BlogInsolitePour la première fois un rapport sexuel entre un singe et une biche est observé

Pour la première fois un rapport sexuel entre un singe et une biche est observé

Voici qui devrait mettre une petite claque à tous ceux qui pensaient que le propre de l’homme était d’avoir une sexualité déplacée, fantasmée ou particulière.

Jusqu’ici  on n’avait jamais vu un non-humain avoir des comportements dits « culturels« , spécifiques à certains groupes d’une espèce.

C’est le cas avec le macaque japonais qui a été étudié de près par l’équipe de l’institut pluridisciplinaire Hubert Curien (CNRS) et de l’université de Strasbourg.

C’est sur l’île de Yakushima que des scientifiques ont pu observer des attitudes propres à un groupe de macaques.

S’ils savaient que les macaques aimaient à se baigner dans des sources d’eau chaudes ou qu’ils lavaient les patates douces avant de les consommer, ils savaient également que sur cette île spécifiquement se jouent des rapports spécifiques avec les daims.

Les macaques s’alimentent dans les arbres, font tomber feuilles et fruits que les daims vont manger au sol.

Aussi, il n’est pas rare de les voir jouer ensemble : les macaques aiment à grimper sur le dos des daim pour s’adonner à une sorte de rodéo.

Les scientifiques s’attendaient à filmer ce type de scène mais certainement pas ce qui a suivi :

On y voit un macaque grimpant sur le dos d’un daim et avoir des mouvements qui ne laissent aucun doute. Par ailleurs le daim se retourne et lèche le sperme, attitude répandue chez les animaux puisque le liquide séminal est très nutritif (ce n’est pas cette femme qui boit du sperme tous les matins qui va nous contredire.)

Il n’y a aucune pénétration du fait de leur différence anatomique. Pour les scientifiques, si ce agit de la sorte c’est que c’est un jeune mâle qui n’est pas dominant et qui, sous les effets des poussées hormonales, ressent le besoin de se soulager rapidement.

Cette vidéo et ses commentaires associés ont été publiés ce mardi 10 janvier dans la revue Primates. Les scientifiques de conclure : « C’est un comportement inhabituel puisque personne ne l’avait encore observé alors que ces singes sont très étudiés. Les autres mâles qui l’ont vu à l’œuvre vont-ils le copier afin de pouvoir eux aussi soulager leur frustration sexuelle ? Ce comportement va t-il se répandre ?« 

Publié le 10 janvier 2017 à 14:08, par :
Lapsus Scriptae

Issue d’une célèbre famille de trolls de mère en fille depuis 1812, George de la Capelière découvre l’intérêt de l’écriture, alors qu’elle se perd dans la bien connue forêt de l’Amerzone. Sans aucun repère, elle décide de s’installer dans un camp de fortune et commence à écrire ses mémoires à l’aide d’un bâton et de colorant provenant de l’écrasement d’un scolopanda. L’écriture, c’est finalement ce qui la tiendra en vie, jusqu’à ce que, 12 ans plus tard, une équipe d’explorateur la trouve là où le destin l’avait laissée. Plus connu sous l’illustre pseudo de Lapsus Scriptae, George rentrera dans sa terre natale avec la ferme intention de partager ce que cette aventure en Amerzone lui avait apporté. C’est tout naturellement qu’elle a choisi Tuxboard comme terre d’asile et comme support à la transmission de son savoir trollesque.


Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2017 | Tuxboard : concentré de news fraîches