Des satellites peuvent désormais surveiller les animaux vulnérables et menacés comme les éléphants d’Afrique à partir d’algorithmes

Quand la technologie permet de recenser des animaux sauvages. Le plus grand animal terrestre du monde est désormais surveillé par des satellites !

Eléphant d’Afrique sans 5G

Si l’on peut voir de l’Espace que peut de choses sur Terre (mis à part la Grande Muraille de Chine, et certains grands volcans), nos satellites intelligents peuvent donc suivre de près certaines populations, mais pas n’importe lesquelles.
C’est la trouvaille des chercheurs de l’université d’Oxford et de l’université de Bath au Royaume-Uni qui ont travaillé sur une méthode de comptage des éléphants d’Afrique en utilisant les images des satellites Maxar.

L’imagerie satellitaire est un outil essentiel pour visualiser les conditions au sol. Que vous ayez besoin d’une carte de base pour une application ou d’un ensemble de données complet pour la veille économique, Maxar offre à la fois des images fraîches en haute résolution et les plus grandes archives au monde pour l’analyse historique.

Description du satellite Maxar

Une première au monde et notamment pour surveiller les animaux vulnérables et menacés

« Pour la première fois, les scientifiques ont utilisé avec succès des caméras satellites associées à un apprentissage approfondi pour compter les animaux dans des paysages géographiques complexes », a déclaré l’université de Bath dans un communiqué publié ce mardi.

Les images satellites pourraient offrir une alternative efficace à la surveillance effectuée par les humains dans les avions, qui peut être une manière coûteuse et difficile de compter les éléphants.
La méthode spatiale a « une précision comparable aux capacités de détection de l’homme », selon une déclaration de Maxar. Les satellites peuvent aussi facilement couvrir une très grande partie du territoire.

L’équipe de recherche a publié fin décembre un article sur le travail de détection des éléphants dans la revue Remote Sensing in Ecology and Conservation.

Les chercheurs ont déjà utilisé des satellites pour des projets de surveillance de la faune, comme lorsque la NASA a localisé une colonie secrète de pingouins. Les satellites ont été utilisés pour collecter des données sur les baleines, qui sont assez faciles à repérer dans les eaux bleues. Ce qui rend le projet sur les éléphants si novateur, c’est que la méthode permet de repérer les éléphants dans un paysage varié d’herbe et de forêts.

On estime qu’il reste entre 40 000 et 50 000 éléphants d’Afrique à l’état sauvage et ils sont classés comme « vulnérables » sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN. La population est sous la pression de la perte d’habitat et du braconnage.

« Un suivi précis est essentiel si nous voulons sauver l’espèce », a déclaré Olga Isupov, informaticienne de l’Université de Bath, créatrice de l’algorithme qui détecte les éléphants. « Nous devons savoir où se trouvent les animaux et combien il y en a. »

Les rectangles verts sont les éléphants repérés par l’algorithme et les rectangles rouges sont ceux qui ont été vérifiés par l’homme

La résolution des images satellites augmente tous les deux ans, et avec chaque augmentation, nous pourrons voir des choses plus petites avec plus de détails », a-t-elle déclaré, ajoutant : « D’autres chercheurs ont réussi à détecter des nids d’albatros noirs contre la neige. Le contraste entre le noir et le blanc a sans doute facilité les choses, mais cela ne change rien au fait qu’un nid d’albatros fait un onzième de la taille d’un éléphant.

L’équipe espère que le système et sera adaptable pour les petits animaux à mesure que la résolution des satellites continuera à s’améliorer. Il n’est peut-être pas encore prêt à suivre les souris, mais les éléphants sont un excellent début.

L’article utilisant des images satellites à très haute résolution et un apprentissage approfondi pour détecter et compter les éléphants d’Afrique dans un paysage hétérogène est publié dans le Journal of Zoology.

Les chercheurs impliqués dans ce projet sont le Dr Olga Isupova de l’Université de Bath, Isla Duporge, le Dr Steven Reece et le professeur David W. Macdonald de l’Université d’Oxford, et le Dr Tiejun Wang de l’Université de Twente.

Les dernières publications
Tuxboard