur le rocher de la grotte qui se trouve sur la rive droite. Elle fut remplacée en 1849 par une statue de Jean Kleberger, qui devint à son tour « l’homme de la roche ».
Pont de l’Homme- de-la-RocheA été remplacé en 1986 par la passerelle de l’Homme-de-la- Roche.« L’homme de la roche » était une statue d’homme armé, placée sur le rocher de la grotte qui se trouve sur la rive droite. Elle fut remplacée en 1849 par une statue de Jean Kleberger, qui devint à son tour « l’homme de la roche ».
Rue de l’Hôtel-de- VilleA été dénommée rue de l’Impératrice de 1864 à 1871.
A changé de dénomination en 1957 : est devenue la rue du Président- Édouard-Herriot.
Voie qui menait à l’Hôtel de Ville.
Allée des ImagesA été supprimée lors de la création de la rue de l’Impératrice.Passage où étaient installés des marchands de gravures, imprimeurs et lithographes.
Rue Imbert- ColomèsA été dénommée rue de la Compagnie jusqu’en 1824.Jacques Imbert-Colomès, échevin et commandant de la Ville de Lyon en 1789, député au Conseil des Cinq-Cents. Né à Lyon (paroisse Saint-Pierre Saint Saturnin) le 3 novembre 1729, mort en novembre 1809 à Bath (Angleterre).
Rue de l’ImpératriceA absorbé la rue de Clermont et la rue de la Sirène en 1864. A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue de Hôtel-de- Ville.
A changé de dénomination en 1957 : est devenue la rue du Président- Édouard-Herriot.
Impératrice Eugénie.
Rue ImpérialeA absorbé la rue Bellecordière en 1854.
A changé de dénomination en 1871 : est devenue la rue de Lyon.
A changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue de la République.
Nommée en l’honneur de Napoléon III.
Rue du Jardin-des- PlantesNouvelle voie.Rappelle l’ancien jardin de ce nom, ouvert dans l’ancien couvent de la Déserte en 1804. Il fut supprimé lorsqu’on eut établi un jardin botanique au parc de la Tête-d’Or.
Rue JavelotA été dénommée rue Batel en 1350. A changé de dénomination en 1680 : est devenue
la rue Tête-de-Mort. A été absorbée en 1846 par la rue de l’Herberie.
A été absorbée en 1854 par la grande rue Longue.
A changé de dénomination en 1875 : est devenue la rue Longue.
Inconnue.
Rue Jean- Baptiste-SayA été dénommée rue au levant du Clos-Flandrin jusqu’en 1858.Économiste, né à Lyon le 5 janvier 1767, mort en 1832.
Rue Jean-Jacques- de-BoissieuNouvelle voie.
A changé de dénomination en 1865 : est devenue la rue Colbert.
Peintre-graveur né à Lyon (paroisse Saint Pierre Saint-Saturnin) le 30 novembre 1736, mort à Lyon le 1er mars 1810.
Rue Jean-Jacques- RousseauA été dénommée rue de Berry de 1760 à 1792 et de 1821 à
1878.
A changé de dénomination en 1878 : est devenue la rue Marceau.
A changé de dénomination en 2000 : est devenue la rue Eugénie- Brazier.
Écrivain et philosophe né en 1712, mort en 1778.
Quai Jean-MoulinA été dénommé  quai de Retz de 1740 à la Révolution.
A été dénommé quai des Victoires pendant la Révolution.
A été dénommé quai Lepelletier de 1793 à 1810.
A de nouveau été dénommé quai de Retz de 1810 à 1946.
Préfet, fondateur du Conseil national de la Résistance. Né à Béziers le 20 juin 1899. Arrêté à Caluire par la police allemande, le 21 juin 1943. Mort des tortures subies, incinéré au Père Lachaise le 19 juillet 1943.
Place des JésuitesA changé de dénomination en 1810 : est devenue la place du Lycée. A changé de dénomination en 1821 : est devenue la place du Collège. A été absorbée en
1860 par la rue de la Bourse.
En référence au collège des Jésuites (lycée Ampère).
Rue Joseph-SerlinA été dénommée rue des Écloisons de 1350 à 1810.
A été dénommée rue Lafont de 1810 à 1945.
Secrétaire général de la mairie de Lyon, né le 11 octobre 1868 à Crachier en Isère. Il est mort le 7 janvier 1944 à Dommartin, assassiné sous l’occupation allemande pour sa participation à la résistance.
Historique des changements de rues à Lyon 1

Ce travail a été réalisé à partir des données de la Ville de Lyon, Archives municipales de Lyon, index des voies de Lyon, 2021/07/21

Les dernières publications
Tuxboard