BlogSérie TVOn a regardé le pilote de la série Gotham. Voici notre avis !

On a regardé le pilote de la série Gotham. Voici notre avis !

Votre temps libre l’attendait avec impatience (contrairement à votre productivité), la voilà : la grosse reprise de la saison 2014/2015 des séries. Parmi notre guide consacré aux séries à découvrir et à continuer durant cette période, il y en avait une particulièrement intrigante et prometteuse dont le pilote a aujourd’hui été diffusé sur la Fox : Gotham.
Série policière classique banalement saupoudrée de l’univers de Batman ou véritable réussite, voici donc l’heure du verdict comme nous l’avions déjà fait pour Silicon Valley par ailleurs.

Synopsis :

Tout le monde connaît le Commissaire Gordon, valeureux adversaire des plus dangereux criminels, un homme dont la réputation rime avec « loi » et « ordre ». Mais que sait-on de son histoire ? De son ascension  dans une  institution corrompue, qui gangrène une ville comme Gotham, terrain fertile des méchants les plus emblématiques ? Comment sont nées ces figures du crime, ces personnages hors du commun que sont Catwoman, le Pingouin, l’Homme-mystère, Double-Face et le Joker ?

Résumé du pilote (ALERTE SPOILERS, avis sans spoilers plus bas)

Voilà un début d’épisode qui hurle son appartenance à l’univers de Batman. Dès les premiers plans, le spectateur suit les débuts de voleuse de la jeune Selina Kyle (Catwoman) dans les rues de Gotham, dont l’ambiance sombre respire d’ailleurs l’œuvre originale. Et, histoire de bien enfoncer le clou d’entrée de jeu, le fameux meurtre des parents de Bruce Wayne a lieu sous nos yeux et ceux de Selina Kyle dès les premières minutes. Radicale entrée en matière.

Introduire le très joli commissariat où beaucoup d’intrigues devraient avoir lieu par la suite ainsi que le héros James Gordon et son partenaire Harvey Bullock ne traîne pas non plus. Une crise éclate et permet de rapidement constater les différences de caractères et de méthodes des deux personnages. S’en suit l’inévitable discussion entre Bruce et Gordon concernant le meurtre, tandis qu’arrive un autre personnage bien connu des fans : Alfred Pennyworth. Voilà ce qu’on appelle une introduction (moins de 10 minutes) rondement menée.

Gotham 1

S’en suivent des scènes permettant de mieux comprendre l’importance de cette affaire et le caractère bien trempé de Bullock. Ce dernier veut initialement l’éviter, puis une fois qu’il doit s’en charger il essaye sans succès de se débarrasser de Gordon qui n’est alors qu’un débutant qu’il juge trop gentil pour cette ville. Et paf, nouvelle introduction de personnage avec Edward Nygma qui travaille au commissariat avant de devenir The Riddler. Et re-paf avec dans la foulée l’intronisation d’un personnage créé spécialement pour la série : Fish Mooney, redoutable chef de gang, dont le porteur de parapluie n’est autre que Oswald Cobblepot, alias le Pingouin. Moins d’un quart d’heure d’épisode et c’est littéralement l’overdose de placements de l’univers de Batman.

Cette scène avec Fish Mooney permet également de pointer du doigt la corruption déjà bien installée dans Gotham et affectant notamment Bullock. Oh et puis comme les clins d’œil précédents à Batman ne suffisaient pas, une piste mène rapidement nos enquêteurs à une petite fille nommée Ivy habillée en vert et fan de plantes (…). Alors que le crime des Wayne est imputé à Mario Pepper, un personnage lambda qui décède durant l’opération, Cobblepot révèle à deux enquêteurs de l’unité des crimes majeurs qu’il s’agit d’un coup monté de la part de Fish Mooney (qui travaille pour la puissante famille Falcone). L’intrigue prend enfin une légère pause avec l’enterrement des Wayne, puis les scénaristes mettent le doute sur le passé de la fiancée de Gordon (Barbara) et font en sorte que Gordon apprenne pour le coup monté.

Gotham 2

En bon chevalier blanc, Gordon va s’assurer que Pepper est bien innocent et tente de convaincre Bullock de sa théorie sur Fish Mooney. Seul face à Mooney et ses gorilles, Gordon est finalement rejoint par Bullock qui tente sans succès de le sauver. Dans le même temps, Mooney comprend que c’est Cobblepot qui l’a trahie. Les deux enquêteurs sont finalement sauvés par Don Falcon en personne qui déclare que si Fish Mooney veut tuer des policiers, elle doit d’abord lui demander sa permission. Le chef de la famille Falcon révèle ensuite à Gordon qu’il a bien piégé Mario Pepper afin de faire croire à Gotham (qu’il veut sauver) que la justice est rapide et efficace, tandis que le vrai tueur reste inconnu.

En échange de cette information, Falcon demande à Gordon de tuer Cobblepot. Malgré les menaces de mort sur lui et sa fiancée s’il ne le fait pas, Gordon laisse partir Cobblepot en faisant croire à Bullock qu’il l’a exécuté. L’épisode se termine sur une scène où Gordon révèle à Bruce Wayne que Mario Pepper a été piégé par la mafia et la police. Il lui promet de trouver le vrai tueur, tandis que le Pingouin sort de l’eau et tue gratuitement un pêcheur pour de la nourriture.

Gotham 3

Notre avis sur Gotham

Il n’est pas évident de donner son avis concernant ce pilote. Si les multiples clins d’œil à l’univers de Batman sont appréciables et respectent énormément l’œuvre d’origine, on a malheureusement l’impression que les scénaristes balancent tout de suite toutes leurs cartouches. Il aurait été appréciable que certains personnages soient introduits petit à petit dans les épisodes suivants. Reste à voir s’ils en ont gardé sous le pied pour la suite.

L’intrigue quant à elle devrait être assez intéressante à suivre, entre l’enquête sur le meurtre des Wayne, la police corrompue, la guerre des gangs et la naissance de super-vilains, il devrait y avoir de bons moments. Cependant, le rythme assez effréné de ce pilote mériterait presque de se calmer par la suite pour poser plus finement les choses. Techniquement parlant, le jeu d’acteur est plutôt bon (notamment les jeunes méchants que l’on reconnait directement), la réalisation et l’ambiance sont de très bonne qualité (les filtres et les lumières notamment), tandis que la musique est elle assez oubliable.

Pour résumer :
Malgré l’overdose de références à l’univers de Batman et quelques ficelles un poil grosses pour poser les bases de la série rapidement, Gotham part plutôt bien avec un pilote globalement réussi. Maintenant, il va falloir transformer l’essai sur la durée et c’est tout le mal que l’on peut lui souhaiter, fan de Batman ou non.

Trailer

Publié le 23 septembre 2014 à 13:52, par :
aGa // Twitter // Google+

Journaliste passionné de jeux vidéo et de nouvelles technologies, et accessoirement gros mangeur de séries TV.

Thématiques :

Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2020 | Tuxboard : concentré de news fraîches