Que ressent-on vraiment lorsque l’on meurt ?

Si vous vous êtes toujours demandé ce que pouvaient ressentir les victimes d’une chute mortelle, d’une électrocution ou encore d’une pendaison, on vous dit tout dans cet article ! C’est certainement glauque, mais aussi très instructif. Que ressent-on vraiment lorsque l’on meurt ?

Après les 10 horribles moyens de torture toujours utilisés aujourd’hui et les morts insolites de personnes célèbres, voici un autre article qui fait franchement frissonner.

Que ressent-on vraiment lorsque l’on meurt par noyade ?

facons maniere mourir ressent meurt noyade

Lorsque la victime se rend compte qu’elle ne peut maintenir sa tête à la surface, elle a tendance à paniquer. Celle-ci suffoque et commence à battre des bras et des jambes de façon désordonnée dans un ultime réflexe de survie. Une fois sous l’eau, la victime va tenter de retenir son souffle tout en continuant désespérément de remonter à la surface. Des études menées par des sauveteurs en mer américains durant les années 1950 et 1960 ont relevé que cette étape ne durait qu’entre 20 et 60 secondes.

Lorsque la victime prend conscience qu’elle ne pourra plus atteindre la surface, elle tente alors de retenir son souffle aussi longtemps que possible, cette étape dure généralement entre 30 et 90 secondes. Après cela, elle va commencer à inhaler de l’eau, tenter de la cracher, tousser et en avaler encore plus. L’eau emplissant ses poumons la prive peu à peu de son oxygène et ses voies respiratoires se bloquent complètement. Elle ressent alors une sensation de déchirure et de brûlure dans la poitrine tandis que l’eau continue à emplir ses voies respiratoires. De nombreux survivants estiment qu’après avoir vécu cette terrible étape, ils ressentaient un sentiment profond de calme et de sérénité. Cet étrange sentiment est évidemment du à la privation d’oxygène et à la lente perte de conscience subie, qui entrainent un arrêt cardiaque puis enfin la mort.

Que ressent-on vraiment lorsque l’on meurt brûlé vif ?

facons maniere mourir ressent meurt bruler bucher

Pendant longtemps, la torture du bûcher était réservée aux sorcières et aux hérétiques. La fumée et les flammes brûlent les sourcils et les cheveux de la victime ainsi que sa gorge et ses voies respiratoires, rendant sa respiration impossible. Les douleurs infligées par de telles brûlures sont immédiates et intenses puisqu’elles stimulent ses nocicepteurs (récepteurs sensoriels de la douleur qui font naître un message nerveux lorsqu’ils sont stimulés).

La plupart des gens qui périssent dans des incendies ne meurent pas de leurs brûlures. La cause la plus fréquente de décès dans pareil cas est en fait l’inhalation de gaz toxiques (monoxyde de carbone, dioxyde de carbone ou acide cyanhydrique) ainsi que le manque d’oxygène. Une étude conduite en Norvège datant de 1996 a évalué que près de 75 % des personnes mortes dans un incendie ayant été autopsiées étaient décédées à la suite d’une intoxication au monoxyde de carbone.
Selon l’importance de l’incendie et la proximité de la victime, les fortes concentrations de monoxyde de carbone causent des maux de tête et provoquent la somnolence en quelques minutes, puis c’est la perte de conscience. Selon la « National Fire Protection Association », 40 % des victimes d’incendies domestiques mortels sont intoxiquées par les fumées avant même de pouvoir se réveiller.

Mort par décapitation, Que ressent-on vraiment ?

facons maniere mourir ressent meurt decapitation

Si la décapitation peut paraître à première vue particulièrement gore et violente, il s’agit en réalité de l’un des moyens les plus rapides et les moins douloureux de mourir. Enfin, seulement si le bourreau est assez habile et sa lame assez tranchante…
Cependant, la mort est rapide mais pas instantanée. Une étude menée sur des rats en 1991 a démontré qu’il fallait environ 2.7 secondes à leur cerveau pour consommer tout l’oxygène encore présent dans le sang. Ce chiffre équivaudrait à une durée de 7 secondes chez l’homme.

Lors de l’exécution de la reine d’Écosse en 1587, le bourreau dut s’y reprendre à trois fois lorsqu’il tenta de trancher sa tête, il fut même contraint de finir le travail au couteau. Quelques années plus tôt, en 1541, la comtesse de Salisbury fut exécutée à la Tour de Londres. Trainée jusqu’au billot, celle-ci refusa d’incliner la tête. Le bourreau inexpérimenté rata son cou et entailla profondément son épaule. Selon de nombreux observateurs, elle tenta de s’enfuir et fut pourchassée par le bourreau qui la frappa 11 fois avant qu’elle ne décède.

Quand on se vide de son sang

facons maniere mourir ressent meurt se vider de son sang

Une personne peut se vider de son sang en quelques secondes seulement lorsque son artère aorte (menant au cœur) est complètement sectionnée. C’est le cas après une chute importante ou un accident de voiture grave par exemple.

L’agonie peut être beaucoup plus longue et durer des heures lorsque la veine ou l’artère sectionnée est moins importante. La victime connaitra alors plusieurs stades dus au choc hémorragique. Un adulte dispose en général de 5 litres de sang. Lorsqu’il perd moins de 750 millilitres de sang, il y a généralement peu de symptômes alarmants. Lorsqu’il perd 1.5 litre de sang (blessure externe ou hémorragie interne), il se sent affaibli, anxieux, respire rapidement et a soif. A partir de 2 litres, la victime éprouve un sensation d’étourdissement, un confusion profonde et les pertes de connaissance sont fréquentes.

Les dernières publications
Tuxboard