BlogSportEt si l’UEFA voulait instaurer la luxury taxe de la NBA pour réduire la domination financière des plus gros ?

Et si l’UEFA voulait instaurer la luxury taxe de la NBA pour réduire la domination financière des plus gros ?

Michel Platini avait lancé un pavé dans la mare, en s’attaquant aux plus grands clubs dans le cadre du fair-play financier. Une mesure, toujours appliquée et à l’origine des sifflets recouvrant l’hymne de la Ligue des Champions. Cette fois, l’ souhaite restreindre les dépenses lors du marché des transferts. Estimant que ces derniers creusent l’écart entre les clubs, son Président Aleksander Ceferin envisage l’instauration d’une taxe.

Le , le et le écrasent tout

Sur le papier, la MSN du (Messi, Suarez, Neymar) et la BBC du (Bale, Benzema, Cristiano) font rêver. Enfin, presque autant que le SMS du Stade Rennais (Saïd, Mbuele, Sio)…

Pour autant, les deux trios de goleadors ont fait dépenser des centaines de millions d’euros aux deux mastodontes de la Liga. Or, excepté un titre de l’Atletico Madrid en 2014, le champion d’Espagne depuis 2004 est soit, le Barça ou le Real. Pareil en Allemagne où le devrait être sacré pour la cinquième saison consécutive. Sur le toit de l’Europe, ces trois gros ont remporté les quatre dernières éditions de la C1.

Le top 15 européen écrase les centaines de clubs derrière

Le championnat anglais fait office d’exception car la valeur des droits télé est telle que les écarts financiers ont moins d’impact sur les résultats sportifs. En tout cas, les 15 clubs les plus riches d’Europe ont récolté plus de 1.5 milliard d’euros en six ans grâce aux recettes commerciales et au sponsoring. Un score représentant le triple des 700 clubs derrière, évoluant tous en première division dans leur championnat.

Une « taxe de luxe » à l’étude

Aleksander Ceferin, opposé au projet d’une Superligue (championnat européen), réfléchit à l’instauration d’une taxe de luxe. Cette dernière sanctionnerait les clubs dépassent une masse salariale imposée au préalable. En NBA, celle-ci est présente depuis 1984 mais le plafond salarial ne cesse d’augmenter. Les clubs auraient ainsi un effectif limité en nombre et en valeur.

En plus du fair-play financier déjà évoqué, les clubs de l’EUFA ont l’obligation de n’avoir que quatre joueurs extracommunautaires dans leur effectif (des joueurs ne disposant pas d’un passeport européen). En France, le PSG n’écraserait plus autant le reste du championnat sur les transferts. Son budget étant plus du double de celui de Monaco. Quoi qu’il en soit, le dirigeant slovène entend bien prendre le taureau par les cornes :

« Nous devons examiner de nouveaux mécanismes tels que les taxes de luxe, des limitations dans les effectifs et des règles de transfert équitables, afin d’éviter l’accumulation de joueurs et la concentration excessive de talents au sein de quelques équipes »

Cette taxe empêcherait les gros de céder à des caprices démesurés (avec les +100 millions de Manchester United avec Pogba et Martial) tandis que le Real Madrid aurait déjà proposé 110 millions d’euros pour Kylian Mbappé selon un journal madrilène.

 

Publié le 23 mars 2017 à 17:48, par :
Josh


Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2019 | Tuxboard : concentré de news fraîches