BlogActus, VoyageSpaceX annonce un premier « passager privé » pour un voyage autour de la Lune

SpaceX annonce un premier « passager privé » pour un voyage autour de la Lune

a annoncé avoir signé avec un mystérieux client pour un voyage autour de la à bord de sa fusée BFR.

En cours de développement, la fusée BFR (Big Falcon Rocket) ne devrait prendre son envol que dans quelques années, mais elle suscite déjà l’intérêt des touristes de l’espace. Selon ses concepteurs, elle permettra de faire le tour du monde, de la , et éventuellement de la planète Mars.

Dans un tweet, a révélé ce jeudi qu’un premier client s’était inscrit pour un voyage touristique vers la Lune.

« SpaceX a signé avec le premier passager privé du monde pour se rendre autour de la Lune à bord de notre véhicule de lancement BFR – une étape importante pour ceux qui rêvent d’aller dans l’espace. »

L’identité et les motivations du futur passager ne seront connues que le lundi 17 septembre, mais certaines rumeurs affirment qu’il pourrait être japonais.

En effet, lorsqu’un internaute a demandé de plus amples détails, Elon Musk, le fondateur et PDG de SpaceX, a répondu en postant l’émoji d’un drapeau du Japon.

Quoiqu’il en soit, ce vol marquera le retour de l’homme dans l’orbite lunaire, plus précisément depuis la fin des missions Apollo en 1972. SpaceX rappelle d’ailleurs que « seulement 24 astronautes sont allés sur la Lune dans l’histoire de l’humanité. »

La fusée BFR pour viser la lune

Début 2017, Elon Musk avait annoncé que deux passagers seraient envoyés vers la Lune en 2018, à bord de la fusée Falcon Heavy.  Ils avaient « versé un acompte important », et devaient entamer les premiers entraînements pour juger de leur condition physique. Ce voyage spatial a finalement été annulé.

Avec la fusée BFR, le fantasque génie milliardaire compte enfin décrocher la lune. Le lanceur devrait mesurer 106 mètres de hauteur, avec une poussée de 5 000 tonnes.

Elle dépassera ainsi la Saturn-V (3 600 tonnes), la plus puissante fusée jamais construite par l’homme, qui avait permis aux astronautes de la Nasa d’alunir dans les années 1970.

L’engin sera prêt pour des « vols de courte durée » en 2019, et des vols d’essai dans trois ou quatre ans.

Publié le 14 septembre 2018 à 17:07, par :
Emma Renaux

Thématiques :

Les dernières publications


Contact | Mentions Légales | Confidentialité | Copyright © 2003-2018 | Tuxboard : concentré de news fraîches