Un homme survit 3 jours sous l’eau dans un navire coulé

Un homme survit 60 heures sous l’eau dans un navire coulé. Vêtu seulement de son caleçon et dans une eau glaciale, un Nigérian a survécu pendant 60 heures au fond de l’océan en trouvant une poche d’air dans son remorqueur coulé.

Harrison Odjegba Okene se trouvait sur un bateau qui a chaviré en juillet dans l’océan Atlantique, au large des côtes nigérianes, rapporte l’Associated Press. Onze membres d’équipage sont morts, mais Okene, qui était le cuisinier, a survécu pendant près de trois jours en trouvant une poche d’air avant d’être découvert par des plongeurs sud-africains. Des images et une vidéo de son sauvetage ont été publiées cette semaine.

La vidéo montre Okene tendant la main pour montrer au plongeur qu’il est vivant. La vidéo le montre ensuite dans l’eau jusqu’à la taille. Les plongeurs donnent à Okene de l’eau et de l’oxygène avant de l’équiper d’un équipement de plongée et de le mettre en sécurité.

Une équipe de la société mondiale de plongée DCN était venue enquêter – envoyée par Chevron et West African Ventures.

« Nous nous attendions à ce qu’il s’agisse d’un travail de récupération de corps », a déclaré Jed Chamberlain, porte-parole de DCN, à l’émission Impact de la BBC.

M. Harrison « a en fait attrapé le deuxième plongeur qui est passé devant lui », a déclaré M. Chamberlain, ajoutant que le plongeur concerné a eu une sacrée frayeur.

« Cela a changé la nature de l’opération en une opération de sauvetage ».

 

Un long processus de décompression après son sauvetage

Mais même après avoir été retrouvé, M. Harrison devait encore faire face à un processus complexe pour le sortir en toute sécurité.

Ayant été à une telle profondeur pendant tant d’heures, il avait besoin de temps dans une chambre de décompression pour normaliser sa pression corporelle.

Christine Cridge, directrice médicale du Diving Diseases Research Centre (DDRC), a conseillé l’équipe de sauvetage pendant ce processus.

« C’est une situation que je n’ai jamais rencontrée auparavant », a-t-elle déclaré à l’émission Newsday de la BBC.

« Après un certain temps sous pression, l’azote se dissout dans les tissus. S’il était remonté directement de 30 m à la surface de la mer….. il est probable qu’il aurait eu un arrêt cardiaque, ou au mieux, de graves problèmes neurologiques.

M. Harrison décrit son histoire comme un « miracle », mais il a également déclaré à Reuters : « Quand je suis chez moi, j’ai parfois l’impression que le lit dans lequel je dors s’enfonce. Je pense que je suis encore dans la mer. Je me lève d’un bond et je crie ».

Jan Messchendorp, directeur général de West African Ventures, a déclaré dans un communiqué : « Nous sommes très reconnaissants de la survie de M. Harrison. Nos pensées continuent d’aller vers les familles du reste de l’équipage. »

Il a ajouté que l’opération de recherche et de sauvetage a maintenant été arrêtée pour des raisons de sécurité.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Alors qu’il fait de plus en plus froid, Okene récite un psaume que sa femme lui a envoyé par SMS : « Oh Dieu, par ton nom, sauve-moi. … Le Seigneur soutient ma vie. »