Pourquoi la lunette des toilettes publiques n’est pas si sale que cela ?

La perception des toilettes publiques comme source de microbes et de bactéries est due en majeure partie par la fréquence et la multitude d’utilisateurs qui y ont recours. Ce qui n’est pas faux, puisque ces infrastructures d’hygiène sont conçues pour rester accessibles à tous et à toutes.

Si nombreux et variés que puissent être les usagers des toilettes publiques, elles sont loin d’être source de maladies. Et nous allons vous expliquer pourquoi, mais avant, nous allons vous présenter les gestes que nous avons tendance à adopter en utilisant les toilettes publiques.

La lévitation, un geste automatique adopté par les femmes

Effectivement, les femmes sont reconnues plus sensibles à la propreté que les hommes. Aussi, elles ont tendance à éviter tout contact avec les objets, matériels et installations dont elles en doutent la netteté.

Pour cela, les femmes ont tendance à éviter tout contact avec le siège du WC par la lévitation. Certes, c’est fatigant sur une longue période – avec cette position suspendue – mais elles préfèrent opter pour cette pratique au risque de se mouiller elles-mêmes, ou de ne pas venir au bout de leurs besoins par fatigue.

Barrière de papier, une technique pas très économique

Outre la lévitation, l’usage de papier de toilettes en guise de couverture de la lunette du WC est une pratique courante. Cette pratique consiste à recouvrir le bord du siège du WC par du papier hygiénique ou du mouchoir à jeter.

Parfois pratique mais pas très économique, cette technique entraîne une perte de temps considérable sans parler des dépenses inutiles en papier. En effet, la barrière de papier apporte un certain confort pendant un court instant, mais il vous faudra encore par la suite, tout enlever et parfois à votre grande surprise, des bouts peuvent s’accoler à vos cuisses.

Bien que nous adoptions des gestes peu pratiques quand nous utilisons les toilettes publiques, n’oublions pas que ces dernières disposent déjà aussi des installations d’accompagnement pour maintenir la propreté des lieux.

Dispositions existantes pour maintenir la salubrité des toilettes publiques

Hommes et femmes ont dans la majorité des cas des blocs sanitaires dédiés et spécifiques. Les urinoirs sont réservés aux hommes et les cabines à siège, aux femmes. Si les femmes ont parfois tendance à penser que des résidus d’urine persistent sur l’abattant ou lunette. Ceci est donc à écarter puisqu’aucune femme ne pourrait laisser de tel résidu. Dans la foulée, chez les hommes, aucun contact physique avec l’urinoir n’est requis pour faire assouvir ses besoins.

Néanmoins, si un homme utilise les toilettes des femmes, il soulèvera automatiquement l’abattant afin de pas l’entacher. Par ailleurs, chaque cabine de toilettes s’accompagne toujours d’alimentation en eau. La chasse d’eau permettra d’éliminer rapidement les déchets après chaque passage aux toilettes de sorte qu’on ne se rende même pas compte de l’utilisation antérieure des lieux.

Par ailleurs, il est important de se mettre à l’évidence que les bactéries et microbes ne traverseront jamais la peau de vos fesses et cuisses.

Compte-tenu des précédents énoncés, vous pouvez être rassurés maintenant de la salubrité des toilettes publiques. Nous allons même vous présenter d’autres objets et équipements qui sont plus infestés de microbes et de bactéries que les WC.

Les équipements plus infestés de bactéries et de microbes que les toilettes publiques

Vous n’allez pas surement le croire mais les planches à découper sont 200 fois plus infestées de microbes et de bactéries que les toilettes publiques. Des études l’ont d’ailleurs démontré mais nous pouvons facilement nous en rendre compte facilement aussi. En effet, viande, légumes, fruits, fromage et charcuteries y passent. Sans nous en rendre compte, chacun y laisse forcément ses empreintes. Maintenant que vous le savez faites-y attention !

Par ailleurs, les sacs à main et cartables sont aussi plus infestés de microbes. Qui de nous ne laisse parfois trainer son sac, cartable ou sacoche d’ordinateur par terre, tout en sachant que le sol est infesté de microbes ? Parallèlement à cela, ces compagnons de notre quotidien supportent les repas, en-cas et autres achats rapides en cours de route sans pour autant bénéficier d’un lavage conséquent.

Néanmoins, nous allons vous donner quelques conseils pour vous aider à lutter contre cette phobie des toilettes publiques.

Une phobie des toilettes publiques facilement surmontable

Les justifications précédentes vous ont sûrement convaincus de la salubrité des toilettes publiques. Toutefois, le meilleur remède à cette phobie reste le changement de mentalité qui sa base notamment sur l’acceptation de la différence. Certes, les usagers vous sont inconnus – comme vous, sur leur perception – mais il n’en reste pas moins qu’ils sont aussi soucieux comme vous pouvez l’être.

Adopter les gestes équivoques vous protègera des éventuelles transmissions de microbes et de bactéries surtout en cette période de pandémie du Coronavirus. Se laver les mains à l’entrée des toilettes publiques et à la sortie vous protègera de toute infestation et rassurera dans la foulée, les autres utilisateurs.

Les dernières publications
Tuxboard