Comment réussir un jardin bio ?

Les vertus apaisantes d’un espace vert sont reconnues depuis fort longtemps. Sur une petite ou une grande superficie, chaque maisonnée tient à disposer d’un espace verdoyant auquel on rajoute parfois un petit potager.

Avec la découverte de l’agriculture biologique et la vulgarisation de l’agriculture urbaine, les mains vertes se font de plus en plus nombreuses surtout en ce début de printemps. Si la terminologie biologie ou bio fuse de partout, on peine parfois à comprendre son sens exact.

Les caractéristiques d’un jardin bio

Le terme biologique ou bio fait référence à des procédés de production sans recours à des adjuvants chimiques.

Un jardin bio fait alors référence à des techniques culturales où le recours aux engrais et insecticides chimiques sont très limités. En effet, on se trompe parfois sur le sujet. L’usage des produits chimiques n’est pas interdit en jardinage biologique, mais leurs doses respectent un seuil maximal très réduit.

Dans le cadre d’une culture biologique, on essaie d’utiliser le maximum de matières organiques tant dans la fumure que dans les traitements phytosanitaires. Nombreuses sont les astuces que nous allons essayer de vous partager en quelques lignes.

Un choix judicieux des espèces à cultiver

Comme tout être vivant, chaque plante a des besoins spécifiques notamment sur la texture du sol et sur les éléments nutritifs. Une bonne compréhension du processus de développement de chaque espèce permet ainsi de déterminer le sol qui lui conviendrait le mieux. On éviterait ainsi des apports de fertilisants.

En termes de qualité de semences, il convient d’opter pour des graines issues d’agriculture biologique. En outre, des graines fraichement collectées germent plus facilement et demandent peu de prétraitement en phase de semis. Dans la foulée, il convient de bien maitriser les caractéristiques du terrain à disposer pour faire le choix judicieux des espèces qui s’y adapteraient le mieux.

Une fumure de fond, une technique incontournable

Disposer d’un jardin florissant, surtout biologique repose sur le choix de l’emplacement des espaces de culture. En effet, un sol naturellement riche requiert peu d’entretien et d’amendement. Pour vérifier le potentiel nutritif du sol, il convient de faire un petit trou dans le sol. Un sol fertile se reconnait le plus souvent par sa couleur, dans la majorité des cas, un peu noirâtre. La présence de vers de terre est aussi un indicateur fiable aussi.

Pour disposer d’une parcelle naturellement riche, nous vous conseillons de travailler sur un lot préalablement herbeux. En effet, avec un labour profond – sur 20 cm de profondeur – suivi d’un retournement des mottes qu’on laisse se désagréger, les herbes se transformeront naturellement en fumure de fond. Par ailleurs, on peut remplacer les herbes par du compost domestique. Avec les déchets ménagers, on peut facilement avoir du compost. Par ailleurs, le passage de feu par brûlis de la couverture végétale initiale permet de venir à bout des mauvaises herbes et de différents ravageurs.

Un jardin bio réussi repose sur une bonne qualité du sol. Il ne faut pas s’inquiéter en cas de sol peu fertile, des corrections naturelles sont facilement accessibles. En règles générale, pour avoir un terrain limoneux, un apport de tourbe ou de débris végétaux est conseillé. Par contre, pour corriger un sol trop lourd, un apport de sable fin parait être la solution la plus adéquate. Néanmoins, un rajout de terreau léger est une solution adaptée à toute circonstance.

La permaculture, une technique innovante mais bien connue

La permaculture souvent connue sous l’appellation de la culture associée constitue une technique plus qu’efficace. L’objectif est de miser sur les particularités de chaque espèce de flore dans la restauration du sol, l’amélioration de la fertilité, mais aussi dans la lutte contre l’envahissement des insectes ravageurs.

Pour la restauration et l’amélioration de la fertilité du sol, les espèces de la famille des Fabacées telle que les légumineuses sont les plus préconisées. Fixatrices voire productrices d’azote, elles favorisent le renouvellement et la restauration des éléments nutritifs du sol. Par ailleurs, différents espèces sont reconnues répulsives des insectes ravageurs notamment les romarins et autres espèces aromatiques. De cette manière, le recours aux pesticides chimiques reste très limité.

Dans un autre contexte, la rotation de culture est aussi efficace. Le principe est simple, on fertilise naturellement d’abord le sol par des graminées. Ensuite, on met en place les cultures principales. Une période de jachère c’est-à-dire de repos est parfois conseillé pour laisser au sol le temps de se restaurer.

Recours à des insecticides biologiques

Les insectes ravageurs sont un des principales sources d’échec des conduites culturales. Aussi, nous avons tendance à recourir à des pesticides et insecticides chimiques pour plus de facilité. Néanmoins, quelques astuces naturelles existent et sont très pratiques.

Pour venir à bout des différents insectes, le purin d’ortie est très efficace que l’on utilise aussi comme fertilisant. Par ailleurs, pour pallier l’envahissement des araignées rouges et cochenilles, une pulvérisation d’eau savonneuse est très efficace tout en veillant à une hygrométrie des lieux.

Les dernières publications
Tuxboard