Noël 2018 "La Liste des cadeaux de Noël, pour hommes, femmes, les pulls et les pires cadeaux...

BlogArt, PhotosLa nouvelle peinture murale épique pour oiseaux et le livre richement détaillé du Corneille

La nouvelle peinture murale épique pour oiseaux et le livre richement détaillé du Corneille

Baptisé comme étant «la chapelle Sixtine pour adorer les » par la National Audubon Society. La peinture murale du : d’une envergure aussi gigantesque et ambitieuse que les ornithologues amateurs sont frappés par sa taille et sa largeur. Sans oublier qu’il a fallu deux ans et demi pour créer.

1 Photo avec la permission de Ink Dwell]

2 Casoar Photo avec la permission de Ink Dwell]

3 Waxwing de Bohême [Photo avec la permission de Ink Dwell]

4 Moineau domestique et faucon pèlerin [Photo Shailee Shah avec la permission de Ink Dwell]

5 Poule de roche au cou blanc, Pecker de bœuf à bec jaune, Patte d’Afrique, Woodhoopoe vert, Wydah à queue épingle [Photo Shailee Shah courtoisie Ink Dwell]

6 Seriema [photo avec la permission de Ink Dwell]

7 [Photo avec la permission de Ink Dwell]

8 Paruline à bois [Photo avec la permission de Ink Dwell]

9 Macareux moine Photo avec la permission de Ink Dwell]

10 Tanageur de paradis et bûcheron à long bec. [Photo Shailee Shah avec la permission de Ink Dwell]

Le mur des n’est qu’une peinture murale scientifique de l’artiste Jane Kim. En plus, il y a ce nouveau livre du même nom, écrit par elle et son partenaire, Thayer Walker, se penchant sur le travail. Ce dernier s’est consacré à la création de la pièce massive qui s’étend sur 100 pieds et se compose de 270 espèces d’oiseaux à la taille réelle et scientifiquement précis.

« On n’est ni ornithologue, ni scientifique ; on sait qu’on ne va pas simplement écrire un autre ouvrage ornithologique » a déclaré Walker.

Le résultat, publié par Harper Design, présente des réflexions sur le vécu au cours des années passées à étudier les différentes espèces à plumes. La migration et le dynamisme de genre ne sont que quelques-uns des thèmes se dégageant de cette médiation parfaitement synchronisée sur l’, la nature et la condition humaine. La manière dont la murale des Oiseaux est née confirme une des grandes leçons de la vie : les grandes choses se passent avec un travail difficile et un peu de chance.

Parcours de Kim en bref…

Par ailleurs, après avoir obtenu un diplôme de la Rhode Island School of Design et ayant travaillé comme peintre en décor, Kim poursuivait une nouvelle voie. Une voie consistant à se concentrer dans l’illustration scientifique. Il étudiait au titre de stagiaire au Cornell Lab of Ornithology lorsque John W. Fitzpatrick, directeur du Cornell Lab of Ornithology, est apparu dans un article de National Geographic sur le travail de peinture murale de Kim.
« Au fil des années, j’ai proposé le concept de peinture murale à un certain nombre d’artistes talentueux. Cependant, j’ai toujours eu la même réponse : bonne idée, un projet trop vaste pour une seule personne » écrit Fitzpatrick dans la préface du livre.

Immédiatement, il a demandé s’il pouvait montrer à l’interne un gigantesque mur peint en vert olive terne. Il a ouvert les bras et a juste dit : « J’ai toujours envisagé une murale ici. C’était un rêve devenu réalité. »
Il faudrait, par la suite, deux ans et demi à Kim pour mener à bien ce projet. Au cours du processus, ses croquis d’oiseaux ont été soumis à une équipe d’experts pour un contrôle de l’exactitude. Puis, le travail est refait avant qu’un dernier dessin au fusain noir et blanc ne soit utilisé pour créer des rendus à l’échelle à la grandeur de la nature. Elle a ensuite fait une composition informatique rapide pour faire un croquis conceptuel avec la couleur, avant de mettre le pinceau au mur. « On m’a demandé de peindre cet oiseau pour la première fois en couleurs sur le mur », explique Kim.

Pour s’assurer d’obtenir des couleurs précises et une palette uniforme, Kim a créé ce qu’elle appelle son graphique Avian Pantone. Cela a été fait avec des couleurs telles que Finch Feet (un mauve couleur pêche), Albatross Light (un bleu gris clair) et des pieds de cigogne en cigogne (gris foncé). La couleur fréquemment utilisée était le cou de Cassowary, une sorte de bleu océan doux. La peinture murale comprend également des espèces éteintes, peintes selon une échelle de gris fantomatique.

Le Mur des oiseaux existe également en tant qu’interactif en ligne, permettant aux lecteurs du monde entier de voir le travail et d’en apprendre davantage sur les différentes espèces. Par contre, c’est le livre qui a permis à Kim et Walker d’explorer des thèmes plus profonds concernant la nature et l’humanité.
« On veut partager quelque chose de différent qu’on ne pourra pas sortir de l’interactif. » Outre les réflexions sur le processus technique décrites dans le livre, il existe des essais poignants sur les oiseaux et le monde naturel. Ce dernier qui est devenu central dans le corpus plus vaste du couple.

Une nouvelle trajectoire pour le couple

Vers la fin de la murale, le couple s’est lancé dans une nouvelle trajectoire, notamment l’ouverture de Ink Dwell. Il s’agit d’un studio de création : « créant un qui explore les merveilles du monde naturel ». Parallèlement à un travail de conception pour des clients tels que North Face, le couple conçoit également des livres pédagogiques, prend des commandes publiques et privées et contribue aux travaux de magazines.

Le projet le plus intéressant est peut-être The Migrating Mural. C’est une série d’installations d’art public mettant en scène des animaux sauvages le long de couloirs de migration partagés avec des humains. Leur projet Monarch présente des peintures murales en Arkansas, en Floride, en Utah et en Californie. Les peintures murales révèlent la nature de manière inattendue et magnifique, et à une grande échelle.

A l’instar du projet Wall of Birds, les peintures murales migrantes ont un objectif plus profond que l’éducation. « Je pense que c’est une excellente manière pour les gens de commencer à trouver des liens », déclare Kim. « Non seulement on essaye de raconter une histoire à propos du papillon, mais on essaye également de connecter les êtres humains. »
« C’est un concept qu’on souhaite poursuivre au cours des 30 prochaines années », ajoute Walker, sans aucun doute c’est au cœur de la mission d’Ink Dwell.

« Ce sont des histoires de diversité, de science et de connexion ». « La science est étrangement controversée ces jours-ci, alors plus on peut communiquer ces idées et les intégrer au grand public, plus on aura de chances qu’on ait une espèce. »

Dans le dernier chapitre du Mur des oiseaux (chaque chapitre est consacré aux espèces d’un continent donné) intitulé « Amérique du Nord : le rêve américain », Kim et Walker réfléchissent aux énormes schémas de migration de nombreux oiseaux « américains ».

« On a demandé ce qui rend les oiseaux nord-américains si spéciaux », a déclaré Kim. « On a découvert que ce qui les rend remarquables, ce sont leurs longues migrations. Ce sont vraiment les grands migrateurs. »
Le couple espère que ce genre d’exemples de la vie dans le monde naturel pourra offrir des points d’accès à des discussions sur des personnes de tous les horizons.

« Les oiseaux effectuent des grandes migrations pour créer des opportunités, ils les aident à avoir un meilleur endroit pour élever leurs petits. Et ils sont célébrés pour cela. Enfin, ils rajoutent beaucoup de beauté et de couleur à notre pays. »

Publié le 25 novembre 2018 à 10:55, par :
Yolanda

Thématiques :

Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2018 | Tuxboard : concentré de news fraîches