Grâce à une erreur de la banque, il se paye cocaïne, strip-teaseuses et voitures de sport

erreur de la banque

Luke Brett Moore, chômeur âgé de 27 ans pourrait titrer sa vie « erreur de la banque en ma faveur ». Suite à une erreur de la banque, cet homme s’est retrouvé avec un retrait illimité dans le négatif et en a largement profité.

En 2010, lorsqu’il ouvre un compte au nom de « Complete Freedeom » à la St George Bank, une erreur technique se produit. Très vite, il se rend compte qu’il peut tirer de l’argent tout le temps, sans avoir les fonds sur le compte. Jamais de refus des transactions, il décide d’en profiter.

Erreur de la banque en votre faveur, touchez 1,5 millions !

D’aucun auraient prévenu la banque, pas lui. Il commence par essuyer ses dettes puis mène sa vie comme s’il disposait des fonds nécessaires pour cela. Il pousse le vice jusqu’à faire un emprunt immobilier.

Mais cela ne lui suffit pas. Limité à des retraits de 35 000 euros par opération, il retire au fil du temps de gros montants. En seulement 50 fois, son compte a été débité de 1.4 million d’euros. Mais ne voilà qu’un début prometteur.

Il enchaîne les achats de plus en plus onéreux. Il fait donc l’acquisition d’une Hyundai Veloster puis d’une Maserati. Il lance une entreprise mais n’y travaille pas, préférant faire la fête. Nostalgique, il raconte cette période.

Ce fut une époque complètement dingue. j’étais jeune et fou et ne réfléchissais pas. J’ai dépensé des milliers et des milliers d’euros dans des clubs de strip-tease, mais aussi en alcool et en cocaïne.

La liste de ses petits plaisirs ne s’arrête pas là. Il a également acheté un bateau, une oeuvre de Banksy, un maillot de basket signé Michael Jordan et une batterie dédicacée par Amy Winehouse.

Une erreur de la banque qui tourne court

Mais en 2012, revirement de situation. Il est condamné pour escroquerie, recel et abus de confiance a une peine de prison de quatre ans et demi. Il fait toutefois appel et obtient gain de cause.

Le juge a en effet estimé que le client n’avait pas obligation d’avertir la banque d’une erreur qu’elle commettait et qu’il était du devoir de l’organisme de ne pas faire preuve de négligence. M. Moore est donc totalement acquitté et la banque aura perdu une belle somme d’argent. Toutefois, revenir à un train de vie normal, est déjà une belle punition.

La morale de l’histoire c’est bien sûr que, à force d’escroquer leurs clients, parfois, les usagers se vengent…

Les dernières publications
Tuxboard